Vaccins anti-Covid : les effets secondaires graves enfin révélés par l’ANSM

Des millions de français ont accepté de se faire vacciner, par conviction ou pour ne pas voir leur quotidien être chamboulé par les restrictions. Mais d'autres craignent des effets indésirables. Alors fantasmes ou réalité ?

© (Photo NR, Jérôme Dutac) – Vaccins anti-Covid : les effets secondaires graves enfin révélés par l’ANSM

Les vaccins n’ont jamais fait, et ne feront jamais sans doute l’unanimité. Si tous les français sont vaccinés contre un certain nombre de maladies (c’est obligatoire), ils sont nombreux à avoir refusé de l’être contre le covid-19. Mais d’où vient cette méfiance ?

Pourquoi une telle méfiance envers les vaccins ?

Les français ne croient-ils plus en la médecine ? Les arguments des antivax sont généralement les mêmes. Ils refusent d’être injectés par un vaccin dont ils ne connaissent pas les composants et qui a été fabriqué trop vite, à leurs yeux. Ils pensent que le vaccin sert uniquement à enrichir certains laboratoires. D’autres sont persuadés que des puces sont injectées dans l’organisme afin de surveiller la population. Des comparatifs douteux sont faits. Pourquoi existe-t-il déjà un vaccin contre le covid-19 et pas un vaccin contre le Sida, cette maladie qui a fait des millions de morts depuis les années 1980 ?

Mais cette comparaison n’a pas lieu d’être. Tout simplement car nous parlons de deux maladies différentes, qui évoluent de manière différente. En outre, le covid-19 est certes un nouveau virus, mais sa famille, celle des coronavirus, est connue. De plus, ce sont plusieurs pays qui ont mis des millions sur la table pour qu’un vaccin soit trouvé. Les arguments principaux des antivax peuvent, pour la plupart, être déjoués facilement. Mais on ne peut rien faire contre la peur. La peur de recevoir un vaccin, de ne pas savoir comment le corps va réagir.

Cette peur qui vient, sans doute en grande partie, du fait des polémiques concernant le vaccin contre l’hépatite B. Ce dernier aurait provoqué des cas de sclérose en plaques en France. C’est dans les années 90 que la polémique éclate. Il faudra attendre 2018 pour que plusieurs études dévoilent qu’aucun lien ne peut être fait. Mais le mal est fait.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Madlips nono officiel (@madlipsnono)

Les vaccins contre le covid-19 ont-ils des effets indésirables ?

La réponse est oui. Comme pour tous les vaccins, le corps réagit. Cela dépend évidemment des personnes. Certaines se portent bien après leur injection. D’autres ont si mal au bras qu’elles ne peuvent plus le bouger. Certaines ont de la fièvre, des courbatures, des maux de tête ou de ventre.

Mais qu’en est-il des effets secondaires sur le moyen et long terme ? Certaines femmes parlent du fait que leurs règles sont totalement perturbées par le vaccin. C’est en effet une conséquence possible du vaccin. Mais jusqu’à présent, il s’agit d’un effet indésirable ponctuel et peu grave. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Kiffe ton Cycle (@kiffetoncycle)

De possibles effets secondaires pas encore établis

La difficulté est de savoir comment prendre en compte l’information. Une personne qui tombe malade ou qui voit son corps réagir d’une manière ou d’une autre aurait-elle eu les mêmes symptômes sans vaccin ? Difficile à dire. Depuis le mois de juillet, on parle désormais de cas de surdité qui touchent des personnes vaccinées.

« Les caractéristiques cliniques des cas, notamment l’absence d’antécédent audiologique, otologique et cardiovasculaire dans la plupart des cas, ainsi que les données de la littérature font de ces événements un signal potentiel » indique l’ANSM mais « le lien de causalité entre ce vaccin et les cas de surdité n’est pas établi« .

Nous pouvons vous donner une idée du nombre de cas de personnes ayant noté des effets indésirables au vaccin. Le vaccin Pfizer a été administré plus de 112 millions de fois en France (nombre d’injections). 109 000 personnes concernées considèrent avoir eu des effets secondaires. Sur l’ensemble des vaccins, on parle de 145 millions d’injections pour 169 000 personnes touchées par des effets indésirables.

Aujourd’hui encore, les possibles effets des vaccins sont analysés. C’est le protocole classique, de la même manière que les conséquences des médicaments sur la santé sont, encore aujourd’hui, largement suivies.

Peu importe finalement si le vaccin est efficace ou non, la méfiance est réelle. Et même les personnes vaccinées perdent patience. Une grosse majorité refusera une quatrième dose, si cette dernière est souhaitée par le gouvernement. Surtout quand la stratégie était de dire que le vaccin permettrait de sortir de la crise.