Vanessa Paradis revient sur son gros clash avec Serge Gainsbourg et met enfin les points sur les “i”

 « Paradis, c’est l’enfer », avait lâché Gainsbourg au sujet de leur collaboration, au début des années 1990. Aujourd’hui, Vanessa Paradis révèle les dessous de leur relation pour Le Journal du Dimanche.

Vanessa Paradis : elle revient sur son gros clash avec Serge Gainsbourg et met enfin les points sur les “i” 
© Reynaud Julien/APS-Medias/ABACA

En 1987, Vanessa Paradis cartonne avec son tube Joe le Taxi. Le public la découvre alors Vanessa toute jeune en tant que chanteuse. Puis elle a fait ses premier pas en tant qu’actrice. Et là, tout le monde s’est mis d’accord pour dire que la jeune femme crevait l’écran. Actrice à part entière, elle a reçu un césar dès 1990 pour son rôle dans Noce Blanche.

« Tout cela m’a profondément perturbée.« 

Mais ce succès fulgurant n’a pas été de tout repos pour cette artiste au caractère réservé. « Quand j’ai connu ce succès, je n’avais qu’une vingtaine d’années, et c’était si soudain, si violent. Moi qui était déjà timide, cela m’a rendue encore plus sauvage, au sens propre : j’ai pu avoir la sensation d’être traquée comme un animal et que l’on me privait de ma liberté. (…) Voir le regard de personnes qui me connaissaient se transformer d’un seul coup alors que rien n’avait changé en moi, tout cela m’a profondément perturbée« , avait-elle en effet révélé à Psychologies en 2013.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Vanessa Paradis (@vanessa.paradis)

Sa célébrité va encore s’accroître avec sa collaboration avec Gainsbarre. Ce dernier l’aide à réaliser son album Variations sur le même t’aime (1990). Mais à l’époque, les rumeurs vont bon train. On parle alors d’un rapport conflictuel entre les deux artistes. Serge Gainsbourg aurait souhaité faire de la jeune chanteuse sa muse. Comme il l’avait précédemment fait avec Brigitte Bardot ou encore sa femme Jane Birkin. Mais l’ancienne candidate de l’Ecole des fans aurait montré un caractère bien trempé.

Une déclaration sulfureuse qui fait jaser

Le père de Charlotte Gainsbourg aurait alors piqué une crise et lâché dans les médias : « Paradis, c’est l’enfer« . Avec cette déclaration sulfureuse, il n’en fallait pas plus pour faire jaser dans la presse.

Pourtant, des années plus tard, la femme de Samuel Benchetrit a accordé une interview sur le sujet à nos confrères du Journal du dimanche. Cette dernière a notamment réfuté la mésentente qu’on leur a longtemps collée. « La collaboration avec Serge Gainsbourg. On a prétendu que ça s’était mal passé entre nous alors que c’était divin. Le seul problème, c’est que Serge était très malade. Quand l’album est sorti, par esprit de provocation, il a mis de l’huile sur le feu en se laissant emporter par un bon mot : « Paradis, c’est l’enfer », a-t-elle en effet expliqué.

« Cela me donne encore plus le trac ! »

Serge Gainsbourg avait exigé écrire seule le texte de toutes les chansons de l’album. Pourtant, Vanessa Paradis entendait apporter sa touche personnelle. « C’est vrai que je lui ai retoqué un texte, mais je pense que c’était mieux pour lui. Il écrivait en parallèle des chansons pour Joëlle Ursull. Désolée, mais je ne considère pas la chanson White and black Blues au niveau. C’est ce qu’il cherchait à me refiler, mais moi, si je travaillais avec lui, c’était pour avoir du grand Gainsbourg !« , se justifie ainsi la maman de Lily-Rose Melody dans les colonnes du Journal du dimanche.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Vanessa Paradis (@vanessa.paradis)

En tous cas, cet album connut un succès énorme. Et ce fut le dernier de Serge Gainsbourg, décédé le 2 mars 1991. Aujourd’hui, Vanessa Paradis vit avec le réalisateur Samuel Benchetrit, avec qui elle s’est mariée. Elle foulera bientôt les planches dans la pièce de théâtre Maman de son mari. Pourtant, elle confiait récemment que sa plus grande crainte, c’était de travailler avec son cher et tendre. « Pour le moment, cela me donne encore plus le trac ! Et ça met la pression. J’ai le sentiment de devoir assurer davantage. Être la personne qui déçoit (…)… ce serait terrible !», avait-t-elle en effet confié à nos confrères de Paris-Match en juillet dernier.


Alix Brun

Passionnée de rédaction, je m’intéresse à tous les sujets qui animent l’actualité française et mondiale. Rédactrice web de profession, j’ai à coeur d’informer le lecteur de la manière la plus précise possible, tout en offrant une information qualitative. Pigiste pour Objeko, j’ai également pour but de contribuer à un canal d’information distinct des grandes rédactions journalistiques omniprésentes sur le web, offrant ainsi un point de vue différent sur notre actualité quotidienne.