Vanessa Paradis sublime en jupe plissée et cuissardes, elle envoûte les internautes

La divine idylle ravit les foules non seulement par ses chansons et ses rôles au cinéma. Mais aussi pour ses incroyables looks !

© ABACA

Vanessa Paradis est une excellente actrice, une merveilleuse chanteuse… Mais c’est aussi une super lanceuse de mode. Avec ses looks toujours surprenants mais ultra tendance, l’ex de Johnny Depp peut faire pâlir les top modèles. Elle fait tourner de l’œil à ses fans, dans une robe fourreau ouverte jusqu’au nombril ou encore dans une tenue entièrement noire et très féminine. A 49 ans, la comédienne apporte un vent frais dans le cinéma français.

En 1987, Vanessa Paradis cartonne avec son tube Joe le Taxi. Le public la découvre alors Vanessa toute jeune en tant que chanteuse. Puis elle a fait ses premier pas en tant qu’actrice. Et là, tout le monde s’est mis d’accord pour dire que la jeune femme crevait l’écran. Actrice à part entière, elle a reçu un césar dès 1990 pour son rôle dans Noce Blanche.

« Cela m’a rendue encore plus sauvage »

Mais ce succès fulgurant n’a pas été de tout repos pour cette artiste au caractère réservé. « Quand j’ai connu ce succès, je n’avais qu’une vingtaine d’années, et c’était si soudain, si violent. Moi qui était déjà timide, cela m’a rendue encore plus sauvage, au sens propre : j’ai pu avoir la sensation d’être traquée comme un animal et que l’on me privait de ma liberté. (…) Voir le regard de personnes qui me connaissaient se transformer d’un seul coup alors que rien n’avait changé en moi, tout cela m’a profondément perturbée« , avait-elle en effet révélé à Psychologies en 2013.

Sa célébrité va encore s’accroître avec sa collaboration avec Gainsbarre. Ce dernier l’aide à réaliser son album Variations sur le même t’aime (1990). Mais à l’époque, les rumeurs vont bon train. On parle alors d’un rapport conflictuel entre les deux artistes. Serge Gainsbourg aurait souhaité faire de la jeune chanteuse sa muse. Comme il l’avait précédemment fait avec Brigitte Bardot ou encore sa femme Jane Birkin.

On me demande souvent pourquoi j’ai attiré tant de bonnes grâces. Je n’ai pas de réponse. Il faudrait poser la question à ces hommes que j’ai inspirés, dit-on. Le seul élément de réponse que je peux donner, c’est que moi, j’avais envie et que l’envie de faire, de progresser, d’expérimenter, de sortir de ma zone de confort a été mon alliée la plus précieuse.”, explique-t-elle ainsi en 2021 à nos confrères de Madame Figaro.

J’ai toujours réussi à esquiver… »

Et de poursuivre : “Et puis, il n’y a pas que des gens qui m’ont choisie : j’en ai choisi beaucoup aussi. Gainsbourg, par exemple. Quand on m’a rapporté qu’il avait envie de travailler avec moi, je suis venue à sa rencontre. Pour mon deuxième album, nous étions allés le voir pour pêcher un texte. On en a eu douze ! C’était inouï. En musique, je suis très proactive. J’adore l’idée de la muse, j’adore ce mot. Il s’est galvaudé, certains pensent qu’une muse est une femme objet, alors que, pour moi, une muse, c’est une personne à la manœuvre, une personne qui inspire parce qu’elle agit.”, indique-t-elle en effet par ailleurs.

Vanessa Paradis a commencé à tourner très jeune. Heureusement, elle n’a pas été confrontée à des producteurs ou des réalisateurs qui ont tenté de profiter d’elle. “J’ai eu de la chance”, affirme-t-elle en effet. “J’ai toujours réussi à esquiver… Quand on commence très jeune comme moi, il y a un tas de choses qu’on ne sait pas et qu’on peut considérer comme normales quand on ne dispose pas des repères nécessaires. Il y a peut-être des choses borderline que j’ai vues et dont je n’ai pas voulu me souvenir. J’ai mené une vie artistique et personnelle très libre, j’ai beaucoup voyagé et, immanquablement, j’ai croisé des personnages peu recommandables. Dans mon premier film, Noce blanche , j’avais des scènes de nu, j’avais 16 ans, c’était compliqué. J’ai esquivé.”, rappelle-t-elle à juste titre à nos confrères de Madame Figaro.

Des tenues qui font tourner la tête !

Vanessa Paradis insiste cependant sur l’importance du mouvement #MeToo. Elle a notamment fait part de son admiration pour la comédienne Adèle Haenel. Elle-même a confié avoir été victime d’attouchements et de harcèlement par un réalisateur quand elle était adolescente. «#MeToo concerne tous les milieux, pas seulement le cinéma, et c’était indispensable que ça arrive. Et il est d’autant plus nécessaire que la parole se libère quand on voit certaines conséquences dramatiques du confinement, l’augmentation des violences faites aux femmes à l’intérieur des foyers. Dans le milieu du cinéma, je trouve très courageuses celles qui prennent la parole.

Et de poursuivre : « J’admire beaucoup Adèle Haenel et je trouve très injuste qu’elle ait pu être critiquée. Elle est l’une des actrices les plus douées de sa génération, elle n’a pas vraiment besoin de ça pour faire parler d’elle, comme on a pu l’entendre. En osant dénoncer cela, elle protège les comédiennes plus jeunes. A côté de cela, attention à l’effet des réseaux sociaux où l’on juge parfois trop vite et sans savoir des gens qui ne l’ont pas été par la justice. Cela peut être terrible », a-t-elle ainsi conclu.

Robe en cuir et fourrure sont de mises pour la pièce Maman

Ces derniers temps, Vanessa Paradis a fait parler d’elle pour sa robe en cuir et fourrure portée dans la pièce Maman, écrite par son mari Samuel Benchetrit. L’interprète de La fille sur le pont a ensuite été repérée pour son apparition surprise dans le dernier clip du chanteur Adrien Gallo, ex BB Brunes. Elle portait alors une robe au déc*lleté vertig*neux.

Si elle se fait plus discrète depuis le début de l’année 2022, on a pu l’apercevoir au défilé haute couture printemps-été 2022 de la maison Chanel. Mais pour les looks les plus incroyables, il faut se replonger dans les archives ! Comme ce magnifique cliché du photographe Dusan Reljin. Vanessa Paradis apparaît divine, dans un ensemble noir avec une jupe plissée et une paire de cuissardes plissées à bouts pointus. Magique !