Vianney “The Voice”: son attitude exaspère Marc Lavoine! Il craque ! (il l’insulte)

Quel dommage… on dirait qu'il y a de l'eau dans le gaz entre Vianney et Marc Lavoine ? Dans cette saison de The Voice, on dirait que rien ne se passe comme prévu. La faute à qui ?

Vianney s’investit dans son rôle de coach. Si bien qu’il grille les étapes. Or, pour Marc Lavoine, trop c’est trop ! Il nous dit tout !

Vianney, ce chanteur pas comme les autres

Un hyperactif

Depuis la diffusion du premier volet de cette saison The Voice, on se rend bien compte que quelque chose cloche avec Vianney. C’est simplement, il ne tient pas en place, s’agite dans tous les sens et semble être partout et nulle part à la fois. Comme le raconte son collègue Marc Lavoine, il « va très, très vite« . Et ce n’est pas cette anecdote qui va rassurer ses fans « Quand on dîne parfois ensemble, il bouffe, il reste deux secondes assis, puis il se lève. Il prend son truc, il vient manger à côté de toi, il n’arrête pas de faire le tour de la table. » De quoi avoir le fournil, non ?

Heureusement, Vianney ne se résume pas uniquement à ça. En effet, comme le prouve cette séquence de l’émission, il lui arrive d’être perdu face à la prestation d’un candidat. Incapable de retenir ce trop-plein d’émotion qui l’envahit, il va alors fondre en larmes. De l’avis de tous ses followers, cela restera l’une des images marquantes de la saison. Objeko vous dit tout ici !

Un génie intenable ?

Marc Lavoine a une explication à ce phénomène. « Les mecs qui ont un quotient intellectuel comme lui, c’est embêtant… parce qu’ils s’ennuient très vite » Est-ce pour autant que Vianney qu’il faille décréter que Vianney est un génie ? En tout cas, quand quelque chose lui plait, il nous le fait savoir en grimpant sur son fauteuil rouge…quitte à faire d’importants dégâts et à tout remettre en cause.   » Heureusement, ce follower a une bonne mémoire et nous rappelle que ce n’est pas du tout une exception !

 

Vianney sait aussi jouer des coudes pour se démarquer. Lors des auditions à l’aveugle, il n’est juste pas question qu’Amel Bent parte avec ce talent. Malgré la profonde affection qui les lie, les deux artistes utilisent la taquinerie comme moyen d’expression. Tandis que l’un bloque et envoie une délicate preuve de tendresse, l’autre propose une pelote de laine pour se défouler. Sacrés eux ! On ne les changerait pour rien au monde !

La cassure de trop ?

Lors de l’enregistrement des auditions à l’aveugle, Vianney a eu du mal à s’adapter aux règles du tournage. On sait de source sûre qu’il a laissé son empreinte à jamais auprès des équipes techniques. Comme le précise Marc Lavoine, il y a un jour que personne n’oubliera « C’est un surdoué, résume donc il casse les c***lles et aussi il casse des fauteuils. Deux heures à remettre les fauteuils en place, c’est ch**nt ! On a fini à quatre heures du matin ce jour-là. » 

Bon, là, il faut que Vianney intervienne. Il ne peut pas laisser circuler de telles informations sur lui sans donner un minimum d’explication à son public. Tout d’abord, il nous précise que cela n’est pas du tout lié au stress « J’ai ça depuis tout petit, depuis l’école primaire, je n’aime pas rester assis trop longtemps. C’est comme ça. J’aime bien bouger. Dans la vie pareil. C’est de l’hyperactivité. Rien d’autre »

Puis, en ce qui concerne les fauteuils, Vianney a un peu de remords. Oui, il concède sur un point, celui d’avoir « un peu m*rdé, je ne l’ai pas fait exprès, mais ça y est, ils sont réparés ». Attention, ce n’était absolument pas préméditer à l’avance puisque le chanteur de Pas là estime que « c’est long, le tournage, il faut gérer son énergie alors que je bouge tout le temps. »

D’ailleurs, s’il devait résumer son expérience à The Voice, Vianney dirait « Ici, il se passe des trucs qui nous rendent un peu euphoriques, qui nous mettent en joie, qui nous exc*t*nt. C’est ça, la musique. On est tout le temps surpris. » Objeko espère qu’il arrivera à mener ses poulains jusqu’à la victoire. Et pour cela, il peut compter sur le soutien de ses amis Véronique Sanson et de Patrick Bruel.