« Vivre ou survivre ? » : Aude (L’amour est dans le pré) furax, elle lance un SOS

Depuis qu’elle a tenté sa chance dans L’amour est dans le pré, Aude suscite la sympathie du public. Or, quand elle dénonce ses conditions de travail épuisantes, ses abonnés craignent le pire. Que s’est-il passé pour qu’elle atteigne ce point de non-retour ? Objeko fait le point !

"Vivre ou survivre ?" : Aude (L’amour est dans le pré) furax, elle lance un SOS
© Instagram

La vie d’Aude n’est pas facile. Malgré sa notoriété venue de L’amour est dans le pré, elle a du mal à joindre les deux bouts. Aïe, ça pique !

Aude, au bout du rouleau !

Depuis la treizième saison de L’amour est dans le pré, les téléspectateurs éprouvent beaucoup de tendresse pour Aude. D’une part, comme vous allez pouvoir le constater dans les images qui suivent, la jeune femme a énormément évolué physiquement. Qu’il semble loin le temps de l’insouciance avec son cher Christopher. Aujourd’hui, elle doit assumer son célibat tout en rivalisant d’ingéniosité pour que ses enfants ne manquent de rien. Avec la crise sanitaire actuelle, ce n’est pas une mince affaire…au contraire, c’est un vrai parcours du c*mbattant. Qui aura le dernier mot ? Sans en perdre une miette, Objeko vous explique en détail pourquoi ses nerfs viennent de lâcher. Si on lui avait prévu un début d’année aussi calamiteux, elle n’y aurait jamais cru !

Tout ça…pour ça !

Depuis le début, Aude assume largement son quotidien haut en couleur. Au printemps dernier, avec la franchise qui la caractérise, elle détaillait son emploi du temps. « Mes journées actuelles sont longues (5 h 20 réveil, à 23 h coucher, 7 jours sur 7), la fatigue s’accumule, alors je prends chaque minute possible pour tenter de me reposer« . C’est pourquoi, quand les enfants dorment, après de nombreuses remises en question et insomnies, elle nous annonce une grande nouvelle. Plus que jamais, elle souhaiterait investir une « nouvelle organisation dans [sa] vie personnelle et professionnelle« . Va-t-elle y parvenir sans y laisser des plumes ?

Hélas, la déception d’Aude va être rude lorsqu’elle tombe sur cette coupure de presse. Dépitée, l’ancienne candidate de L’amour est dans le pré tient à partager son désarroi avec ses abonnés.  Ell ne comprend pas le choix de cette « éleveuse de chèvres » a eu la chance de remporter un prix pour la qualité de son fromage. Visiblement cette récompense n’a pas suffi à améliorer son activité puisqu’elle est actuellement en pleine reconversion. Désespérée, la maman de Louane et de Raphaël jette un pavé dans la mare. Au même titre que ses collègues, elle compare leurs métiers à celui « d’esclaves de notre monde » ! Quel choc !

Pour Aude, c’est la goutte d’eau !

Certes, Aude n’a jamais la langue dans sa poche. Elle dit souvent tout haut ce que d’autres déplorent tout bas. Lors de la première rentrée scolaire post-confinement, Objeko se souvient de son angoisse lorsqu’elle a compris que sa fille allait devoir porter un masque à l’école. Étant particulièrement liée à ses vaches, elle nous précise dans sa story que ses amis de « la coopération laitière dénonce le climat des négociations sur les prix« . Si elle avait le ministre en face d’elle, elle ne mâcherait pas ses mots et lui dirait. « Nous, agriculteurs, on est juste bons à cr*ver »

Vous l’avez compris, Aude ne semble pas apaisée sur ce qui se trame pour 2022. A l’instar de Laetitia, elle se pose mille et une questions à la semaine. Doit-elle « Continuer ou arrêter, vivre ou survivre ? » D’ailleurs, pour appuyer ses propos, elle désigne ce géant de la distribution qui fait tant de dégâts. « Tout ça parce que Leclerc (certes très bon en com’!) et compagnie refuse de baisser leurs marges… » Dans un sourire ironique, elle s’adresse aux clients qui ont l’impression de faire des affaires en or. Souvenez-vous. Avec sa référence d’autotest à prix coûtant, il avait réussi à redorer son blason. « Ne vous leurrez pas, le prix au consommateur va exploser, et nous éleveurs, avec, (…) Seules les grandes surfaces vont exploser leurs bénéfices. »

2022 aussi grave que 2021 ?


D’ailleurs, il y a une donnée qui l’inquiète fortement. Vu la propagation actuelle du variant Omicron, Aude craint que cela déjà trop tard. « Que ça soit les produits laitiers, les légumes (en conserve ou surgelés), la viande… La pénurie est amorcée, même si elle n’est pas encore visible dans les étals. » Pas du tout positive, elle estime que la France ne sera pas du tout un cas isolé. Malgré que nos amis agriculteurs s’acharnent nuit et jour à la tâche, cette crise logistique sans précédent « touchera le monde entier. » Et vous, qu’en pensez-vous cher lecteur d’Objeko ? Suite au prochain numéro et à bientôt pour de nouvelles aventures !


Deborah Attias

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.