Voici l’astuce pour connaître dès maintenant le montant de votre impôt sur le revenu

A partir du 7 avril, les français sont invités à remplir leur avis d'imposition afin de déterminer le montant de l'impôt sur le revenu qu'ils doivent payer. Mais pour ceux qui veulent avoir une idée précise sans attendre cette date, un simulateur est disponible depuis janvier. C'est le moyen parfait pour mieux se préparer à débourser la somme d'argent réclamée par l'État. On vous explique comment faire.

©Actu.fr

Un service disponible puis le 12 janvier 2022

Vous l’ignorez peut-être mais, chaque année, l’administration fiscale met à disposition des français des simulateurs qui permettent d’avoir une estimation du montant de l’impôt sur le revenu. Les ménages peuvent donc prévoir la somme à mettre de côté avant de remplir leur avis d’imposition, le 7 avril prochain. Deux outils existent : l’un est simple, tandis que l’autre est un peu plus détaillé.

Comment faire pour trouver ce simulateur ? C’est simple, il suffit de vous rendre sur le site officiel impots.gouv.fr. La bonne nouvelle, c’est que ces simulateurs prennent en compte les dernières réformes fiscales. La simulation est donc au plus près de la réalité

La première version est une version simplifiée qui permet d’obtenir un « estimatif pour les situations les plus courantes« , comme l’indique le site de Boursorama. Mais si vous souhaitez avoir plus de précision « et pour une prise en compte de tous les cas particuliers« , alors il est conseillé de se tourner vers le modèle plus complet. Tout simplement car ce dernier inclut « toutes les annexes de la déclaration de revenus, et permet notamment de faire apparaître les revenus fonciers, agricoles ou des indépendants« .

Pourquoi opter pour les services d’un simulateur ?

La raison est simple. Avoir une estimation précise de l’impôt sur le revenu permet de mettre de côté la somme donnée, et de ne pas se retrouver au dépourvu avec, par exemple, un montant au-delà des attentes. On vous voit venir, cet avantage est certes moins présent sur la présence du prélèvement à la source. Cela fait en effet trois ans que le Trésor Public prélève tous les mois un pourcentage d’impôt sur les salaires perçus par les salariés. Mais des écarts peuvent cependant toujours exister entre le montant prélevé et le montant réellement dû. 

Faire cette simulation permet justement de savoir si vous payez la bonne somme tous les mois ou non. Si ce n’est pas le cas, alors il faut débourser une somme d’argent inattendue au mois d’avril. Autant se préparer le plus tôt possible. Et c’est à cela que servent ces deux simulateurs. Alors n’hésitez pas à vous rendre en ligne pour avoir une estimation claire. 

Les candidats à la présidentielle et les impôts 

Si depuis des semaines, les sujets les plus souvent commentés par les candidats sont la sécurité, l’immigration ou encore l’islam, les questions sur la fiscalité ont finalement trouvé leur place dans le débat public. Peut-être les candidats se rendent-ils enfin compte que les français sont moins préoccupés par des femmes qui portent un voile dans la rue que par l’argent qu’ils doivent donner chaque année à l’État. 

Emmanuel Macron l’a dit, si second mandat il y a, aucune hausse des impôts ne sera à signaler. C’est même plutôt une baisse que les français peuvent espérer. Il entend notamment supprimer la taxe audiovisuel, comme il a supprimé la taxe d’habitation. Il promet, en outre, de tripler le plafond de la « prime Macron ».

Valérie Pécresse veut diminuer le poids de l’impôt sur le revenu. Elle souhaite doubler le crédit d’impôt d’aide à domicile afin de faciliter la prise en charge des enfants et des personnes âgées dépendantes. De son côté, Marine Le Pen fait parler puisqu’elle souhaite exonérer d’impôt sur le revenu tous les citoyens français qui ont moins de trente ans. Pas d’impôt sur la société pour les entrepreneurs de moins de trente ans, et ce pendant cinq ans. Le but ? Pousser les jeunes français à rester en France. Elle souhaite également baisser la TVA de 20% à 5.5% sur les produits énergétiques qui sont, pour elle, des biens de première nécessité. 

Enfin, Jean-Luc Mélenchon compte bien mener ce qu’il appelle une « révolution fiscale » en passant de cinq paliers à 14. Le but ? Alléger la fiscalité pour tous les français qui gagnent moins de 4000 euros par mois. En revanche, pour les personnes qui gagnent plus de 400 000 euros par an, la taxe sera de 90% contre 45% aujourd’hui.