France: Voici le département français où le carburant est le moins cher de tous

Tel un village d'irréductibles gaulois, il existe un département français qui semble résister à la hausse drastique des prix sur les carburants liés à la guerre entre la Russie et l'Ukraine. Alors qu'en France métropolitaine, faire le plein de sa voiture n'aura jamais été aussi cher, une image partagée sur Twitter nous montre que la Réunion semble avoir été épargnée par la hausse qui met plus d'un français dans l'embarras financier.

© DDM – DDM NEDIR DEBBICHE

Un conflit loin de la France aux conséquences immédiates 

Cela fait des années que le doute persiste, des années que les grands dirigeants de ce monde craignent une décision radicale de la part de Vladimir Poutine. Le Président Russe n’a jamais caché sa nostalgie de l’URSS. Or, l’Ukraine se divise en deux avec, d’un côté, les pro-occidentaux, et de l’autre, les pro-russes. Cette scission est d’autant plus marquante depuis 2004 avec la Révolution orange. L’élection, cette même année, d’un président pro-européen n’arrange pas les relations avec la Russie. En 2014, la Crimée proclame son indépendance et se rattache à la fédération de Russie le 18 mars. L’Ukraine condamne cette décision, tout comme cent pays dans le monde. Une guerre civile éclate alors dans l’est de l’Ukraine, la partie du pays qui est majoritairement russophone. 

Mais début 2022, « la menace persistante d’une opération militaire russe« , selon les mots du Président américain Joe Biden, se fait sentir. Il ordonne aux familles de diplomates américaines de quitter le territoire, lui qui redoute une invasion de l’Ukraine par les Russes. Le 21 février, Vladimir Poutine reconnaît l’indépendance des républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk. Il déplace ses troupes pour se rendre dans l’est de l’Ukraine pour assurer le maintien de la paix. Mais trois jours plus tard, le pays procède à des bombardements. C’est le point de départ de l’invasion de l’Ukraine

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par 🇺🇦 (@nelli.rizhko)

Des punitions contre la Russie qui ont des répercussions

Les pays occidentaux condamnent cette décision de Vladimir Poutine. Emmanuel Macron, qui s’est entretenu avec le président russe quelques jours seulement avant le début de la guerre, s’entretient régulièrement avec lui au téléphone. Son but ? Que la guerre cesse le plus vite possible. Mais en attendant, Vladimir Poutine doit savoir que son action ne peut pas rester impunie. De nombreuses décisions sont prises pour transformer la Russie en île. Les banques russes sont exclues du système Swift, tandis que de très nombreuses grandes marques cessent leur activité dans le pays. 

Le problème, c’est que cela a des conséquences. La Russie est en effet un grand exportateur de pétrole et de gaz dans le monde, et notamment en Europe. Face à la guerre, le prix à la pompe a augmenté presque aussitôt. On ne pensait pas voir de tels prix en France, c’est pourtant une réalité. La barre des deux euros le litre est dépassé dans de nombreuses stations, de quoi mettre de nombreux français qui utilisent beaucoup la voiture dans le rouge. 

Prix de l’essence: Un département français propose des prix incroyables 

On aurait pas cru dire un jour qu’1.6 euros le litre de sans plomb est incroyable, mais face aux hausses, c’est une véritable anomalie. A la Réunion, les français ne sont pas concernés par cette hausse subite des prix. Là-bas, le diesel se négocie à 1.31 euros le litre. Comment expliquer cette absence de conséquence, contrairement à la France métropolitaine ? Il y aurait simplement un décalage de temps par rapport au reste du pays. Le diesel et le sang plomb devraient donc être plus chers dans les jours à venir, mais la Réunion va également bénéficier de 15 centimes de réduction par litre à partir du 1er avril (décision du gouvernement). 

Cette guerre et les conséquences qu’elle entraîne sont le sujet majeur, actuellement, de la campagne présidentielle. Pas de quoi ravir la candidate Valérie Pécresse, qui considère que sa baisse dans les sondages vient du fait que l’actualité nationale et internationale se tournent vers le pays ukrainiens, attaqué. Mais l’élection devrait avoir lieu, et les candidats en profitent pour ajuster leur programme pour parler notamment de cette hausse du prix de l’essence. Emmanuel Macron part toujours favori, tandis que Marine Le Pen retrouve une deuxième place de choix, devant Jean-Luc Mélenchon, Eric Zemmour et Valérie Pécresse.