Voici les meilleures huiles pour faire baisser efficacement votre cholestérol

Quand vous avez un taux de cholestérol trop important dans le sang, notamment le mauvais cholestérol, quelques techniques simples existent pour adapter votre alimentation. Par exemple, vous devez porter une attention particulière aux huiles que vous utilisez. Objeko vous explique tout !

Voici les meilleures huiles pour faire baisser efficacement votre cholestérol
© BY-SA 4.0

Découvrez tout ce qu’il faut savoir dans cet article et surtout les meilleures huiles à utiliser pour faire baisser votre cholestérol.

Cholestérol : comment bien choisir ses huiles alimentaires ?

Toutes les huiles végétales ne se ressemblent pas et n’apportent pas les mêmes nutriments et graisses alimentaires. En effet, ces dernières sont souvent pointées du doigt suite à la sortie de deux études. Celles-ci ont prouvé que les individus qui ingurgitent des graisses saturées (graisses animales) possèdent un cholestérol et un risque de décès plus importants. Mais, Nathalie Breuleux-Jacquesson et Michel Montignac expliquent plusieurs éléments très intéressants dans leur livre Le régime anti-cholestérol – Maîtriser naturellement son cholestérol, c’est possible !

Il est possible de dissocier les bonnes des mauvaises graisses en fonction des acides gras contenus à l’intérieur. Et celles-ci auront un impact direct sur le cholestérol. En effet, les acides gras qui ne contiennent plus d’hydrogène sont nommés « insaturés ». Ceux qui sont dits « monoinsaturés » signifient qu’ils peuvent encore prendre des atomes d’hydrogène. Tandis que les « polyinsaturés » peuvent encore en prendre plusieurs.

L’huile de colza, d’olive, et d’avocat : beaucoup d’acide oléique

Le corps ne peut pas fabriquer deux types d’acides gras polyinsaturés et ceux-là sont essentiels à l’organisme. Alors, il est nécessaire d’en mettre dans l’alimentation afin de ne pas avoir de carence. On peut citer les acides linoléiques et alpha linoléniques qui se modifient tout seuls en acides gras quand nous les mangeons. Les acides gras qui viennent de l’acide linoléique sont nommés oméga-6 et ceux qui viennent de l’acide alpha linolénique sont appelés les oméga-3. Les premières citées se trouvent dans l’huile de maïs, de tournesol et de pépins de raisin. Tandis que les seconds se trouvent dans l’huile de soja, colza, de noix et de lin.

L’acide oléique qui est dit monoinsaturé, est contenu dans l’huile d’olive, de colza, d’arachide ou d’avocat. Comme l’expliquent les scientifiques Nathalie Breuleux-Jacquesson et Michel Montignac dans leur publication, l’acide oléique permet une meilleure résistance du cholestérol par rapport à l’oxydation et le ferait même baisser. De ce fait, on donne une note spéciale à l’huile de colza qui est vraiment très bénéfique pour la santé et contre le cholestérol. En effet, elle contient beaucoup d’acide linolénique et peu d’acides gras saturés. Par ailleurs, les acides gras polyinsaturés se trouvent dans les huiles de soja, tournesol ou encore de pépin de raisin. Toutes les huiles citées ci-dessus sont à privilégier dans une alimentation anticholestérol.

À bannir les huiles de coco, palme et coprah

Par contre, toutes les huiles végétales ne sont pas bonnes pour maintenir son taux de cholestérol. En effet, celles de palme, coprah ou coco contiennent beaucoup d’acides gras saturés. Ainsi, elles sont à inclure dans l’alimentation le moins possible. Par exemple, le taux de gras saturés contenu dans l’huile de noix de coco est de 85%. À l’inverse, l’huile de colza est le produit qui contient le moins d’acides gras saturés (10%), devant toutes les autres. Cependant, il ne faut pas mettre sur la même échelle la baisse du cholestérol et les maladies cardiovasculaires. Selon le livre Le régime anti-cholestérol, les scientifiques expliquent que l’huile de tournesol est très riche en oméga-6, des acides gras polyinsaturés à 60%.

Celle-ci a le mérite de faire diminuer le cholestérol et plusieurs études l’ont prouvé dans les années 60. De ce fait, beaucoup de personnes se sont dirigées vers cette huile végétale. Par contre, la baisse du taux de cholestérol ne veut pas nécessairement dire que les maladies coronariennes sont complètement impossibles. En effet, l’huile de tournesol pourrait même avoir un impact négatif sur la santé si elle est consommée en trop grandes quantités. Par exemple en Israël, les populations en consomment beaucoup et déclarent un taux de décès en raison d’une maladie coronarienne plus important qu’en France, l’Espagne ou encore le Portugal. Alors, attention, on y va avec modération !

Découvrez la composition en acides gras des huiles végétales ci-dessous

Afin de choisir le meilleur produit contre le cholestérol, voici les détails des huiles citées :

  • Colza : 10% d’acides gras saturés, 60% d’acides gras monoinsaturés, 30% d’acides gras polyinsaturés.
  • Tournesol : 15% d’acides gras saturés, 20% d’acides gras monoinsaturés, 65% d’acides gras polyinsaturés.
  • Maïs : 15% d’acides gras saturés, 25% d’acides gras monoinsaturés, 60% d’acides gras polyinsaturés.
  • Olive : 20% d’acides gras saturés, 70% d’acides gras monoinsaturés, 10% d’acides gras polyinsaturés.
  • Soja : 20% d’acides gras saturés, 25% d’acides gras monoinsaturés, 55% d’acides gras polyinsaturés.
  • Arachide : 20% d’acides gras saturés, 45% d’acides gras monoinsaturés, 35% d’acides gras polyinsaturés.

Nous pouvons préciser aussi que la cuisson des huiles est très importante pour conserver toutes les vitamines. Par conséquent, chacune d’entre elles aura un niveau de tolérance de cuisson différente. En effet, à partir d’un moment, les acides gras contenus dans les huiles peuvent se dégrader et ainsi apporter des nutriments toxiques à notre organisme. Donc, pour faire simple, privilégiez la cuisson de vos aliments avec de l’huile de tournesol, d’arachide ou de pépins de raisin. Elles possèdent un « point de fumée » plus haut et sont moins sensibles à l’oxydation par rapport à leurs concurrentes.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par #ETHIQUABLE (@ethiquable)

« En France, le cholestérol serait à l’origine d’un infarctus sur deux et près de 20 % de la population adulte présenterait une hypercholestérolémie », explique la Fédération française de cardiologie. Pour rentrer dans les détails chiffrés, le taux de cholestérol LDL doit être inférieur à 1,6 gramme par litre de sang. Et, le taux de cholestérol HDL doit être au-dessus de 0,35 gramme par litre de sang. Le cholestérol dans sa globalité doit rester en dessous de 2 g/l.

 


Celine Cossa

A la base, chargée de communication dans l’édition, j’ai donc déjà une expérience dans l’écriture et l’image. De nature très curieuse, je me suis toujours intéressée aux médias, à l’actualité et à la culture au sens large. Ainsi, associer mon amour des mots et mon goût pour les news a été une évidence !