Voici quelle doit être la durée d’une bonne nuit de sommeil pour bien récupérer

Pendant les vacances, les Français rêvent de dormir et de récupérer leur sommeil. Mais quelle est la durée d’un sommeil réparateur ?

©LA RÉDACTION MARIE FRANCE

Tout le monde voudrait dormir sur ses deux oreilles. Pourtant, à l’âge adulte, nous sommes nombreux à affronter des problèmes d’insomnie. Et ce n’est pas bon pour la santé… D’après une étude Ipsos, plus d’un Français sur deux présente aujourd’hui des troubles du sommeil. Les causes en sont multiples, ainsi que les types de troubles du sommeil

D’un côté, il y a les insomnies, de l’autre notamment les difficultés d’endormissement. Enfin, on peut noter également le problème du sommeil non réparateur mais aussi l’apnée du sommeil. Les insomnies auraient plusieurs origines. « Le travail en horaires décalés est l’une des principales causes de l’insomnie. », d’après le Dr Rey, interrogé par Generali. L’expert poursuit : «  Il occasionne des troubles du rythme circadien (l’alternance entre la veille et le sommeil). Quand des salariés travaillent la nuit, ils n’arrivent pas à dormir le jour et en période de repos, ils n’arrivent plus à dormir la nuit. »

Comment mieux récupérer pendant son sommeil ?

«  La deuxième cause est l’anxiété : vous ne pouvez pas vous endormir si vous  êtes soucieux. Le stress induit une insomnie qui finit par vous angoisser en elle-même : vous redoutez de ne pas vous endormir au moment du coucher et c’est ainsi que l’insomnie s’auto entretient. C’est un cercle vicieux. », ajoute-t-il en effet.  

Et nos mauvaises habitudes y sont pour quelque chose ! On songe tout de suite à nos écrans sur lesquels on est connecté H24. Ces derniers jouent un rôle non négligeable sur les insomnies dont souffrent nos contemporains. « Les écrans ont une conséquence directe sur la réduction du sommeil nocturne. Notre enquête montre que 40 % des Français consultent leur smartphone au moment du coucher. Or, les écrans diffusent une lumière bleue qui bloque la sécrétion de mélatonine. Cette hormone, secrétée la nuit, favorise l’endormissement. Notre organisme soumis à la lumière bleue pense qu’il fait jour et ne comprend pas qu’il est temps de se reposer. »

Heureusement, il existe de nombreuses habitudes à prendre si l’on veut lutter contre les insomnies. Le Dr Rey conseille ainsi de « s’efforcer de respecter des horaires de coucher les plus réguliers possibles. Le sommeil s’articule avec les autres rythmes biologiques, se coucher à heure fixe permet d’être en phase avec l’ensemble de ces rythmes. »

Plus on vieillit, moins on dort !

Afin de lutter contre les troubles du sommeil, il faut donc veiller à faire des nuits réparatrices. En théorie, un adulte devrait dormir entre 6 et 9 heures. Cependant, il faut savoir que plus on vieillit, moins on dort.

Et si l’on a la sensation de ne pas récupérer, c’est en fait à cause des réveils nocturnes. A partir de 30 ans, on estime qu’on se réveille en effet une vingtaine de fois par nuit. Pas sûr que vous vous en rendiez compte : ces réveils sont inconscients et ne laissent aucun souvenir. Mais s’ils durent plus d’une minute, et qu’on se réveille 20 fois par nuit, on perd donc 20 minutes par nuit. Pour bien se reposer, il faut aussi que le délai d’endormissement ne dépasse pas 20 minutes.

Pas question pour autant de recourir à des médicaments ou à compléments alimentaires pour favoriser un bon sommeil réparateur. « On peut trouver des médicaments qui sont de vrais somnifères car il s’agit de produits chimiques qui vous font dormir et dont la durée d’action s’étend jusqu’au au lendemain. », explique en effet le médecin Dr Rey, spécialiste du sommeil. « Une certaine somnolence peut perdurer durant la matinée. Il ne s’agit en aucun cas d’un traitement de l’insomnie et mieux vaut éviter de le prendre régulièrement. », conclut-t-il. Rien ne vaut donc un bon moment de détente avant d’aller au lit !