Yannick Noah parti de la France : voici sa nouvelle vie totalement étonnante

Lassé de la morosité de l'hexagone, Yannick Noah a plié bagage. Mais où se cache-t-il ? Nos confrères de Brut ont retrouvé sa trace ! C'est parti, suivez le guide...

© Corinne Dubreuil/ABACA

Qui aurait cru que Yannick Noah changerait radicalement de vie en 2022 ? On vous raconte tous les détails de son quotidien hors normes !

Yannick Noah à des années-lumière de son ancienne vie

Comment oublier ce moment où tout a basculé dans la carrière de Yannick Noah ? Dire que cela fera bientôt quarante ans. Le temps passe et on n’a rien assez profité de ce sentiment de fierté nationale ! Depuis, force est de constater qu’il a fragmenté sa vie professionnelle. Chanteur, entraineur, tout semblait lui réussir. Or, Objeko vient d’apprendre avec stupeur son déménagement à l’autre bout de la planète. Contre toute attente, malgré le choc des fans de le savoir à des milliers de kilomètres, on dirait que ce projet a été murement réfléchi par l’artiste. Sans plus attendre, on s’appuie sur nos confrères de Brut pour vous en dévoiler les coulisses. Où, quand et comment fait-il pour recommencer tout à zéro ? La réponse, on vous la donne sans en perdre une miette !

Un changement radical

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Yannick Noah (@yannicknoah)

Celui que l’on surnomme avec tendresse « Papa Yannick » est parti en Afrique, et plus précisément au Cameroun. Et oui cher lecteur d‘Objeko, c’est comme un retour aux sources. D’ailleurs, à peine a-t-il déposé ses affaires que les locaux lui font la fête. Nos collègues de Brut ont eu l’immense honneur de le suivre dans ses aventures à Etoudi. Ce qu’on aurait aimé être une souris pour assister à cette visite guidée. Du reste, dans le passé, cet endroit était un village de Yaoundé. Aujourd’hui, c’est devenu maintenant un quartier. Et qui de mieux que le chanteur pour nous en faire découvrir ses multiples facettes ? Ah si les murs de ces habitations de fortune pouvaient parler, nous n’avons aucun doute qu’ils nous en confieraient des choses incroyables.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Yannick Noah (@yannicknoah)

Ému aux larmes mais avec un sourire jusqu’aux oreilles, Yannick Noah nous raconte que c’est à endroit qu’il « a grandi« . Comme un juste retour ds choses, c’est désormais le « patriache« . Son rôle, il le prend très à coeur même s’il résume avec une pointe d’humeur. Mais cette phrase ne dissimule-t-elle pas une profonde tendresse pour ceux qui l’ont accueilli les bras ouverts ? « Tu t’occupes des petits, des anciens. Et puis de temps en temps pour les plus jeunes, c’est une bière” ! D’ailleurs, l’école du coin, il raconte avec fierté à qui veut l’entendre que c’est sa mère qui l’a fondé à la sueur de son front. Quelle émotion de sentir la protection de celle qui a tant appris et donné !

Yannick Noah doit tout réapprendre

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Yannick Noah (@yannicknoah)

Aussi loin que remontent ses souvenirs, Yannick Noah se rappelle du grand départ. D’ailleurs, il se définit lui-même tel un « petit môme » qui ne saisit pas l’ampleur des choses. Puis, grâce à un simple calcul et nous fait tomber à la renverse. « En fait, je suis parti 48 ans. » Certes, il faisait de temps en temps des allez-retours pour aller rendre visite à son père. Son décès en 2017 l’a profondément marqué au fer rouge. Choqué, il prend conscience de la valeur de tout. Sans qu’il se l’explique autrement que par un « appel » venu de nulle part, il se sent investi d’une mission de haute voltige. On l’implore de tout mettre en oeuvre afin de “protéger » ce coin de la planète qui vibre si fort dans son âme. C’est sa « terre », mais également celle de ses « ancêtres”.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Yannick Noah (@yannicknoah)

Du reste, malgré le fait que tout le monde le connaisse et l’apprécie, cela n’a pas été tous les jours facile de s’intégrer. Par exemple, Yannick Noah précise qu’il lui a fallu faire des efforts surhumains pour “apprendre, à comprendre au minimum le dialecte local. » Heureusement qu’avec lui, l’humour n’est jamais bien loin. C’est pourquoi, il nuance ses propos avec une pointe d’ironie. « C’est une vraie responsabilité mais je suis un bagarreur” Maintenant, on sait à quoi s’en tenir ! Quiconque fera du mal à l’Afrique aura affaire à lui et à ses humeurs. Que le prochain locataire de l’Elysée en tienne compte. Il ne lui laissera aucun répit. Et vous, qu’en pensez-vous cher lecteur d’Objeko ? Promis, on vous racontera les avancées. Donc, on vous dit la suite dans le numéro d’après. Faisons-lui confiance pour de nouvelles aventures hautes en couleur !

Merci à nos confrères de Brut