Arnaque : attention à ces 6 SMS frauduleux qu’il ne faut surtout pas ouvrir

Découvrez les 6 techniques utilisées par les fraudeurs qui sont de plus en plus malins. Vous ne vous ferez plus avoir !

© avantdecliquer.com
Publicités

Les malfaiteurs ne sont jamais en vacances et ils sont toujours à l’initiative de nouvelles techniques pour vous dérober des informations personnelles et de l’argent. Toutes les semaines, une nouvelle arnaque arrive sur le marché. On va se concentrer aujourd’hui sur les fraudes qui passent par SMS. On vous fait un point dans cet article pour vous protéger et que vous ne tombiez plus jamais dans le panneau.

Arnaque au SMS : comment les reconnaître ?

Le but d’une arnaque, que ce soit par SMS, email ou téléphone, est d’obtenir vos informations personnelles, comme vos données bancaires par exemple. La méthode la plus couramment utilisé aujourd’hui par SMS est de se faire passer pour une entreprise importante et connue et de vous faire cliquer sur un lien web frauduleux. Les hackers vous font peur et vous poussent à agir vite.

Par contre, certains indices doivent vous alerter : des fautes de frappes ou d’orthographe, mais ce n’est pas tout. Voici les 6 SMS d’arnaque les plus courants.

Arnaque : comment avertir en cas de SMS frauduleux ?

Si vous êtes victime ou témoin d’un SMS d’arnaque, vous ne devez surtout pas cliquer sur le lien, indiquer le numéro auprès du 33700 et bloquer le numéro. À savoir, le 33700 est un système d’alerte mis en place par les opérateurs télécoms, les éditeurs de services et les hébergeurs. C’est aussi une initiative du Secrétariat d’État chargé de l’Industrie et de la Consommation. La CNIL souligne que l’envoi d’un SMS au 33700 est totalement gratuit pour les clients Bouygues Telecom, Orange et SFR. Par contre, pour les autres opérateurs, l’envoi du SMS se fait au tarif d’un SMS normal.

S’il s’agit d’un site web malfaisant, vous devez vous rendre sur la plateforme, PHAROS, accessible sur le site www.internet-signalement.gouv.fr. Ensuite, l’affaire sera prise en charge par un service de police judiciaire responsable de ces cas d’arnaque. Il s’agit de l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication, soit OCLCTIC.

1. Carte d’identité

Les malfaiteurs se font passer pour le service public.

« SERVICE-PUBLIC : Dernier délai pour obtenir votre nouvelle carte d’identité conforme à la nouvelle réglementation. Passé ce délai, les coûts de fabrications seront entièrement à votre charge/ Demander votre CNI via le lien ci-dessous : [lien frauduleux]. Nouvelle réforme, Meilleure sécurité. »

2. Compte professionnel de formation ou CPF

L’arnaque au CPF est devenue monnaie courante. En effet, les escrocs continuent d’utiliser cette brèche.

« URGENT : [Prénom Nom], vous allez perdre vos droits C-P-F. Consultez votre budget et réclamez votre formation 100% prise en charge : [lien frauduleux] »

3. Crit’Air

Il s’agit d’un certificat de qualité de l’air qui confirme le niveau d’émissions de polluants des voitures et autres véhicules.

« CRIT’AIR : Nos agents ont constaté que vous n’étiez pas muni de la vignette réglementaire, veuillez la récupérer via : [lien vers un site web frauduleux.] »

4. SMS en attente

Les pirates du digital vous vont aussi croire qu’un SMS urgent vous attend quelque part.

« Flash SMS : vous avez (1) MMS en attente depuis [date et heure]. Pour le consulter, cliquer sur le lien gratuit : [lien frauduleux]. »

5. Ameli

Une autre arnaque consiste à se faire passer pour l’assurance maladie.

« Compte Ameli : Après la dernière vérification de votre dossier d’assurance maladie, nous avons déterminé que vous recevrez un remboursement de 506.90 euros. Veuillez remplir votre formulaire de remboursement et confirmez-le via le lien ci-dessous : [lien frauduleux] »

6. Chronopost

L’entreprise Chronopost prévient les internautes sur son site web : « certaines personnes mal intentionnées peuvent essayer de récupérer vos données personnelles ou informations bancaires » en usurpant l’identité de Chonopost. Les pirates annoncent que le colis est arrivé à destination ou que la livraison a été stoppée et vous pousse à cliquer sur un lien. C’est particulièrement tentant quand on a en effet passé une commande et qu’on a reçu au préalable d’autres SMS et mails à ce sujet. Il ne faut surtout pas cliquer sur le lien d’une url que vous ne connaissez pas. Vérifiez bien l’adresse émettrice.

« CHRONOPOST : l’acheminement de votre colis a été interrompu, pour régulariser ceci rendez-vous sur : monsuivi-chronopost.com », a par exemple reçu une personne. Si l’expéditeur de SMS est bien Chronopost, le numéro utilisé sera le suivant : 38004. Sinon, il s’agit d’une arnaque !

Publicités