La suppression des pièces de 1 et 2 centimes inquiète, la CGT de la Monnaie lance l’alerte

Les pièces d'un et deux centimes vont-elles vraiment disparaitre ? Les syndicats sont contre. Voici leurs craintes !

© Pixabay
Publicités

La CGT de la Monnaie de Paris sont inquiets pour le pouvoir d’achat des Français. En effet, les pièces d’un et deux centimes vont peut-être disparaitre. C’est déjà le cas dans d’autres pays, mais cela ne les enchante pas du tout. Ils craignent que les commerçants en profiter pour augmenter leurs tarifs en arrondissant au-dessus. Cela ne ferait que renforcer l’inflation. La Commission européenne se base sur une enquête dans laquelle la plupart des Européens les trouvent gênantes.

C’est fini les pièces d’un et deux centimes ?

Les syndicats de la Monnaie de Paris sont très inquiets de ce projet de la Commission européenne. En effet, l’institution française qui s’occupe de la frappe des pièces n’est pas tout à fait en phase avec l’idée de suppression des pièces d’un et deux centimes. Surtout, elle craint pour le portefeuille des Français.

Les syndicats craignent des augmentations de prix

Certes, ces pièces de centimes représentent une faible valeur, mais elles permettent « d’avoir un prix au plus près de la valeur réelle du bien majorée de la marge commerçant », explique la CGT dans un communiqué partagé vendredi dernier. Le syndicat a peur que l’abolition de ces pièces de centimes ne pousse les commerçants à « arrondir les prix à leur avantage exclusif », cela même si la Commission européenne met en place des « règles relatives aux arrondis ».

« Alors que tous les consommateurs de la zone euro sont confrontés à une inflation sans précédent, ils ne comprendraient pas que la disparition des pièces de 1 et 2 centimes soit arrêtée dans un tel contexte alors même que cette disparition risque d’aggraver l’inflation », se défend la CGT.

Plusieurs nations sont déjà passées par la suppression de ces centimes

La Commission européenne devait normalement se charger de ce dossier pendant le second trimestre 2022. Le dossier est mis en attente et, pour le moment, aucune décision n’a été actée. D’après les sources du site Moneyvox, les discussions et les débats sur ces pièces de centimes vont reprendre d’ici au mois de décembre.

La Commission européenne se base sur une étude menée entre 2020 et 2021. Dans cette dernière, 72 % des européens questionnés trouvent ces pièces plus gênantes qu’utiles. Les résultats de cette étude avaient engendré un mouvement social en décembre 2021 au sein de l’institution de la Monnaie de Paris. À savoir, les effectifs sont trois fois moins importants depuis vingt ans à cause du recul de l’utilisation de l’espèce dans les transactions.

Mais, d’autres nations sont déjà passées par cette étape de suppression des pièces d’un et deux centimes. En effet, elles n’ont pas attendu que Bruxelles prenne une décision. Par exemple, la Slovaquie n’utilise plus cette petite monnaie depuis le 1er juillet 2022. Ainsi, les tarifs des biens vendus sont arrondis aux 5 centimes les plus proches. Bien sûr, cet arrondi s’applique pour les règlements en espèces, mais pas pour les paiements par carte. Chez nos voisins belges, un dispositif équivalent est mis en place depuis décembre 2021. Enfin, ces pièces ne circulent plus aux Pays-Bas depuis déjà une décennie. Affaire à suivre.

Publicités