Affaire Delphine Jubillar: Une trappe secrète cachée dans leur maison?

Depuis presque un an, personne n’a de nouvelles de Delphine Jubillar. Partie sans ses affaires, l’infirmière a disparu sans laisser de traces. Après la tristesse, la colère gronde dans l’entourage de cette dernier. Les amis et la famille aimeraient tant que Cédric Jubillar leur explique ce qui s’est passé cette nuit-là ! Ah si les murs pouvaient parler, ils en diraient des choses !

Delphine Jubillar : le soir où elle disparait, des “cris d’horreur” proviennent de sa maison !
© TonMag

On a entendu tout et son contraire sur Delphine Jubillar. La police ne relâche pas ses efforts et fouille le moindre mètre carré.

L’affaire Delphine Jubillar bientôt résolue ?

Chaque seconde, l’entourage de Delphine Jubillar sombre dans le cauchemar. En effet, ne sachant pas où elle est passée, ils n’hésitent pas à faire des rapprochements douteux avec d’autres faits-divers. Du reste, à la mi-juin, l’incarcération de son époux Cédric n’arrange rien. À l’heure actuelle, il n’a plus aucun contact avec Louis et Eylah. La personne qui semble le soutenir, c’est sa nouvelle compagne Séverine. De fait, ses collègues le lâchent un par un et le décrivent comme lunatique. Du fond de sa cellule, même s’il ne cesse que de clamer son innocence, les policiers sont déterminés à le maintenir en détention jusqu’à ce qu’il en dise davantage sur la nuit du 15 décembre.

Le mari de Delphine Jubillar reste muet

Dans différents articles, Objeko vous racontait les pistes des enquêteurs. Des cris entendus par des voisines en passant par l’analyse de son smartphone, tout est analysé au peigne fin. Soucieuse d’apporter une solution concrète aux proches de la jeune femme, la justice rejette les demandes de mise en liberté du principal suspect. S’engage alors un débat avec les avocats de ce dernier. Ils considèrent qu’il n’y aucune preuve flagrante contre lui. Sa place est dehors, avec ses enfants. Et si la réponse se trouvait devant nos yeux ?

Malgré les tentatives du conseil du mari de Delphine Jubillar, toutes les remises en liberté échouent. Or, le moins que la rédaction d’Objeko puisse dire, c’est qu’il fait tout pour collaborer. Inlassablement, il répond aux mêmes questions des enquêteurs. Certes, il existe quelques incohérences. Par exemple, celle du lavage des draps lors de l’arrivée des policiers le jour J. Pour autant, les résultats récents de l’analyse des canalisations de la maison du couple et de leurs deux enfants viennent de tomber. À l’instar de la voiture, tout porte à croire qu’il n’y a aucune trace de sang ou d’ADN.

Après l’extérieur, l’intérieur !

Après de nombreuses recherches organisées par les proches, l’entourage diffuse des appels à témoins sur les réseaux sociaux. Quiconque a aperçu la jeune femme est priée de se manifester auprès des autorités. Dès lors, la promenade de son chien pose question. Insomniaque, aurait-elle pris le risque de faire une balade en pleine nuit alors que nous étions en plein confinement ? Sa passion pour le ciel étoilé lui a-t-elle été fatale ? Autant de questions qui demeurent sans réponse. C’est un véritable engrenage mental dont personne ne peut sortir indemne.

En début d’année, les policiers organisent des fouilles méticuleuses dans la demeure du couple. À présent abandonnée, elle ressemble à une maison hantée. Dans cet article de la rédaction d’Objeko, nous vous indiquions qu’elle avait une mauvaise réputation auprès du voisinage. En permanence en travaux, c’est le mari de Delphine Jubillar qui était responsable de la rénovation, entre deux chantiers. Autant dire que ça n’avançait pas ! Et s’il avait profité de ses compétences pour fabriquer une cachette capable de dissimuler un secret inavouable ? Sur les dents, les enquêteurs se mettent à la recherche d’une trappe.

Un constat dramatique

Comme le précisent nos confrères du journal Le Parisien, pour obtenir des réponses, les forces de l’ordre mettent les bouchées doubles. Après fouillé des cavités aux alentours sans obtenir de succès, « les experts de l’institut de recherche criminel de la gendarmerie nationale ont inspecté chaque centimètre carré du domicile. » L’objectif est de trouver la moindre « trace suspecte de sang, de fluide corporel ou de lutte. Ils ont aussi recherché une trappe ou un coffrage secret qui aurait permis de dissimuler le c*rps de Delphine Jubillar. » Alors que nous approchons de la fin de l’année, le verdict est formel. ll n’y rien qui aille dans le sens de cette hypothèse. Les amis de Delphine Jubillar déplorent cet énième retour à la case départ. Suite au prochain numéro d’Objeko ! Dès que nous avons des données intéressantes à mentionner, nous vous tenons informés, c’est promis !

Merci à nos confrères du journal Le Parisien

 


Deborah Attias

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.