Affaire Jubillar : Ces SMS troublants d’une personne qui déclare avoir tué Delphine !

Le principal suspect dans cette affaire continue de clamer son innocence…

Delphine Jubillar : cette drôle d'activité qu'elle pratiquait la nuit crée polémique, on vous dit tout !
© France 2

Alors qu’une deuxième demande de remise en liberté a été déposée par les avocats de Cédric Jubillar, maître Jean-Baptiste Alary a pris la parole dans une récente interview. Pour nos confrères de Midi Libre, il explique notamment qu’il regrettait que les aveux d’un autre homme aient été écartés. Ne vous inquiètez pas, la rédaction d’Objeko va tout vous dire sur le sujet. Vous êtes prêts ? Eh bien, c’est parti.

Delphine Jubillar, toujours introuvable

Retrouvera-t-on un jour la trace de Delphine Jubillar ? C’est n’est pas certain. Depuis le 16 décembre 2020, date de la disparition de la jeune femme, elle est introuvable. D’ailleurs, huit mois plus tard, le mystère reste entier. On ne sait pas ce qu’il s’est passé exactement. Si Cédric, le compagnon, a bien été mis en examen le 18 juin 2021, il clame toujours son innocence. Jusqu’à preuve du contraire, il reste présumé innocent. Et ce ne sont pas les dernières informations que l’on a, qui vont aider à faire la lumière sur cette histoire.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Micromédia (@micromedia_off)

Il y a quelques jours, l’avocat de Cédric Jubillar a fait des révélations surprenantes. Il dévoile notamment des SMS troublants d’un homme qui s’accuse du meurtre. En effet, le 25 décembre 2020, un jeune homme a envoyé à son ex plusieurs messages où il dit : « J’ai bien tué Delphine, car elle était en couple et qu’elle n’a pas voulu quitter son mari et ses enfants pour moi. On s’est vus, on s’est disputés, je suis sorti de mes gonds, je ne me suis pas reconnu. Je l’ai frappé, frappé, frappé. Elle est morte et je l’ai enterré dans le travers ».

Une piste à creuser ?

Suite à ce premier message, l’homme en question récidive quelques minutes plus tard. A son ex, il écrit un nouveau texto en disant : »J’ai tué une femme, je m’en veux, c’est dur à porter, elle travaillait à CCB (NDLR clinique ClaudeBernard à Albi où Delphine Jubillar était infirmière de nuit) de nuit. Elle n’a pas voulu quitter son mari pour moi. Je l’ai tué« . Enfin, 5 minutes plus tard, il renvoie un dernier message : »Je ne suis pas fier. Je vais mettre des fleurs sur son corps« .

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Clem’Informe (@cleminforme)

Malgré les messages d’aveux de l’homme, les gendarmes n’ont pas vraiment pris le temps de vérifier. En effet, d’après les dires de l’avocat de Cédric Jubillar, les enquêteurs n’ont pu auditionner que deux fois l’homme en question. Mais pas le jour-même, non. Plus d’un mois et demi, après la disparition de Delphine Jubillar. Le « suspect » a assuré avoir été avec sa nouvelle compagne le soir de la disparition de Delphine et qu’il ne la connaissait pas. Et l’histoire s’est arrêtée-là. Pour maître Alary, c’est une piste à creuser. Il estime d’ailleurs que l’enquête est, depuis le début, à charge contre son client.

Cédric Jubillar toujours le suspect numéro un

Malgré les dires de l’avocat de Cédric Jubillar, ce dernier fait toujours figure de principal suspect dans la disparition de Delphine. En effet, d’après les enquêteurs, c’est lui qui avait le plus de chances de tuer sa femme. Ils retiennent pour le moment, la piste du mari qui ne supporte pas voir sa femme lui échapper. Il faut préciser que la jeune femme souhaitait divorcer et était prête à refaire sa vie avec son amant, du côté de Montauban. Du côté des avocats du jeune homme, ces derniers ont déposé une nouvelle demande de remise en liberté. Ils pointent du doigt un dossier vide de preuves. Ce n’est pas tout de suite que nous auront la vérité donc. Affaire à suivre.


Mieger Tristan

Passionné depuis tout petit par l'écriture et de nature très curieux, je m'intéresse à tous les sujets !