Alerte info : C’est terminé, c’est la fin d’une grande marque emblématique chez LIDL !

Lidl ne cesse de s'imposer comme l'enseigne préférée des français. Il faut dire que le pouvoir d'achat des citoyens est ce qui compte le plus à leurs yeux. Or, les prix bas proposés par Lidl permettent aux millions de consommateurs qui font leurs courses dans l'un des points de vente de l'enseigne de faire de belles économies. Cependant, ces derniers ne pourront bientôt plus acheter des bouteilles d'eau de la marque Vittel. Le roi du discount allemand l'a annoncé dans une déclaration qui a surpris beaucoup de monde. On vous explique tout.

© MCEtv

Lidl plonge la marque Vittel dans la crise

Les amateurs de la marque Vittel qui font leur course chez Lidl ne peuvent désormais plus trouver leur bouteille d’eau préférée. Lidl arrête en effet la vente des bouteilles Vittel à partir du mois de novembre. Cette marque d’eau minérale française appartenant à Nestlé plonge dans la crise en perdant un de ses partenaires les plus importants. En effet, cela représente pour la marque une perte de plus de 3200 points de vente. Et cela a forcément des répercussions économiques. 

Mais pourquoi donc l’enseigne Lidl arrête-t-elle la distribution des bouteilles d’eau Vittel ? Son impact sur l’écologie y serait pour quelque chose. En ces temps où les préoccupations écologiques sont au centre des débats, Nestlé est très critiqué. En effet, pour remplir ses bouteilles d’eau, l’entreprise récupère l’eau dans différents puits dans les Vosges (d’où le nom des bouteilles : Vittel, celui d’une commune française située dans les Vosges). L’entreprise fait cela depuis les années 1990. Or, chaque année, c’est jusqu’à un million de mètre cubes de bouteilles qui est rempli. Et cela a logiquement de fâcheuses répercussions : le niveau de la nappe phréatique du village ne cesse de se réduire. Bientôt, Vittel risque d’être à cours d’eau. 

“Le non-renouvellement du contrat Lidl en Allemagne fait partie d’un phénomène qui a conduit à une érosion continue du volume des ventes ces dernières années” déplore Nestlé. 

Une catastrophe écologique ? 

Le Parisien s’est entretenu avec Jean-François Fleck, président de Vosge nature environnement. Et ce dernier est revenu sur le sujet : « Dans les sous-sols de Vittel, Contrexéville, Bulgnéville, la nappe phréatique accuse un déficit de 800 000 m3 par an. La faute à Nestlé Waters, qui a les marques Vittel, Hépar, Contrex« . Par conséquent, quatre associations de consommateurs et environnementales accusent la multinationale d’épuiser l’eau de la région (Association pour la sauvegarde des vallées et la prévention des pollutions, Oiseaux Nature, UFC-Que choisir et Vosges Nature Environnement). Nestlé Waters a cependant déjà fait des efforts en réduisant ses prélèvements (moins 20% depuis dix ans). L’année dernière, le groupe a d’ailleurs indiqué qu’il allait en plus réduire ses ponctions de 25% par rapport aux quotas qui lui sont alloués. 

Au-delà de la baisse des eaux Vittel, c’est la bouteille en elle-même qui pose problème. La marque continue d’utiliser des bouteilles en plastique à usage unique. Et aujourd’hui, ça ne passe plus. Le plastique a beau faire partie de notre quotidien, on le sait, ses conséquences sur l’environnement sont terribles. Les matières plastiques prennent plus de 400 ans à se dégrader et jouent un rôle néfaste sur toute la chaîne alimentaire. 13 millions de tonnes de plastique se retrouvent dans les océans chaque année car elles ne sont pas recyclées. Et parmi les déchets plastiques les plus ramassés en milieu marin se trouvent les bouteilles. Aujourd’hui, on compte 150 millions de tonnes de plastique dans l’océan, selon WWF. A tel point que les scientifiques parlent désormais d’un septième continent plastique pour parler d’une décharge flottante qui se trouve dans l’océan Pacifique. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sea Chemistry (@seachemistry)

Lidl: Et puisque l’alliance entre Lidl et Nestlé arrivait à sa fin, le géant allemand a décidé ne pas renouveler le contrat avec une entreprise controversée, à une époque où de plus en plus de consommateurs font attention à la nature et à l’environnement. Puisque Nestlé se retrouve avec moins de puits et moins de points de vente, les conséquences économiques sont attendues. Sur le site vosgien, 75 postes seront supprimés, en comptant les départs volontaires. Stéphane Cachet, délégué CGT et secrétaire adjoint du comité social et économique de Nestlé, a déclaré : « Connaissant le groupe, si malheureusement en 2022 on ne va pas rechercher des volumes supplémentaires pour compenser, il y a des probabilités pour que la direction réadapte les effectifs par rapport aux volumes. »