Alimentation: plus de 7 000 produits alimentaires contaminés rappelés ! Voici toutes les infos

On assiste actuellement à une montée en flèche des produits alimentaires contaminés. Le sénateur Laurent Duplomb tire la sonnette d’alarme.

Alimentation : plus de 7 000 produits alimentaires contaminés rappelés ! Voici toutes les infos
© Archives CP

Alimentation: ..La plupart des contaminations alimentaires provient actuelement de l’oxyde d’éthylène. Cette subtance “sert à désinfecter les produits. » Pourtant, l’Europe l’a interdit depuis 2011 car elle est classée comme cancérogène. C’est ce que la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) rappelait encore en avril dernier au public.

Au 31 décembre 2020, la DGCCRF dénombrait ainsi “821 produits rappelés, 5 884 établissements contrôlés et 170 anomalies”. Quelques mois plus tard, en avril 2021, c’était pas moins de 4000 produits rappelés ! L’association Consommation Logement Cadre de vie (CLCV) s’en alarmait ainsi dans un communiqué au mois d’avril.

Une véritable hécatombe !

Mais aujourd’hui, nous atteignons désormais 7000 références de produits vendus dans les grandes surfaces. Une véritable hécatombe ! Car ces anomalies touchent tout type de produits : des barres chocolates aux toasts et crackers, poulets, glaces… Même les produits bio n’y échappent pas ! L’oxyde d’éthylène est notamment utilisé pour préserver le sésame ou des épices d’origine indienne. 7000 produits ont ainsi fait l’objet d’une procédure de « retrait-rappel » de la DGCCRF. Le problème, c’est que ce n’est que la partie visible de l’iceberg.

Des lacunes de contrôles pointées du doigt par le sénateur

« C’est aussi un nouvel exemple de la naïveté des autorités au sujet des importations de denrées alimentaires« , pointe du doigt le sénateur Laurent Duplomb (LR). En février dernier, ce dernier a rendu public un premier rapport d’information sur ce problème de santé publique.
Il dénonce notamment d’immenses lacunes de contrôles existant entre une Union européenne à la stricte réglementation et des pays exportateurs type Inde qui utilisent encore des pesticides interdits sur le sol européen.

« En Inde, faute d’infrastructures de stockage conformes aux exigences sanitaires européennes, pour désinfecter la récolte et tuer les salmonelles, on fait des fumigations d’oxyde d’éthylène », détaille ainsi le sénateur LR.

Mais, « à l’autre bout de la chaîne, lorsque le produit arrive chez nous, il tombe alors dans un système où ce sont ceux qui vont le vendre qui le contrôlent. Et quand on regarde de plus près ces ’auto contrôles’ industriels, sur 900 molécules aujourd’hui interdites ou réglementées avec des limites, environ 500 passent sous les radars, parce que faute de moyens et de volonté politique, on manque de contrôles officiels tant au niveau français qu’européen« , développe encore Laurent Duplomb.

« Cette affaire va d’ailleurs bien au-delà du sésame, des épices et des herbes« 

La crise sanitaire, due à des anomalies sur les matières premières importées, qui auraient pu être contrôlées par les importateurs ou les contrôleurs douaniers, a des impacts économiques importants pour de nombreuses entreprises agroalimentaires.”, ajoute l’élu qui travaille par ailleurs comme éleveur laitier en Haute-Loire.

« Cette affaire va d’ailleurs bien au-delà du sésame, des épices et des herbes« , précise-t-il. « Car ce que l’on trouve dans le sésame, ce serait étonnant qu’on ne le trouve pas ailleurs. Dans d’autres céréales, dans le riz ou même le thé. Ainsi que le font apparaître les dernières mises à jour de la liste ».

Alimentation: Inde, Turquie, Moyen-Orient… dans le viseur des autorités

L’Inde n’est pas le seul pays exportateur à poser problème. La Turquie et du Moyen-Orient semble ne pas jouer le jeu de la législation européenne. Heureusement pour le consommateur, en avril dernier, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes expliquait jouer la carte de la prudence. “On procède au retrait des produits quelle que soit la quantité” d’oxyde d’éthylène, même s’il n’y a “pas forcément un risque immédiat” pour la santé.

L’association Consommation Logement Cadre de vie (CLCV) se pose tout de même des questions. “Quel est le risque pour la santé des consommateurs ?” La CLCV exige ainsi des autorités “une information claire sur l’avancée des investigations” . “Nous souhaitons l’évaluation des risques pour les différentes catégories de produits concernés en tenant compte des données toxicologiques de l’oxyde d’éthylène et de sa quantité présente dans ces produits”, rappelle ainsi l’association.

“Des investigations sont actuellement en cours. En lien avec la Commission européenne pour identifier l’origine de cette contamination.”, précise pourtant la DGGCRF. “Nous demandons aux importateurs d’ingrédients et aux fabricants européens de renforcer les autocontrôles. Afin d’assurer la conformité des ingrédients et des produits qu’ils commercialisent à la réglementation européenne.”, clame la CLCV. En attendant, les consommateurs prennent des risques. Pour limiter les dégâts, évitez donc tout ce qui contient des graines de sésame !

 


Alix Brun

Passionnée de rédaction, je m’intéresse à tous les sujets qui animent l’actualité française et mondiale. Rédactrice web de profession, j’ai à coeur d’informer le lecteur de la manière la plus précise possible, tout en offrant une information qualitative. Pigiste pour Objeko, j’ai également pour but de contribuer à un canal d’information distinct des grandes rédactions journalistiques omniprésentes sur le web, offrant ainsi un point de vue différent sur notre actualité quotidienne.