Arnaque : cette retraitée de 83 ans perd 500.000€… à cause d’une fausse banque en ligne !

Arnaque au paiement sans contact, arnaques sur internet... Les escrocs sont partout. Mais l’histoire de cette retraitée est inédite.

© pension-reversion

Arnaque: Une retraitée de 83 ans vient de voir toutes ses économies englouties : pas moins de 500 000 euros. Les malfaiteurs lui ont tendu un piège avec une fausse banque en ligne. On vous dit tout!

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par The World of Allan (@twoa____)

Cette dame pensait qu’elle allait faire fructifier son argent. Mais c’est le contraire qui lui est arrivé : elle a tout perdu ! Le 16 mai dernier, au JT de TF1, les journalistes racontent en effet la mésaventure de Béatrice. Retraitée de 83 ans, elle tombe dans un piège sophistiqué en 2021. C’est en surfant sur internet qu’elle découvre en effet une banque hollandaise affichant un taux d’intérêt de 3,3 % pour un livret d’épargne. Qui n’aurait pas été alléché ? Mais la suite est très dure à avaler…

Une histoire invraisemblable…

Arnaque au paiement sans contact, arnaques sur internet… Il faut désormais se méfier de tout, à chaque instant ! Car les malfaiteurs ont des pièges bien ficelés. « Les banques limitent les achats en mode sans contact à cinq par jours. Pour la personne derrière le délit, il est assez simple de réaliser plusieurs paiements allant aujourd’hui jusqu’à 250 euros puis de jeter la carte », indiquait ainsi en 2021 un représentant de justice à nos confrères de Business Insider.. Mais ce n’est pas tout, explique cette personne qui souhaite garder l’anonymat. « On peut rencontrer certains serveurs ou barmans malveillants qui profitent du relâchement en période estivale pour facturer deux fois les boissons », renchérit-il en effet.

Gildas Avoine, professeur en cryptologie à l’Insa Rennes craint pour sa part des arnaques encore plus sophistiquées ! Il cite en effet une technique de fraude dite de l’attaque-relais. Cela implique un complice qui détourne un paiement en train d’être effectué. « Cette technique implique la présence de deux complices. Chacun est en possession d’un smartphone, muni d’un lecteur NFC (Near Field Communication). Le premier positionne son smartphone à quelques centimètres de la carte sans contact et envoie les données au second dont le téléphone est positionné près d’un terminal de paiement. Il vaut mieux, dans tous les cas, opter pour quelques règles de prudence. Il est notamment conseillé de surveiller régulièrement ses comptes bancaires. », détaille cet expert.

La Banque de France se saisit du problème

Le magazine Que Choisir donne en tous cas quelques conseils aux consommateurs : “Si l’on constate des paiements sans contact d’origine inconnue, il faut contacter immédiatement sa banque pour les contester. Celle-ci a l’obligation de rembourser toutes les sommes réalisées sans contact non autorisées par le client. La charge de la preuve d’une éventuelle négligence revient à l’établissement bancaire. Les petits étuis anti-ondes NFC dans lesquels on glisse sa carte sont tous efficaces pour empêcher un paiement. Ils peuvent constituer une protection lorsque l’on n’utilise pas sa carte (dans les transports en commun, les endroits bondés, etc.).”

Mais l’histoire de cette retraitée dépasse l’imagination ! Car personne ne l’approche. C’est elle-même qui découvre cette banque hollandaise. Comment aurait-elle pu alors penser qu’elle avait à faire à des malfaiteurs ? Le problème, c’est qu’elle place la somme faramineuse de 500 000 euros, issue de la vente d’un appartement familial. Oui mais voilà, très vite, elle se rend compte à qui elle a à faire vraiment. Quelques jours après les virements « plus de réponse au téléphone et aucun moyen de rentrer dans l’espace client« , dévoile en effet les journalistes de TF1. Cette dame comprend alors qu’il s’agit non pas d’une vraie banque mais d’escrocs.

Arnaque : nos conseils pour éviter de tomber dans le piège

La principale intéressée a aussitôt porté plainte contre son ancienne banque qu’elle accuse d’avoir autorisé le virement vers le site frauduleux. En effet, l’établissement bancaire aurait pu vérifier son authenticité. Et aussi surprenant que cela a l’air, cette dame n’est pas la seule dans ce cas…

« Vous tombez sur une personne qui est spécialiste et qui est capable de vous parler des heures durant du produit qu’il a à vendre »,  avance Guy Grandgirard, président de l’association des consommateurs de France (ADC). La situation est devenue tellement dramatique que la Banque de France fait aujourd’hui de la prévention. « Un livret d’épargne à taux imbattable ? Au rendement bien supérieur à ceux habituellement proposés par les banques ? Sans aucun risque ? Et disponible à tout moment ? Méfiez-vous des promesses trop belles pour être vraies !« , rappelle-t–elle en effet sur son site.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Easy Preuve (@easypreuve)

Un seul conseil : alertez au plus vite votre établissement bancaire pour réclamer un rappel des fonds avant de porter plainte. Vous pouvez également consulter la liste noire de l’autorité des marchés financiers qui répertorie les sites autorisés ou non autorisés à proposer des placements.