Attention à ces 8 arnaques qui font des ravages en France, voici comment s’en prémunir

Cela ne vous a pas échappé, les arnaqueurs redoublent d'effort pour vous avoir. Il est important de savoir comment voir venir une arnaque afin de ne pas tomber dans le piège.

© letelegramme

Il ne faut surtout pas sous-estimer les arnaqueurs. Ces derniers font preuve d’une belle inventivité dès qu’il s’agit de s’en prendre à votre compte en banque ou à vos données personnelles. Aujourd’hui, on fait le point sur les arnaques les plus répandues, celles qui font le plus de victimes.

Attention au phishing !

C’est sans doute l’arnaque la plus courante. En quoi cela consiste-t-il ? Les arnaqueurs se font tout simplement passer pour une organisation officielle. Dans des e-mails qu’ils envoient, et qui ressemblent à s’y méprendre à des e-mails officiels, ils vous demandent de remplir certaines informations. En ce moment, et sans doute avez-vous déjà reçu des SMS frauduleux de la sorte, c’est le CPF qui est massivement utilisé pour vous avoir. 

Les arnaqueurs mettent en effet les bouchées doubles. SMS, emails, appels… Ils font en sorte de vous pousser à utiliser vos droits pour le compte personnel de formation (CPF). Leur but est simple, ils souhaitent récupérer les accès à votre compte pour aspirer tous les euros qui se trouvent dessus. Pour éviter de tomber dans le panneau, partez d’un constat simple, valable pour toutes les arnaques.

Vous ne devez jamais remplir des informations personnelles en cliquant sur un lien reçu par mail. En cas de doute, rendez-vous par vous-même sur le site officiel, sans passer par un lien reçu par email. Les arnaqueurs sont doués. Par exemple, ils vous envoient un email en se faisant passer pour la Caf. Et le site qu’ils créent pour l’occasion ressemble comme deux gouttes d’eau au site officiel. 

L’arnaque à la carte bleue

Cette arnaque a fait, au moins, 300 victimes. Ces dernières ont découvert avec stupeur que leur code de carte de crédit n’était plus secret. En effet, les arnaqueurs ont utilisé un stratagème très ingénieux. Ce dernier est placé au niveau des bornes pour sortir des parkings, ces zones où les utilisateurs doivent payer. C’est un boîtier qui est la pièce maîtresse de l’arnaque. Il peut tout simplement copier l’empreinte de la carte bleue. Ainsi, les arnaqueurs se sont emparés d’une belle somme : 39 000 euros. Ils sont deux à avoir été arrêtés par la police. En revanche, les forces de l’ordre pensent que cette arnaque n’est pas locale, mais nationale.

Le problème avec ces arnaques, c’est que vous ne pouvez pas faire grand chose puisque là où ce système existe, la seule manière possible pour sortir est de payer par carte. L’arrestation de deux arnaqueurs donne de l’espoir, en espérant qu’ils seront tous bientôt derrière les barreaux. Car avec l’empreinte de la carte de crédit, ce sont tous vos comptes qu’ils peuvent vider en quelques minutes seulement.

Les arnaques au colis : ingénieuses et bien rodées

Les français sont des millions à faire des achats en ligne. Les prix proposés sont intéressants, les colis directement envoyés chez eux. C’est pratique. Et ça, les arnaqueurs le savent bien. C’est pourquoi ils prennent l’apparence de plateformes de transports. Ils envoient un email (au hasard, mais cela tombe parfois dans le mille) en indiquant que votre colis n’a pas pu vous être livré. Les raisons évoquées sont classiques : vous n’étiez pas présent à votre domicile, le livreur n’a pas trouvé l’adresse…

Par chance, un site est mis en lien de l’email. Il imite La Poste ou un autre transporteur. Il vous invite à inscrire vos coordonnées bancaires pour retrouver votre colis. Mais c’est évidemment un stratagème pour vider vos comptes en banque. Si vous commandez un colis en ligne, il n’y a qu’une chose à faire : suivre ce colis depuis la plateforme officielle, et pas depuis un lien reçu par email.

Les arnaques à la fausse commande se généralise également. Vous recevez un email, et vous réalisez que ce dernier concerne une commande que vous n’avez pas faite. En outre, cette commande est extrêmement chère. Il ne faut pas paniquer. Le premier réflexe, dans certains cas, est de suivre les instructions pour rapidement annuler cette commande. Mais il s’agit d’une arnaque. Vous n’avez rien commandé et vous n’allez pas être prélevé. Déjà, si vous avez bien passé commande, cela se voit sur votre compte en banque. Si aucun mouvement n’est à prévoir et si vous n’avez pas déjà été débité, inutile de paniquer.