Cancer de la prostate : nouvelle découverte majeure dans la lutte contre la maladie

Ce mot suffit à faire pâlir la gent masculine. Pourtant, ils ne devraient pas avoir éprouver un sentiment de gêne. Le cancer de la prostate. demeure malheureusement courant. D'ailleurs, les scientifiques viennent de faire un fantastique bon en avant. De quoi s'agit-il ? Objeko vous explique tout dans les moindres détails !

©doctissimo

Lorsque le verdict du cancer de la prostate tombe, il n’est jamais agréable. Or, cette découverte majeure devrait apaiser les patients !

Rebondissement de taille sur le cancer de la prostate !

Cher lecteur d’Objeko, vous avez des cas de cancer de la prostate autour de vous ? Dans un premier temps, nous vous le certifions. S’il est repéré suffisamment tôt, le malade a de grandes chances de s’en sortir sans trop de dommages collatéraux. D’ailleurs, parfois, il n’y a même pas besoin de passer par la case chirurgie. Or, à l’instar de toutes les pathologies de cet acabit, il devra régulièrement se plier à des examens complémentaires.

À force d’étudier le sujet sous toutes ses coutures, les spécialistes ont la certitude qu’un afflux d’hormones de type androgènes est le responsable du développement de la maladie. C’est pourquoi le personnel soignant administre souvent un remède spécial. Capable de limiter cette fabrication massive, il apaise les choses. Que se passe-t-il si l’organisme le rejette ? Les experts ont peut-être enfin percé la clé du mystère !

Pourquoi le cancer de la prostate et le rythme circadien sont liés ?

Si les cellules malignes résistent, les spécialistes redoublent d’efforts pour les localiser et atténuer la douleur du patient. En ce qui concerne le cancer de la prostate, personne ne savait pourquoi elles n’assimilaient pas ce fameux traitement. Fort heureusement, après des années de persévérance, des chercheurs canadiens semblent avoir enfin résolu l’équation. Êtes-vous prêt à entendre de quoi il en retourne ? De notre naissance à notre dernier souffle, l’horloge interne régule nos émotions. Par ricochet, cela inclut tous les éléments qui composent notre quotidien. Tel que vous pouvez le voir sur le schéma ci-dessus, celle que l’on baptise aussi « rythme circadien » s’occupe des principaux « processus physiologiques comme le sommeil et l’alimentation ».

Pendant les vingt heures d’une journée, votre système immunitaire tente de respecter tant bien que mal ce qui est prévu. Sans qu’on l’explique vraiment, cela passe par des sensations de satiété, de fatigue ou même d’euphorie. Quant aux cellules, c’est fou de penser qu’une protéine est le chef d’orchestre de tout le reste. Aussi, vous l’avez sans doute compris donc ce n’est pas la peine qu’on vous fasse un dessin. À cause du taux que l’équipe d’Objeko vient de mentionner précédemment, ceux qui ont un cancer de la prostate sont totalement en décalage. Le mal se répand à la vitesse de la lumière, laissant une infime chance au traitement habituel d’agir de manière équitable.

Cette avancée extraordinaire peut tout changer

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par livifrance (@livifrance)

Lors d’un énième test pour adapter le traitement anti-hormonal à des patients souffrant d’un cancer de la prostate, les chercheurs tombent à la renverse. Leur joie est à la hauteur puisqu’il semblerait que cela prolonge l’espérance de vie des malades. Visiblement, à peine a-t-elle détecté la présence du protocole médicamenteux que cette protéine redouble d’efforts. À présent, elle n’a qu’un seul objectif. De donner des forces et de multiplie à l’infini les cellules impactées. Regrettant de ne pas avoir fait cette découverte plus tôt, les experts vont tout faire pour enrayer cet étrange mécanisme.

Et oui, cher ami d’Objeko, si tout fonctionne comme prévu, le cancer de la prostate ne serait bientôt qu’une formalité. Selon les déclarations du responsable de ce test, c’est une avancée majeure dont nous vous pouvons nous satisfaire. Il ne reste plus qu’à le diffuser la bonne nouvelle un peu partout. Dans cet article, nous avions également abordé le cas du s*in. Si ça se trouve, dans quelques décennies, nos enfants n’auront plus à redouter les chimiothérapies ainsi que les effets indésirables des traitements (perte de cheveux, nausées, etc.) ! Que c’est passionnant d’assister presque en direct à toutes ses révolutions sanitaires. Promis, on vous racontera la suite dans le prochain numéro d’Objeko. En attendant, prenez soin de vous et de vos proches… À bientôt pour de nouvelles aventures !

Merci à nos confrères de Slate