Carinne Teyssandier face à la justice : la raison de sa lourde condamnation révélée

Pourquoi Carinne Teyssandier a-t-elle condamnée à payer une lourde amende en 2017 ?

© Christophe Aubert via Bestimage-Carinne Teyssandier face à la justice : la raison de sa lourde condamnation révélée

Il y a quelques années, Carinne Teyssandier a été condamnée par la justice à payer une lourde amende. À l’origine de cette condamnation, des poursuites engagées par l’ancienne gouvernante de la chroniqueuse de « Télé Matin« . Sans plus attendre, Objeko vous en dit plus sur cette histoire surprenante.

Une lourde peine pour Carinne Teyssandier et son mari

Elle a pourtant tout fait pour se défendre contre les accusations de sa gouvernante. Malheureusement, Carinne Teyssandier n’a pas échappé à la justice. En effet, celle-ci a rendu un verdict en faveur de la plaignante.

En février 2017, l’animatrice télé a donc été condamnée à verser 35 000 euros à celle qu’elle avait engagée comme gouvernante. Quelques mois plus tôt, ayant plaidés coupables, Carinne Teyssandier et son conjoint avaient écopé d’une condamnation à six mois de prison avec sursis assortie d’une amende de 5 000 euros. La justice leur a reproché d’avoir employé, à leur domicile, une personne de nationalité étrangère en situation irrégulière. En outre, la chroniqueuse de France 2 avait été accusée d’avoir dissimulé cet emploi illégal entre janvier et août 2015. Par la suite, Carinne avait fait le choix de plaider coupable pour cette accusation.

La plaignante, Joanne Dimba, avait alors fait part de son intention de s’en remettre aux prud’hommes pour obtenir des indemnisations financières à hauteur de 40 000 euros. Quant à Carinne Teyssandier, elle avait déclaré dans les colonnes du « Parisien » : « Je ne suis pas une esclavagiste. » La chroniqueuse avait également précisé que son couple se trouvait dans une situation financière très compliquée. Ajoutant que tous deux seraient contraints d’utiliser le plan épargne de leur fille pour payer leur amende, elle avait confié : « Mon mari est pompier volontaire, il ne gagne que 1.000 euros par mois. Mais tant pis, je vais payer ma faute. J’espère surtout en terminer au plus vite et de ne plus faire les gros titres avec cette affaire. Je n’avais pas mesuré à quel point la machine médiatique peut s’emballer. Pour moi, c’est la double peine. »

La chroniqueuse trouve du soutien auprès de William Leymergie

Saisis par la gouvernante en situation étrangère, les conseillers des Prud’hommes ont estimé que celle-ci exerçait bel et bien un travail d’employée de maison et que son salaire de 1 300 euros était fictif. En effet, Joanne Dimba ne percevait que la moitié de la somme mensuelle prévue pour s’occuper quotidiennement des enfants de Carinne Teyssandier.

« Je reconnais ma faute, même si j’ai fait toutes les démarches pour cette personne. Je suis condamnée pour avoir aidé quelqu’un. Le prix à payer est un peu lourd. Mais c’est comme ça. Et surtout, le tribunal a reconnu qu’il n’y avait pas eu d’exploitation, ni de travail dissimulé. » a déclaré la chroniqueuse à l’issue du verdict.

Après son ultime condamnation, l’animatrice ne cachait pas son inquiétude quant aux conséquences de cette affaire sur sa carrière professionnelle. « Je ne suis pas la première à avoir des soucis avec la justice, mais je ne sais pas. Ca va sûrement dépendre des retombées médiatiques. Pour l’instant, j’ai reçu beaucoup de soutiens, notamment celui de William Leymergie. Il a été exemplaire. Je suis tombée dans ses bras comme si c’était ceux de mon père. » a-t-elle confié au « Parisien » avant de conclure : « Quand on a des problèmes, il est toujours là. En 30 ans de métier, lui aussi a été dans la tourmente. Il sait ce que c’est. »