Carrefour face à la justice : le groupe condamné à payer une somme colossale à la CGT

La CGT a fait condamner le groupe Carrefour à hauteur de 18 millions d'euros, par la justice. Une ordonnance a été ignorée et elle devait suspendre un plan d'organisation du travail très contesté.

© PHOTO ILLUSTRATION SEBASTIEN JARRY – VDNPQR-Carrefour face à la justice : le groupe condamné à payer une somme colossale à la CGT

Carrefour fait la Une des médias avec cette condamnation et cette somme astronomique que le groupe doit verser à la CGT. Et c’est dans les colonnes du journal spécialisé Capital que votre magazine Objeko a pris connaissance des détails techniques de cette affaire qui va faire du bruit.

Nous allons pouvoir vous résumer les faits et surtout, vous dire si Carrefour va effectivement s’acquitter d’une telle somme. Car, nos lecteurs s’en doutent, ce grand groupe de distribution alimentaire a des ressources insoupçonnées.

Carrefour sous le coup d’une condamnation par le tribunal d’Evry

D’après nos confrères chez Capital, c’est ce 12 juillet dernier que Carrefour a été condamné par la justice. Le tribunal d’Evry a statué pour lui imposer une somme de 18 millions d’euros à  verser à la CGT. Mais voyons à présent de plus près les détails du litige.

En novembre 2020, Carrefour a rencontré des « difficultés » pour obéir à une première injonction du tribunal. Puisqu’en octobre 2020 déjà, la CGT dénonçait un plan d’organisation du travail appelé « Projet Top ». Selon les syndicats, ce projet aliénait les droits des travailleurs. Notamment leurs santés et leurs sécurités.

La justice avait donc déjà donné raison à la CGT et avait ordonné, en novembre 2020, que Carrefour suspende ce projet. Le tribunal a également notifié que des représentants syndicaux devaient prendre part à cette suspension. Ajoutant surtout, que chaque jour d’infraction à cette ordonnance correspondrait à 30 000 euros d’amende.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Carrefour France (@carrefourfrance)

Mais, comme le précisent nos confrères chez Capital, Carrefour n’en a pas tenu compte…

Des positions fortes et contradictoires

C’était alors l’AFP en personne qui recevait le témoignage de Patrick Ait-Aissa, le délégué national CGT de Carrefour Hypermarchés« Carrefour n’en a pas tenu compte et au mois de mars, à expiration, on est retourné au tribunal pour demander la levée de l’astreinte. Vu son ampleur, la juge a décidé une médiation qu’on a- accepté, mais qui n’a pas abouti. », disait-il.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par CGT (@cgt_confederation)

Suite à de tels propos, à surtout à l’ampleur de cette affaire, l’AFP a ensuite tenté de contacter Carrefour. Objeko vous l’accorde, il fallait que le public puisse être au courant des deux versions en la matière.

Il apparait alors que Carrefour souhaite faire appel de la décision de justice. Pour le moment, le groupe n’envisage donc pas de payer les 18 millions d’euros à la CGT en somme. Pire encore, les représentants du groupe semblent dire qu’ils sont dans leurs droits. Ils disent même, et c’est assez surprenant, que le « Projet Top » n’est même pas remis en cause !

« En effet, Carrefour a strictement appliqué la décision initiale de ce même tribunal en procédant, dans les délais impartis, à une évaluation approfondie, et partagée avec les représentants du personnel, des impacts du projet Top. (…) Cette décision ne remet pas en cause la poursuite du projet Top. », aurait ainsi déclaré un représentant de Carrefour à l’AFP.

Décidément, cette affaire n’a pas fini de faire couler de l’encre sur la Toile…!