Cerveau : les effets miracles des exercices physiques votre le bien-être mental

Le sport et l’activité physique ont des répercussions sur le bien-être. C’est désormais scientifiquement prouvé !

© futura-sciences

Le sport permet de garder un corps en bonne santé. C’est bien connu ! En revanche, on sait moins que l’activité physique permet de maintenir un bien-être mental... On vous explique tout !

 

View this post on Instagram

 

A post shared by @mitiv_00

Pour bien aller dans sa tête, et se sentir bien dans son quotidien, les médecins recommandent d’exercer une activité physique régulière. Le sport préserve les muscles, les os, le cœur ou encore les poumons. Mais aussi le cerveau ! Pourtant, les experts ont pendant longtemps négligé les études des effets du sport sur le cerveau. Désormais, des scientifiques nous prouvent que l’activité physique a un impact sur le bien-être et la santé mentale. 

Exit l’anxiété, la dépression et autre mal-être !

Alors que de plus en plus de Français font face à de l’anxiété, de la dépression et d’autres troubles mentaux, voici les solutions pour éviter que le mal-être s’installe. On savait que le sport permettait de lutter contre certaines maladies. Ainsi, la course à pied régulière permet de faire diminuer son taux de cholestérol. Ça permet aussi de perdre du poids. Mais également d’améliorer sa santé mentale ! En 2019, le British Journal of Sports Medicine a publié une étude qui établit un lien entre la course à pied, quelle que soit sa fréquence et une réduction de 27 % du risque de décès, toutes causes confondues. La course à pied aide aussi à faire baisser son taux de cholestérol LDL dans le sang.

Le vélo agit de la même façon. Le Journal of the American Heart Association a publié une étude qui va dans ce sens. Cette étude montre en effet que les personnes qui se rendaient au travail à vélo avaient moins de probabilité d’avoir un taux de cholestérol élevé que celles qui ne le faisaient pas. Se rendre au travail à vélo permet également de réduire le risque de plusieurs problèmes cardiovasculaires.

L’entraînement par résistance augmente par ailleurs la force musculaire en faisant travailler les muscles contre une forme de “résistance”. On appelle cela plus couramment la « musculation ». Ce sont des séances avec haltères, kettlebells, machines de musculation etc. Mais si vous n’êtes pas fan, pas de panique !

Le sport libère une cascade de neurotransmetteurs !

Car n’importe quelle activité physique permet d’aller mieux. En effet, en se mettant en mouvement, on active des processus chimiques dans son cerveau qui ont des effets positifs ! En effet, au début d’une session de sport, des messagers chimiques importants qu’on appelle aussi neurotransmetteurs sont libérés dans l’ensemble du système nerveux. Parmi ces neurotransmetteurs : les endorphines. 

Mais aussi des neurotransmetteurs moins connus, appelés endocannabinoïdes. Si les endorphines ont la capacité à bloquer la douleur et à multiplier les sensations de plaisir,. la sensation d’euphorie après une séance d’entraînement intense pourrait venir notamment des endocannabinoïdes. 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by julie declerck (@neurofeedbacklyon03)

La dopamine se réveille également pendant l’exercice. Ce neurotransmetteur a de l’influence sur la manière dont on vit le plaisir. La dopamine joue également un rôle clé dans la régulation du rythme cardiaque, les cycles du sommeil, l’humeur, l’attention, la motivation, la mémoire de travail, l’apprentissage ou encore le traitement de la douleur. 

Une meilleure neuroplasticité

Enfin, l’activité physique régulière favorise la capacité du cerveau à modifier son activité en fonction de stimuli internes ou externes. Cela concerne par exemple l’apprentissage de nouvelles compétences. Certaines études scientifiques permettent de penser  que l’exercice améliore la neuroplasticité.

Enfin, quand le cœur pompe plus vite en raison d’une activité physique, cela apporte  de l’oxygène au cerveau. Et cette oxygénation améliore de nombreuses parties du cerveau. Notamment la mémoire de travail, la pensée flexible et la maîtrise de soi. Alors, qu’attendez-vous pour pratiquer régulièrement votre sport préféré ?