Ces 105 médicaments qu’il faut bannir selon la liste noire de Prescrire, vérifier si vous les utilisez !

Le magazine Prescrire publie un bilan des médicaments à écarter pour mieux soigner...

Médicaments @Santé Mgazine

Comme chaque année, la revue Prescrire a publié une liste. Dans celle-ci, on retrouve la liste des médicaments qu’il vaut mieux ne pas prendre pour éviter notamment des effets secondaires indésirables. En tout, ce sont pas moins de 105 médicaments, dont 89 prescrits en France qui sont dangereux. Ne vous inquiétez pas, la rédaction d’Objeko a décidé de tout vous dire sur le sujet. Vous êtes prêts ?

La liste des médicaments dangereux est tombée

Il y a quelques heures, la revue Prescrire a dévoilé son bilan 2022 des médicaments qu’il vaut mieux éviter. Dans cette liste, pas moins de 105 médicaments y sont recensés, dont 89 en France. D’après le magazine, les traitements en question, la balance bénéfices-risques est défavorable dans toutes les situations cliniques pour lesquelles ils sont autorisés. Ils peuvent donc être remplacés par de meilleures alternatives. Dans la liste, on y retrouve notamment des traitements contre le cancer, les accidents cardio-vasculaires ou encore les allergies et les diabètes.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Tania Ondo (@taniaondo)

L’objectif ? C’est de pouvoir apporter aux soignants et aux patients « les informations claires, synthétiques, fiables et actualisées, indépendantes des conflits d’intérêts commerciaux ou corporatistes, dont ils ont besoin pour leur pratique. Parmi les nouveaux médicaments qui sont notamment pointés du doigt, on retrouve la fenfluramine (Fintepla). Cet amphétaminique, utilisé pour le traitement de la maladie de Dravet, une forme rare et grave d’épilepsie infantile. Ce dernier expose à des états de mal convulsif plus fréquents et à des risques cardiovasculaires graves à long terme.

Plusieurs médicaments ont arrêté leur commercialisation

La revue Prescrire souligne également le retrait du bilan de trois médicaments en raison de l’arrêt de leur commercialisation en France. Ainsi, on retrouve notamment l’attapulgite, qui est une argile médicamenteuse utilisée dans divers troubles intestinaux. Celle-ci a été interdite car elle était polluée naturellement par le plomb. Ensuite, l’association à doses fixes oestrogènes conjugués équins + bazédoxifène (Duavive) est également dangereuse.

En effet, celle-ci, avait une balance bénéfices-risques défavorable dans les symptômes liés à la ménopause en raison des risques de thromboses et de cancers hormonodépendants trop peu évalués. Enfin, on termine par une autre association : prednisolone + salicylate de dipropylène glycol. Celle-ci a été jugée dangereuse pour soulager la douleur en cas d’entorse ou de tendinite, car elle exposait notamment aux effets indésirables des corticoïdes.

Quels sont les médicaments à éviter ?

Vous souhaitez voir l’ensemble des médicaments à éviter ? Eh bien, la rédaction d’Objeko va vous donner la liste. La voici :

Les médicaments anticancéreux, hématologies et greffes :

Le défibrotide (Defitelio) :
Le mifamurtide (Mepact, non commercialisé en France)
Le panobinostat (Farydak)
La trabectédine (Yondelis)
Le vandetanib (Caprelsa)
La vinflunine (Javlor)

Les médicaments pour le coeur :

L’aliskirène (Rasilez – non commercialisé en France)
La ranolazine (Ranexa – non commercialisé en France)
Le bézafibrate (Befizal)
Le ciprofibrate (Lipanor)
Le fénofibrate (Lipanthyl)
La dronédarone (Multaq)
L’ivabradine ( Procoralan ou autre)
Le nicorandil (Ikorel ou autre)
L’olmésartan (Alteis, Olmetec)
La trimétazidine (Vastarel)
Le vernakalant (Brinavess)

Les traitements dermatologiques et contre les allergies :

Le finastéride 1 mg (Propecia ou autre)
La méquitazine (Primalan)
Le pimécrolimus dermique (non commercialisé en France et le tacrolimus dermique (Protopic ou autre)
La prométhazine injectable (Phénergan)

Les traitements contre le diabète :

L’alogliptine (Vipidia)
La linagliptine (Trajenta)
La saxagliptine (Onglyza)
La sitagliptine (Januvia)
La vildagliptine (Galvus)
La pioglitazone (Actos – non commercialisé en France)

Les médicaments pour la nutrition :

L’ upropione (Zyban)
Le naltrexone (Mysimba – non commercialisé en France)
L’orlistat (Xenical ou autre)

Les médicaments contre les douleurs et le rhume :

L’acéclofénac (Cartrex ou autre)
Le diclofénac (Voltarène ou autre)
Les coxibs : le célécoxib (Celebrex ou autre), l’étoricoxib (Arcoxia ou autre) et le parécoxib
Le kétoprofène en gel (Ketum gel ou autre)
Le méloxicam : le piroxicam (Feldène ou autre) et le ténoxicam
La méphénésine (Décontractyl – non commercialisé en France)
Le méthocarbamol (Lumirelax)
Le thiocolchicoside (Miorel ou autre)
Le dénosumab 60 mg (Prolia)
Le romosozumab (Evenity – non commercialisé en France)
La capsaïcine en patchs (Qutenza)

La suite des médicaments à éviter

Les traitements contre l’arthrose :

La diacéréine (Art 50 ou autre)
La glucosamine (Flexea ou autre)

Les médicaments contre la gastro-entérologie :

L’acide obéticholique (Ocaliva)
Les argiles médicamenteuses : la diosmectite (Smecta ou autre), l’hydrotalcite (Rennieliquo), la montmorillonite beidellitique alias monmectite (Bedelix, et en association dans Gelox) et le kaolin (Gastropax)
La dompéridone (Motilium ou autre)
Le dropéridol (Droleptan ou autre)
La métopimazine (Vogalène, Vogalib°)
Le prucalopride (Resolor)
Le trinitrate de glycéryle (Rectogésic)

Les traitements gynécologiques et endocrinologiques :

La tibolone (Livial ou autre)
L’ulipristal à 5 mg (Esmya – non commercialisé en France)

Les médicaments neurologiques :

Le donépézil (Aricept ou autre)
La galantamine (Reminyl ou autre)
La rivastigmine (Exelon ou autre)
La mémantine (Ebixa ou autre)
L’alemtuzumab (Lemtrada – non commercialisé en France)
Le natalizumab ( (Tysabri)
Le tériflunomide (Aubagio)
La fenfluramine (Fintepla)
La flunarizine (Sibelium)
l’oxétorone (Nocertone)
Le Ginkgo biloba (Tanakan ou autre)
Le naftidrofuryl (Naftilux ou autre)
Le piracétam (Nootropyl ou autre)
La tolcapone (Tasmar)

Les traitements anti-infectieux :

La moxifloxacine (Izilox ou autre)

Les traitements ophtalmologiques :

L’idébénone (Raxone)

Les médicaments contre la pneumonie et ORL :

L’ambroxol (Muxol ou autre)
la bromhexine (Bisolvon)
L’oxomémazine (Toplexil ou autre)
La pentoxyvérine (Vicks sirop pectoral 0,15 %° ; Clarix toux sèche pentoxyvérine 0,15 %)
La pholcodine (Biocalyptol ou autre),
L’alpha-amylase (Maxilase ou autre)
Le tixocortol en pulvérisation buccale (associé avec la chlorhexidine (Thiovalone ou autre)
Les décongestionnants par voie orale ou nasale (l’éphédrine, la naphazoline, l’oxymétazoline, la phényléphrine, la pseudoéphédrine, le tuaminoheptane et la xylométazoline (non commercialisée en France)
Le mannitol inhalé (Bronchitol – non commercialisé en France)
Le roflumilast (Daxas – non commercialisé en France)

Les traitements psychiatriques et contre la dépendance :

L’agomélatine (Valdoxan ou autre)
Le citalopram (Seropram ou autre) et l’escitalopram (Seroplex ou autre)
La duloxétine (Cymbalta ou autre)
le milnacipran (Milnacipran Arrow ou autre)
la venlafaxine (Effexor LP ou autre)
L’eskétamine en solution pour pulvérisation nasale (Spravato)
La tianeptine (Stablon ou autre)
La dapoxétine (Priligy)
L’étifoxine (Stresam)

Les médicaments pour le sevrage tabagique :

La bupropione (Zyban)

Les traitements urologiques :

Le pentosane polysulfate oral (Elmiron)