Cette arnaque à la « samaoui » vous transforme en zombie pour vous dépouiller en pleine rue, méfiez-vous !

Trois femmes âgées de 57 à 64 ans ont été victimes d'une escroquerie en pleine rue à Châtellerault...

© Pixabay

C’est une histoire incroyable que nous allons vous raconté. Celle de trois femmes de Châtellerault, qui ont été victimes d’une escroquerie particulière en pleine rue. On les aurait forcées à donner argent et bijoux avec une pratique proche de l’hypnose. Ne vous inquiétez pas, la rédaction d’Objeko, va tout vous dire sur le sujet. Vous êtes prêts ?

Une arnaque bien ficelée

Il y a quelques jours, nos confrères de La Nouvelle République a donné une information incroyable. En effet, d’après eux, trois femmes, âgées de 57, 62 et 64 ans, ont été victimes d’une arnaque particulière en pleine ville et en plein jour. Cette affaire mêle notamment escroquerie, substance paralysante et hypnose. Cette pratique est appelée arnaque à la samaoui, très fréquente au Maroc et qui vise généralement les femmes. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’arnaque est bien ficelée.

Les trois victimes, racontent la même histoire. En pleine rue, elles sont d’abord abordées par un homme qui demande où se situe la nouvelle mosquée. Puis ensuite, vient une femme (qui est évidemment la complice) en jilbeb. C’est à ce moment-là, que débute l’arnaque. En effet, l’homme se lance alors dans une prédiction de son avenir, qui laisse la complice bouche bée. Par la suite, l’individu demande à la victime, abasourdie par la scène, de tenir serrée dans sa main une pierre blanche ovale.

Les arnaqueurs profitent de la faiblesse de ses victimes

Lorsque la victime ouvre à nouveau sa main, la pierre blanche est devenue noire. Mais ce n’est pas tout, en ouvrant la main, la femme est dans un état second. Et évidemment, l’arnaqueur profitera de la faiblesse de ses victimes pour leur demander de ramener de l’argent et des bijoux de chez elles. Sous hypnose, la femme s’exécute sans bronche. Selon la Nouvelle République, une victime remettra à son « bourreau » la somme de 2 000 euros alors que la seconde lui donnera 2 400 euros.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par lebeboch (@lebeboch)

La troisième et dernière ne ramènera que 200 euros, mais Adil lui demandera de retirer 500 euros à la banque. Et ce, sans compter les bijoux en or que les victimes ont remis à l’escroc. Heureusement, les arnaqueurs ont très vite été retrouvés. En effet, plusieurs personnes ont été interpellées et placées en détention provisoire le mercredi 22 juin. Selon les premières constatations de la police, la clé de l’arnaque pourrait être une substance imprégnant la pierre : la scopolamine.

La justice devra trancher

Maître Yasmina Djoudi, avocate des victimes de Châtellerault, compte justement demander à la justice de déterminer si la pierre contient ou non ce type de substance. Il faut préciser que les effets de la scopolamine peuvent être dangereux. En effet, l’individu qui les respire est comme « zombifié », il conserve ses fonctions motrices, mais est dépourvu de son libre arbitre. Le procès se déroulera en juillet prochain. Pour le moment, les trois accusés, attendront au Centre pénitentiaire de Poitiers Vivonne. D’après les juges, les laisser sortir, aurait été trop dangereux. Un risque de renouvellement de l’infraction aurait même été possible.