Cette ex-star de TF1 frappée par un cancer ! Ces révélations balancées sur la Toile

Une ancienne star de la première chaîne de télévision française s’est exprimé sur Twitter afin d’informer les fans sur sa santé. 

© Starface

Le célèbre présentateur Guillaume Durand peut enfin célébrer d’agréables fêtes de fin d’année, en famille. En effet, au mois de mai il avait annoncé sur le réseau social Twitter, être atteint de de graves soucis de santé qui le pénalisent quant à sa place à la présentation de la matinale de Radio Classique, radio avec laquelle il collabore depuis 2008.

« La vie réserve parfois, dans le domaine de la santé, des balles perdues dont on se remet avec le repos. Pas de drame. Je reviens vite. L’équipe me manque, les auditeurs évidemment ! », c’est ce qu’il avait annoncé au mois de mai à ses fans sur Twitter. Dimitri Pavlenko était donc devenu son remplaçant pour une période indéterminée.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Catherine Pogonat (@catpogonat)

Puis il s’est absenté plus longtemps pour un raison médicale grave dont les fans ont eu vent désormais. Ex-animateur de Campus sur France 2 ou encore de Durand la nuit sur TF1, la star du petit écran a pu donner de ses nouvelles sur les réseaux sociaux ce jour du réveillon de la Saint-Sylvestre, concernant ces malheurs vécus ces dernières semaines.

Un célèbre présentateur : Guillaume Durand réserve un bonne surprise à ses fans pour la rentrée 

« Merci la science/médecine. Premiers joggings après un sacré cancer opéré pendant 10 heures le 25 juin. Puis chimio et radio suivi d’un bon Covid », a-t-il expliqué très clairement sur Twitter.  « Je retrouve Radio Classique à la rentrée », a-t-il continué, ravi, du haut de ses 69 ans. « Prendre la peur par la main et vivre. Prudence à Noël », a-t-il enfin conclu.

C’est Renaud Blanc son joker pour la matinale qui poursuivra l’animation de celle-ci pour 2022.  « La matinale reste à la jeunesse », avait-il précisé également. Et c’est au Parisien en août dernier, que Jean-Francis Pécresse, patron de radio classique s’exprimait ainsi : « Guillaume reste dans la famille de Radio Classique et il nous rejoindra plus tard dans la saison à une place que nous déterminerons ensemble.”

Guillaume Durand a déjà une carrière conséquente derrière lui, il est passé sur La Cinq, TF1 puis Canal +, puis il avait ensuite rejoint Europe 1 puis Radio Classique afin d’y animer la matinale. Sa carrière sur Paris Première et TV5 Monde a aussi perduré.

Une année compliquée pour la star 

L’année passée, le père du journaliste Lucien, âgé de 100 ans était décédé. “Mon père est mort ce matin à 100 ans, quelques semaines après son ami et collègue Daniel Cordier. Lucien et ma maman aimaient leurs artistes. Nombre de jeunes peintres ou sculpteurs sont passés par le 19 rue Mazarine pour parler d’une première exposition. Je leur dois tout. Né le 14 juillet 1920, la Covid ne l’a pas fauché, mais c’est une victoire qu’il ne verra pas”, avait-il annoncé tragiquement sur son compte Twitter.

Et malheureusement, Guillaume Durand en a connu d’autres, des événement tragiques. En effet, il y a maintenant quelques années, il s’était confié dans un livre sur la mort de son fils, décédé en 2003 de la mort subite du nourrisson, à un an. Il l’avait eu avec Emma, dont il était séparé donc il ne le connaissait pas vraiment…

« Je rentrais de vacances, reposé, dans un Paris désert. »

« Gabriel qui n’avait pas un an a péri dans son lit pendant la canicule. Ce petit garçon était mon fils, je ne l’ai presque pas connu, car il était le fruit de mes amours avec une femme dont justement je ne voulais pas d’enfant. (…) Ni sa mère, ni moi n’étions dans la maison de campagne où il est mort pendant la nuit. Il était gardé par deux amies de sa maman. »

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Sylvestre Defontaine (@syldefontaine)

Par ailleurs, dans ce bouquin, sorti en 2015, il annonçait avoir subi également une arythmie, une maladie du cœur, qui touche un million de Français. « C’était un peu après avoir fêté mes cinquante ans. Je rentrais de vacances, reposé, dans un Paris désert. Après un dîner, avec des amis vers une heure du matin, je débouche une bouteille de vin et là je me sens bizarre. Tout se met à tourner ( …) J’ai pris mon pouls. J’étais à 200 au lieu de 60-80 battements minutes autorisés. J’ai foncé aux urgences, en pleine nuit et là les internes m’ont affranchi. » s’était-il exprimé à l’époque.

Il avait donc appris à vivre avec et renoncé au tennis.