Cette femme refuse le vaccin, elle prend une décision radicale pour son restaurant

Dans l’Eure, la patronne d’un restaurant a jeté l’éponge. Elle vend son établissement parce qu’elle ne veut pas se faire vacciner.

Cette femme refuse de se faire vacciner, elle prend une décision radicale pour son restaurant !
© Radio France - Laurent Philippot

Cette femme refuse de se faire vacciner: À Conches-en-Ouche, dans l’Eure, la propriétaire de la Cabane Café, Sylvie Delafenêtre, a pris une décision radicale. Elle va en effet vendre son restaurant. Car cette dernière ne veut pas se faire vacciner. Et encore moins contrôler ses clients avec des QR codes.

Au sein de la rédaction d’Objeko, on se rappelle de ce couple qui avait décidé de fermer leur restaurant. C’était en juillet 2021. “Il y a des gens qui comprennent qu’on ferme et le regrettent, d’autres qui ne comprennent pas du tout notre décision ni notre refus du vaccin. », déplorait ainsi Franck Gaudrillet. Avec sa femme Aline, ils tenaient leur restaurant à Saint-James, dans le Sud Manche.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Gouvernement (@gouvernementfr)

Et s’ils ont fait ce choix, ce n’est pas par goût pour la rébellion. “Notre décision découle du fait qu’on est contre ce vaccin, on n’est pas complotiste mais on ne veut pas de ce vaccin qu’on ne connaît pas ni pour nous, ni pour nos enfants.”

« Je ne vais pas l’emmener de force se faire vacciner »

Tout a commencé avec l’annonce d’Emmanuel Macron sur le pass sanitaire. Aline n’a pas pu retenir ses larmes devant la télévision. « Je ne vais pas l’emmener de force se faire vacciner, moi je m’étais dit que j’irais si je devais faire bouillit la marmite.« , s’exclamait son époux à l’époque auprès de nos confrères de France Bleu.

Pour Franck, il a donc fallu se tourner vers une autre activité professionnelle. « J’ai été à mon compte pendant 10 ans en plomberie-chauffage, je peux le refaire. Je ne suis pas inquiet pour ça. « , avait-il conclu.

À Conches-en-Ouche, « Dictature sanitaire, la Cabane café se meurt. À vendre », peut-on lire sur la la banderole de la Cabane Café de Sylvie Delafenêtre. Avec des lettres blanches sur fond rouge, et des têtes de mort, pas facile de louper le message.

De grosses craintes vis-à-vis du vaccin

En juillet 2021, quand le gouvernement a annoncé l’arrivée du pass sanitaire pour les terrasses des cafés et restaurants, Sylvie Delafenêtre avait déjà beaucoup de réticence. Cette propriétaire ne se voyait pas en effet contrôler sa clientèle. Et elle était déjà contre le vaccin.

Mais depuis que le pass vaccinal a supplanté le pass sanitaire, rien ne va plus pour elle. Car les salariés du secteur de l’hôtellerie-restauration ont désormais l’obligation d’avoir le pass vaccinal obligatoire pour rester en contact avec le public. Mais la restauratrice dit non : « Je suis trop jeune », explique-t-elle. Ce n’est pas tant qu’elle est antivax. Mais cette patronne de 53 ans a beaucoup de craintes sur le vaccin. « Il est toujours en phase test, j’attends 2023 pour voir la suite, on ne sait pas ce que ça va faire dans deux ans le vaccin. », explique-t-elle ainsi à nos confrères de France Bleu.

Même ses plus fidèles clients n’arrivent pas à la convaincre

Sylvie Delafenêtre a déjà essuyé une semaine de fermeture administrative par la préfecture de l’Eure. Car elle n’avait pas respecté la loi début janvier.  L’établissement a ensuite subi une autre fermeture, pour une raison différente. Mais vendredi 21 janvier, la Cabane Café a pu rouvrir ses portes. Sylvie Delafenêtre a contracté le covid. Elle a ainsi reçu un pass vaccinal avec un certificat de rétablissement : « J’ai le Saint-Graal de la société française.« , lâche-t-elle en effet. Pourtant, elle n’y croit plus.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Chaunu (@chaunu_emmanuel)

Ca fait longtemps que Sylvie Delafenêtre a jeté l’éponge. Un client de longue date a beau tenter de la retenir. « Tu fais un sacrifice, tu mets un peu ton orgueil de côté et tu te lances comme tout le monde. », lui conseille en effet ce monsieur. Rien n’y fait. « Et si je tombe malade avec le vaccin, qui va me remplacer ? J’ai personne pour me remplacer.« , balance aussitôt Sylvie Delafenêtre. Les larmes aux yeux, elle regrette que son concert, prévu le 29 janvier, soit également annulé. Pour éviter un nouveau contrôle des services de l’Etat.

 


Alix Brun

Passionnée de rédaction, je m’intéresse à tous les sujets qui animent l’actualité française et mondiale. Rédactrice web de profession, j’ai à coeur d’informer le lecteur de la manière la plus précise possible, tout en offrant une information qualitative. Pigiste pour Objeko, j’ai également pour but de contribuer à un canal d’information distinct des grandes rédactions journalistiques omniprésentes sur le web, offrant ainsi un point de vue différent sur notre actualité quotidienne.