Charlotte Gainsbourg : ce que son père la forçait à faire malgré elle…

Charlotte Gainsbourg est une immense artiste, chanteuse et comédienne. Avec Jane Birkin et Serge Gainsbourg pour parents, la construction personnelle de Charlotte n’a pas toujours été simple. Elle évoquait dans « M » (le magazine du « Monde ») se relation parfois difficile avec son père.

Charlotte Gainsbourg : ce que son père la forçait à faire malgré elle…
© Pausette

Charlotte Gainsbourg a très tôt compris qu’elle n’avait pas atterri dans une famille comme les autres. Serge Gainsbourg et Jane Birkin étaient des icônes des années 1970 et 1980. Aussi, il serait facile de croire que Charlotte Gainsbourg ait pu profité du talent et du succès de ses parents. En effet, elle est aujourd’hui une grande artiste, douée en tant que chanteuse et en tant que comédienne.

Mais si elle reconnaît que c’était formateur de grandir avec de tels parents, et qu’elle aime ses parents plus que tout, elle n’a pas pour autant eu l’enfance de rêve que beaucoup lui auraient imaginé. Objeko vous propose de revenir sur son témoignage à ce sujet. Charlotte Gainsbourg s’exprimait dans les colonnes de M, le magazine du Monde et évoquait donc sa relation parfois délicate avec son père. En effet, il aurait forcé sa fille à faire des choses qui la mettaient mal à l’aise.

Charlotte Gainsbourg évoque sa relation avec son père

La chanteuse et actrice a eu 50 ans cette année. Il est donc possible de dire qu’elle a pris pas mal de recul par rapport à son enfance et à son adolescence. D’autant qu’elle est depuis devenue mère de trois enfants, Ben, Alice et Jo. Charlotte Gainsbourg est en couple avec Yvan Attal depuis 1991 et c’est avec lui qu’elle a fondé une famille. Leur fils aîné est né en 1997, leur première fille en 2002 et la petite dernière est née en 2011. Devenir maman a sans aucun doute été pour Charlotte Gainsbourg l’occasion de regarder le passé et de comparer, sans jugements, la façon dont elle a été élevée avec la façon dont elle élève ses enfants. Et il y a effectivement quelques clivages.

Par exemple, Charlotte Gainsbourg est très attentive aux ambitions de ses enfants. Il ne sera pas question de les forcer dans une voie quelconque. L’essentiel est leur épanouissement personnel. Aussi, elle fera sans doute attention à ne pas faire peser des « histoires d’adultes » sur le dos des enfants. Mais cela reste une supposition de la part d’Objeko car c’est ce qu’elle a vécu quand elle était plus jeune. Or, cela n’avait pas l’air de la réjouir. Dans les colonnes de M, elle osait donc enfin parler de son père autrement que comme une idole. Car, il faut bien le reconnaître, Serge Gainsbourg reste encore aujourd’hui une légende et peu de journalistes veulent parler d’autre chose en questionnant Charlotte Gainsbourg à son sujet.

Un témoignage troublant et touchant

« Il me faisait aller trop loin, faire des choses qui me gênaient. C’était difficile. », disait-elle alors, pour rentrer dans le vif du sujet. Et les fans de l’artiste qu’est Charlotte Gainsbourg, mais aussi de son père, se souviennent certainement ce titre pour le moins provocateur : Lemon in*est. En effet, il ne serait pas étonnant de savoir que Charlotte Gainsbourg n’avait pas vraiment le choix que de chanter les paroles écrites par son père. Puis, c’est tout un album qui a découlé de cette première collaboration : Charlotte For Ever. Et enfin, le film éponyme dont Charlotte Gainsbourg interprétait le personnage principal.

« Nous avons vécu ensemble le temps du tournage. C’était compliqué, j’aime mon père plus que tout, mais j’ai eu tellement de mal à me faire une vie. Il était saoul en permanence, c’est éprouvant à vivre pour une enfant. En public, c’était difficile. Je me transformais en flic sur le tournage, je guettais les écarts. », disait-elle alors sur ce point. Et c’est donc à cela qu’Objeko faisait référence en parlant des « histoires d’adultes » qui pèsent sur les enfants. De plus, elle disait aussi : « Même financièrement, je l’entendais dire qu’il était dans le rouge. (…) Lui et ma mère vivaient au-dessus de leurs moyens. »

La rédaction vous l’accorde, tout cela aurait pu être traumatisant pour la jeune adolescente qu’était Charlotte Gainsbourg. D’autant qu’en dehors des plateaux de tournages, elle n’avait pas non plus l’esprit serein à l’école. « À l’école, mes parents étaient fréquemment insultés: ma mère était une p*te, mon père un dr*gué… Dans les années 1970 et 1980, c’était un cauchemar… », disait-elle. Et il faut bien admettre que Serge Gainsbourg et Jane Birkin savaient défrayer la chronique comme personne. Encore aujourd’hui, ils restent l’un des couples les plus mythiques entre tous. Mais pour Charlotte Gainsbourg, ils étaient certes de grands artistes (encore sa mère aujourd’hui d’ailleurs) mais ils étaient avant tout ses parents.


Julie Bourdin

Julie Bourdin - Rédactrice web passionnée par la culture et par l’actualité. Je me fais un devoir de tenir mes lecteurs informés sur les dernières news.