Cindy Poumeyrol (Koh-Lanta) raconte son calvaire dans l’aventure, « J’étais hyper mal à l’aise »

La jeune femme de 33 ans, originaire de Bordeaux, savait qu’elle se sentir mal face aux autres candidats. A la diffusion, c’était pire !

Cindy Poumeyrol (Koh-Lanta) raconte son calvaire quand elle a découvert le premier épisode : « J’étais hyper mal à l’aise »
©

Cindy Poumeyrol était finaliste de Koh-Lanta 2019. Si TF1 diffuse une saison spéciale « Koh-Lanta, La Légende », ce n’est pas pour rien. Le jeu de survie de Denis Brogniard rassemble en effet cette fois-ci tous les meilleurs participants des 20 dernières années. Devenue maman d’une petite Alba, la Bordelaise n’a pas trouvé tout de suite sa place au milieu des autres candidats. Et quand elle a regardé le premier épisode, ça a été un choc pour elle. On vous dit tout !

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Cindy Poumeyrol (@cindypoum)

Cindy Poumeyrol s’est senti très mal. Mais ce n’est pas à cause de la polémique qu’elle a suscité. En effet, la jeune maman a participé à l’émission de TFX, Mamans et célèbres. Or la règle de Koh-Lanta interdit de participer à une autre saison du jeu d’aventure si l’on participe à une autre télé-réalité. Des internautes se sont donc insurgé. Ils n’ont pas compris pourquoi Cindy Poumeyrol avait droit à un traitement de faveur.

Cindy Poumeyrol créé la polémique, la productrice de l’émission doit se justifier

La productrice de Koh-Lanta, Alexia Laroche-Joubert, a donc ainsi dû fournir des explications. « Mamans & célèbres n’est pas une télé-réalité. La télé-réalité c’est prendre des gens, souvent jeunes et qui ne se connaissent pas, et les déplacer ensemble dans un espace dédié pour faire des activités ou les faire se rencontrer. Filmer quelqu’un dans sa vie quotidienne, ce n’est pas de la téléréalité« , a-t-elle ainsi justifié dans les colonnes de Télé-Loisirs.

Et pour expliquer cette règle si particulière, elle a en effet donné également plus de détails. « Ce n’est pas un jugement de valeur mais, un candidat qui ensuite fait de la téléréalité entre dans autre chose. Chez les aventuriers, il y a une pureté dans le fait de s’inscrire à Koh-Lanta car même sans caméras, ils iraient ! Je ne pense pas qu’un candidat de téléréalité vous dirait ça. L’argent ne peut pas être un moteur dans Koh-Lanta. A partir du moment où tu demandes à négocier, la pureté de ta motivation n’est plus de participer à Koh-Lanta pour vivre l’aventure« , a-t-elle encore confié à nos confrères de Télé-Loisirs.

« Il fallait me le dire, j’aurais anticipé!»

En tous cas, ce qui a fait frémir Cindy Poumeyrol, c’est tout simplement la carure des autres participants, remarquent nos confrères de TV Mag Le Figaro. «Ils sont venus tout en muscle, il fallait me le dire, j’aurais anticipé!», a-t-elle en effet lâché à son arrivée sur l’île. Si elle a fait preuve d’humour devant les 19 autres candidats, elle n’en menait pourtant pas large. A l’époque, Cindy Poumeyrol avait été remarqué pour son humour et sa spontanéité. C’est dans «La guerre des chefs», il y a deux ans, qu’elle avait fini finaliste.

Mais pour « Koh-Lanta, La Légende », elle n’a pas pu se préparer comme elle le souhaitait, notent nos confrères de TV Mag Le Figaro. «Je redoutais le visionnage de ce premier épisode parce que, comme vous l’avez remarqué, j’ai pris beaucoup de poids, et ça ne fait jamais plaisir de se voir comme ça à la télé», a-t-elle en effet écrit sur son compte Instagram mercredi, le lendemain de la diffusion sur TF1.

« J’ai une très grosse charge mentale. »

Aujourd’hui enceinte de son deuxième enfant, elle a donné aux internautes la raison de sa prise de poids. «En deux ans, je suis devenue maman. On a été confiné et j’ai fait que manger», a-t-elle dit dans une vidéo. «Je travaille énormément entre les réseaux sociaux et ma marque de vêtements. J’ai une très grosse charge mentale. Je prends très peu de temps pour moi, pour aller faire du sport… Je mange très mal, je me fais livrer, et juste avant le départ, j’ai fait une fausse couche tardive et j’ai gonflé…», a-t-elle ainsi encore développé pour sa communauté d’abonnés.

Se confiant à l’un de ses abonnés, la jeune maman n’a pas caché se sentir «lessivée» avant son vol pour la Polynésie. «On apprend notre départ que trois semaines avant», a-t-elle encore fait savoir. «Ce n’était pas le meilleur timing pour moi de partir à ce moment-là. Mais j’étais tellement honorée d’avoir été sollicitée que je n’ai pas pu refuser l’aventure.»

« C’est compliqué moralement.»

«Je ne suis pas de nature complexée habituellement mais quand j‘ai découvert ce casting, tous ces profils hyper athlétiques, je voyais les nanas avec les abdos hyper gainées, j’étais hyper mal à l’aise de me mettre en maillot», reconnaît-elle en effet.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Cindy Poumeyrol (@cindypoum)

«Je n’avais pas pu me préparer physiquement, même pas une semaine, j’avais dû organiser mon absence sur les réseaux sociaux et l’organisation de ma boîte. Je n’ai pas eu ce luxe de me préparer physiquement et ça se voit. C’est vrai en effet que quand on arrive au milieu de tous ces sportifs, c’est compliqué moralement.» Mais heureusement, dans ce jeu de survie, le physique ne fait pas tout. On a hâte en tous cas de voir ses performances dans les prochaines épreuves !

 


Alix Brun

Passionnée de rédaction, je m’intéresse à tous les sujets qui animent l’actualité française et mondiale. Rédactrice web de profession, j’ai à coeur d’informer le lecteur de la manière la plus précise possible, tout en offrant une information qualitative. Pigiste pour Objeko, j’ai également pour but de contribuer à un canal d’information distinct des grandes rédactions journalistiques omniprésentes sur le web, offrant ainsi un point de vue différent sur notre actualité quotidienne.