Delphine Wespiser : un syndicat de police demande les « excuses publiques » de la chroniqueuse de « TPMP »

L’ancienne Miss France a été victime d’un vol à la tire ce 8 octobre. En colère, elle réprimande la police sur les réseaux sociaux. Un syndicat répond de manière officielle à son coup de gueule.

Delphine Wespiser : un syndicat de police demande les « excuses publiques » de la chroniqueuse de « TPMP »
© France 2

Delphine Wespiser a été victime d’un vol. Agressée en pleine rue, elle se fait dérober sa montre et impossible de retrouver le voleur. Immédiatement, sous le coup de la colère et choquée par l’événement, elle va écrire un message dans l’une de ses stories sur son compte Instagram. Un message peu flatteur pour les forces de l’ordre, Objeko vous l’accorde. Alors, un syndicat de police a réagi afin de faire cesser les réprimandes et de stopper ce qu’il qualifiera de « polémique stérile ».

Mais au passage, un petit tacle à Delphine Wespiser propose notamment de lui donner des « des conseils élémentaires de sécurité » et souligne que son statut de chroniqueuse de TPMP ne lui octroie pas un plus grand statut de victime que d’autres. Delphine Wespiser a donc pris le temps de régler cette affaire sur le plateau de TPMP. Elle a pu justifier son emportement et le sens de ses propos envers les forces de l’ordre. Ce qui aura fait office d’excuses pour le syndicat Alliance Police Nationale Grand Est qui les réclamaient. Depuis, Delphine Wespiser a réitéré son plus grand respect à la police. Objeko vous raconte tout !

Delphine Wespiser se retrouve au centre d’une polémique suite à son agression

Tout commence le 8 octobre dernier. Delphine Wespiser est victime d’une agression et d’un vol non loin de chez elle. En colère, sous le choc, elle écrit quelques mots qui vont mettre le feu aux poudres sur les réseaux sociaux.

« Je viens de me faire agresser dans la rue, un tour de passe passe, ma montre a disparu. Marre de ce pays. Que fait la police ? Nous avons tourné 1h pour retrouver mon adresser, et nous n’avons pas vu une seule patrouille de police pendant tout ce temps… » écrivait Delphine Wespiser sur son compte Instagram.

Le lendemain, sur le plateau de TPMP, elle tempère alors ses propos. Delphine Wespiser explique notamment que si les policiers ne sont pas toujours visibles, ils ne sont pas moins présents. Car les voitures banalisées et les policiers en civils agissent en toute discrétion pour prendre les malfaiteurs en flagrants délits. De plus, l’un des invités de Cyril Hanouna, représentant des forces de l’ordre, affirme que toutes les 10 secondes la police résout un problème en France.

Une explication modérée pour apaiser les tensions, une double peine pour la chroniqueuse de TPMP ?

Mais pour le syndicat de police qui demandait les excuses de Delphine Wespiser, ses explications ne sont pas suffisantes. Sur Twitter, le syndicat Alliance Police Nationale Grand Est reprend donc la parole pour clore le dossier. Objeko vous partage son message ci-dessous.

« Explications de Delphine Wespiser : faute à demi avouée, à demi pardonnée ! Alliance Police Nationale Grand-Est a pris connaissance des explications en demi-teinte de Delphine Wespiser suite à son post sur les réseaux sociaux qui continue de susciter des réactions épidermiques anti-flics. Alliance Police Nationale Grand-Est regrette l’absence assumée d’excuses de l’ex miss France envers nos collègues mais prend aussi note du soutien exprimé par la célébrité. » est-il écrit.

Puis le syndicat ajoute : « Alliance Police Nationale Grand-Est espère que ses futurs messages de soutien soient plus clairs et sans ambiguïté pour l’avenir. Alliance Police Nationale Grand-Est souhaite dorénavant que l’enquête puisse se poursuivre en toute sérénité loin des polémiques stériles. » peut-on lire.

Delphine Wespiser reprendra donc une dernière fois la parole sur ce sujet sur son compte Instagram. Là encore, elle ne dit pas qu’elle est désolée. Elle justifie au contraire sa question qui a été tant interprétée « Que fait la police ? » en indiquant que c’est le choc et un profond sentiment d’insécurité qui dictait ses mots. Néanmoins, elle affirme clairement son respect pour les forces de l’ordre. Et Objeko ne doute pas qu’elle regrette l’ampleur que cette polémique ait pu prendre sur la Toile. Quoi qu’elle aura permis, à terme, de rappeler que le travail de la police est omniprésent bien qu’il ne saute pas aux yeux de tous à chaque instants.

delphine-wespiser-excuses-police-instagram-story
@wespiserd

Julie Bourdin

Julie Bourdin - Rédactrice web passionnée par la culture et par l’actualité. Je me fais un devoir de tenir mes lecteurs informés sur les dernières news.