Elizabeth II : la reine destituée ? Une coalition réclame son éviction

Une coalition formée par des groupes d'autochtones de la Jamaïque, du Belize et des Bahamas demande à ce que la reine soit évincée du trône. Cette demande intervient quelques jours après la venue du prince William et de sa femme Kate Middleton dans les Caraïbes à l'occasion du jubilé de platine de la reine.

© Youtube

Elizabeth II souffrante, son petit-fils prend sa place 

C’est le prince William qui s’est rendu aux Caraïbes avec sa femme à l’occasion du jubilée de platine de sa grand-mère. Cette dernière se remettait en effet de son infection au covid-19 et a annulé tous ces évènements pendant plusieurs semaines. Elle ne souhaite pas être vue diminuée, c’est pourquoi elle attend de se sentir en forme pour refaire une apparition publique. Cela s’est déroulé il y a quelques jours à l’occasion d’une messe en l’honneur de son défunt mari. Un rendez-vous manqué par Harry et Meghan Markle, qui n’ont pas fait le déplacement

Le prince William, en digne héritier de la couronne, s’est donc rendu aux Caraïbes avec sa femme. Si des photos d’eux ont été dévoilées les montrant tout sourire dans la jungle, cette tournée a été mouvementée avec un accueil compliqué au Bélize, où des manifestants les attendaient. Et pour cause, nombreux sont ceux qui n’ont rien à faire du jubilée de la reine, ils veulent qu’elle soit destituée. 

La Monarchie britannique responsable de l’esclavage aux Caraïbes 

Pendant plusieurs siècles, la monarchie britannique a colonisé les Caraïbes, transformant au rang d’esclaves les habitants. C’est du moins ce que pense une coalition qui voit dans la tournée de William et de Kate une « soi-disant offensive de charme » qui va « à l’encontre des besoins et des aspirations des peuples indigènes et des personnes d’origine africaine dans les Caraïbes ». « Nous sommes unis pour condamner la sauvagerie de la Grande-Bretagne qui a réduit nos ancêtres en esclavage, l’indécence grossière de l’exploitation coloniale, la brutalité de ses exécutants, et les héritages durables de l’appauvrissement et des idéologies de l’ère coloniale qui ont endommagé et continuent d’endommager notre peuple, notre société et notre économie ».

Une décision qui ne surprend pas le prince. Ce dernier serait « mal à l’aise et anxieux » depuis son retour. Il a conscience que la monarchie n’est pas accueillie avec chaleur aux Caraïbes. Il sait que les jours de la couronne sont comptés. Pour lui, visiblement, « l’avenir appartient au peuple« . Il souhaite donc que les peuples du Commonwealth puissent décider, il tient à « créer un meilleur avenir pour ceux qui le forment« . Après la Barbade, cela laisse augurer une nouvelle prise d’indépendance. 

L’absence de Harry et Meghan qui dérange

Le prince Harry et Meghan Markle vivent désormais aux États-Unis, pays où ils élèvent leurs deux enfants. Après des mois de conflits en interne, la décision de quitter la couronne et tous les engagements qui sont les leurs a été prise. C’est un vrai séisme pour la monarchie. Alors que William et sa femme Kate remplissent toutes les cases, Harry et Meghan apparaissent comme les brebis galeuses. Si galeuses qu’elles ne sont pas venues à la messe en hommage au prince Philip, alors que même la reine, encore faible, a fait le déplacement. Pire encore, ils n’ont pas parlé de cette messe, à aucun moment

« Le prince Harry et Meghan Markle sont conscients que leur décision de ne pas commenter le service commémoratif du prince Philip pourrait être perçue comme « pétulante et grossière » », estime un expert royal auprès du Mirror. 

Pour Ingrid Seward, experte royale et auteur de Prince Philip Revealed, l’absence de discours de la part du couple est très évocatrice. Cela en dit beaucoup, plus qu’on ne le pense : « Le mur du silence était aussi fort que s’ils avaient crié depuis les chevrons de l’abbaye. Le duc et la duchesse de Sussex, habituellement loquaces, n’ont rien dit. Aucun porte-parole n’a craché de longues phrases indéchiffrables. Il n’y avait pas de fleurs avec le nom du fleuriste fièrement affiché. Aucun commentaire d’Archwell. Aucun. Pas même un mot de leurs supporters sur les différents comptes de médias sociaux ». 

Harry estime de son côté que sa sécurité en Angleterre n’est pas assurée. Il ne veut pas mettre sa femme et ses enfants en danger. Une excuse suffisante pour la famille royale ? Pas sûr.