Excès de vitesse de plus de 50 km/h : voici les sanctions et lourdes peines que vous risquez

La justice ne rigole pas avec les excès de vitesses, préparez-vous à être choqués par les sanctions mises en place !

© Auto-moto

Et si on levait le pied ? Les excès de vitesse sont extrêmement dangereux sur les routes, autant pour vous que pour les autres usagers. Ainsi, la sécurité routière ne plaisante pas lorsqu’il s’agit de sanctions… L’équipe Objeko vous dévoile ce qui vous attend, si vous souhaitez jouer les trompe-la-mort.

Rouler trop vite : première cause de mortalité sur les routes françaises

Nous avons tendance à penser qu’un petit excès de vitesse n’est pas bien méchant. Et on se trouve toujours une excuse ! La plupart du temps, bien sûr, c’est à cause d’un retard quelconque. Or, l’excès de vitesse est la première cause de mortalité sur les routes en France, juste avant la consommation d’alcool. D’ailleurs, la vitesse est à la fois une cause de mortalité, mais également un facteur secondaire dans de nombreux autres cas d’accidents : alcoolémie, consommation de stupéfiants, inattention… En France, cela représente 32% des décès sur les routes. Et il s’agit d’un facteur très facile à éviter ! 

Il n’est donc pas surprenant de voir que le gouvernement met en place année après années un plus grand nombre de contrôles de vitesse, en ville comme sur les autoroutes. Pendant des décennies, les contrôles d’excès de vitesse étaient effectués par les forces de l’ordre. Désormais, les radars automatiques les ont en grande partie remplacés, ou du moins renforcés ! Et c’est un succès assez important. Selon la Sécurité Routière, entre 2003 et 2012, ces radars ont permis de sauver 23 000 vies. Bien sûr, cela n’empêche pas les excès de vitesse. De plus, les applications de radars permettent désormais de les localiser facilement, Ainsi, certains automobilistes lèvent le pied juste avant un radar, pour repartir de plus belle après…

Excès de vitesse : les différents niveaux de sanction

Afin de dissuader les usagers de la route de commettre des excès de vitesse, les forces de l’ordre n’hésitent pas à frapper là où ça fait mal : le portefeuille. Ainsi, il vous faudra être prêt à débourser une belle somme si vous souhaitez appuyer sur le champignon.

Tous les excès de vitesse ne sont cependant pas comptabilisés de la même manière. Leurs sanctions sont également adaptées. Les différents niveaux de sanctions sont :

  • Excès de vitesse inférieur à 20 km/h (avec vitesse maximale autorisée inférieure ou égale à 50 km/h) : l’amende forfaitaire est de 135 €, et s’accompagne du retrait d’un point de permis.
  • Inférieur à 20 km/h (avec vitesse maximale autorisée supérieure à 50 km/h) : toujours retrait de point, mais cette fois-ci l’amende forfaitaire n’est que de 68 €
  •  Égal ou supérieur à 20 km/h et inférieur à 30 km/h : l’amende forfaitaire est de 135 €, et vous perdez cette fois-ci deux points sur votre permis.

À partir de là, les choses se corsent. Les amendes supérieures commencent à être particulièrement salées : 

  • Égal ou supérieur à 30 km/h et inférieur à 40 km/h : 135 d’amende, 3 points en moins, mais aussi une suspension de permis de 3 ans et l’obligation d’accomplir un stage de sécurité routière.
  •  Égal ou supérieur à 40 km/h et inférieur à 50 km/h : tout pareil, mais avec cette fois-ci 4 points en moins sur le permis de conduire.

Excès de vitesse de plus de 50 km/h : attention aux sanctions !

Au-delà de 50 km/h d’excès de vitesse, attendez-vous à recevoir plus qu’une simple amende… Ce genre d’attitude au volant est extrêmement dangereuse, et la justice ne sera pas tendre du tout.

En cas d’excès de vitesse supérieur ou égal à 50 km/h, l’amende forfaitaire est de 1500 €. Vous perdrez en outre 6 points de permis de conduire, qui sera suspendu pendant trois ans sans sursis. Il est également possible que votre véhicule soit confisqué. Et, bien entendu, vous ferez un stage de sensibilisation à la sécurité routière. 

Si, malgré tout, vous récidivez, préparez-vous à faire un tour par la case prison ! Vous écoperez en effet de 3 mois de peine, assortis de 3750 € d’amende, d’une suspension de permis de 3 ans, d#une interdiction de conduire certains véhicules à moteur de 5 ans et plus et d’un stage de sensibilisation. Si vous possédez le véhicule en question, vous pouvez également lui dire adieu, car il sera automatiquement confisqué.

La prochaine fois que vous êtes en retard, ou que vous voulez tester vos limites, gardez bien toutes vos peines en tête ! Et surtout, n’oubliez pas que même la sanction judiciaire la plus lourde est toujours plus légère que la perte de votre vie, de celle de vos proches, ou de celle des autres usagers de la route.