Fort Boyard, « C’est super violent » : une Miss France au plus mal durant 15 jours, révélations d’un candidat

L'humoriste a eu la chance de participer à l'émission en bonne compagnie. À ses côtés, l'ancienne Miss France, Clémence Botino. Mais cette dernière n'a pas bien vécu une épreuve en particulier.

© NINTENDO

Fort Boyard est un jeu dans lequel les participants doivent impérativement se dépasser. S’ils souhaitent récupérer le plus de sous possible pour l’association qu’ils défendent, ils doivent réussir les épreuves. Clémence Botino a donc décidé de ne pas passer à côté pendant le tournage… quitte à être malade pendant deux semaines.

Un piment à l’origine de la maladie de Clémence Botino

Samedi 2 juillet, les téléspectateurs ont eu la joie de découvrir le tout premier épisode de Fort Boyard. L’émission revient chaque été, et une nouveauté de taille est à signaler pour cette année. Les tigres ont disparu. Après des années de lutte de la part des défenseurs des animaux, la production a décidé de ne plus faire venir des tigres pour les quelques semaines de tournage. Ils sont remplacés par des tigres réalisés en images de synthèse. Mais ces derniers, malgré quatre mois de travail, n’ont pas fait l’unanimité. Bien au contraire. 

Si les tigres ne sont plus là, les épreuves sont toujours aussi corsées. Et ce n’est pas Clémence Botino qui dira le contraire. Dans une interview accordé à Télépro avant la diffusion de l’épisode, Elie Semoun nous a fait part de quelques indiscrétions.

Il a en effet révélé que l’ancienne Miss France a mal vécu une épreuve en particulier. Et pour cause, elle a été malade : « Clémence, à un moment, a été obligée de manger du piment tellement puissant qu’elle a été malade pendant 15 jours. C’est super violent ! Quand vous mangez du piment très fort, vous pouvez vous faire un trou dans l’estomac. C’est horrible !« .

Ce n’est pas la seule dans cette situation puisque l’humoriste ajoute que le nageur Camille Lacourt a subi le même sort : « Camille a été malade pendant 15 jours« , confie-t-il.

Elie Semoun traumatisé par une épreuve

S’il n’a pas eu de problème intestinal après sa participation au jeu de France Télévisions, Elie Semoun se rappelle encore très bien d’une épreuve en particulier. Il faut dire que les cerveaux qui imaginent les différents jeux sont très inventifs. Dans Fort Boyard, les participants s’attendent à affronter leurs peurs. La peur du vide, des insectes, des espaces étroits, du noir… Tout y passe.

Elie Semoun a dû prouver qu’il avait l’estomac bien accroché en participant à une épreuve bien connue qui lui laisse un souvenir amer :

« Ils m’ont fait faire un truc les sal*uds. Ils m’ont mis sur une barre, vous savez les trucs de pompier en fer. J’avais une petite barre transversale pour m’accrocher (…) Ils m’ont fait aller à 20 mètres au-dessus du sol et puis après, il fallait que je fasse un looping. Pendant que j’étais en arrière, il fallait que je voie un chiffre, que je le donne. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Elie Semoun (@eliesemounofficiel)

Fort Boyard : un hommage discret aux frères Bogdanoff

Igor et Grichka Bogdanoff font partie de la famille de Fort Boyard. Entre 2015 et 2016, ils proposaient aux candidats de monter dans la Vigie pour tenter de résoudre différentes énigmes scientifiques. L’émission gagne en mystère grâce à eux. Mais les deux frères font malheureusement partie des victimes du covid-19. Ouvertement sceptiques quant au vaccin, ils n’étaient pas réellement antivax, comme certains aiment le dire. Ils partaient simplement du principe que le corps peut se guérir seul. Ils n’avaient d’ailleurs, au moment de leur mort, même pas de carte vitale. Ce sont tous leurs proches qui se sont retrouvés très étonnés, puisqu’ils ne se rendaient jamais chez le médecin.

Mais bien qu’en forme, la maladie a eu raison d’eux. Ils sont morts à six jours d’écart. Au moment où leur décès est rendu public, la production leur rend hommage sur Twitter. A l’occasion de la diffusion du premier épisode, les mots suivants se sont affichés : « Pour Étienne, Grichka et Igor« . Le premier est Étienne Daude. Il s’agit d’un ancien cordiste de la production qui a perdu la vie dans un accident de la route. 

C’est un hommage pudique et discret rendu à ceux qui ont participé à rendre cette émission magique. Et si certaines nouveautés (les tigres) n’ont pas convaincu, l’émission a retenu l’attention de 2.28 millions de téléspectateurs. Un lancement correct pour le programme culte.