Françoise Hardy très (très) mal en point, voici ce qui la tient encore en vie…

La chanteuse se confie à nos confrères du Parisien sur ce qui la maintien encore en vie aujourd’hui.

Françoise Hardy au plus mal : la maman de Thomas Dutronc fait des grosses révélations sur sa santé
© Jean Baptsite/Getty Images

A l’occasion de la sortie du livre Chansons sur toi et sur nous, Françoise Hardy a accordé une interview à nos confrères du Parisien. Dans celle-ci, elle raconte notamment ce qui la maintient encore en vie. Des déclarations fortes que la rédaction d’Objeko a décidé de vous retranscrire dans l’ensemble de son article. Vous êtes prêts ?

Une maladie difficile à vivre pour Françoise Hardy

Après s’être battue pendant plusieurs années contre un cancer du système lymphatique, Françoise Hardy a dû affronter un cancer du pharynx. Depuis 2014 et l’apparition de son lymphome, la vie de la chanteuse n’est pas simple. Dans une récente interview, elle a notamment expliqué les effets indésirables des traitements : “Quand quarante-cinq radiothérapies et une immunothérapie vous ont peut-être soignée mais aussi privée définitivement de salive et rendue sourde d’une oreille, vous ne pouvez plus chanter” explique-t-elle notamment.

Malgré ses difficultés, Françoise Hardy continue d’écrire, avec une plume unique qui la caractérise. D’ailleurs, les nombreux textes qu’elle a pu écrire au cours de sa carrière, ont été compilés dans un livre, Chansons sur toi et sur nous, paru le 10 mars dernier aux éditions Des Equateurs. Un projet qui a fait du bien à la maman de Thomas Dutronc. Si d’abord elle ne souhaitait pas publier ses textes, elle a fini par se rendre compte des bienfaits de ce travail :”J’avais fini par accepter quand mon éditeur m’avait suggéré de commenter mes textes quand il y avait lieu. Travailler malgré mon état et toutes les difficultés qui vont avec me fait du bien et me maintient en vie“.

En contact tous les jours avec Jacques Dutronc

Avec les difficultés concernant ses traitements pour soigner son cancer, Françoise Hardy doit également faire face à la réalité de la Covid. En effet, entre les confinements, le couvre-feu et les difficultés liées à la Covid-19, la chanteuse compatie avec la souffrance de tout le monde : “Le confinement pose des problèmes de ravitaillement, de soins médicaux, rend plus difficile et incertaine l’aide de mes amis, et je compatis de tout mon cœur à la souffrance et à l’angoisse de tous ceux en général, des chanteurs et des acteurs en particulier, qui sont privés de leur travail” explique-t-elle notamment.

Heureusement, François Hardy peut compter sur ses proches. Et elle a notamment le soutien de Jacques Dutronc, l’homme qui a le plus compté dans sa vie. La chanteuse explique qu’elle échange avec lui tous les jours :“Chacun de nous s’inquiète pour l’autre et nous échangeons une infinie tendresse. C’est merveilleux de tenir autant l’un à l’autre et de pouvoir nous l’écrire au bout de plus de cinquante ans ! Notre fils Thomas et lui sont les êtres que j’aime le plus au monde”. Une belle relation entre les deux ex.

Françoise Hardy est pour l’euthanasie

Toujours dans cette interview pour nos confrères du Parisien, Françoise Hardy a tenu à faire part de son envie que la France légalise l’euthanasie. En effet, la chanteuse ne souhaite qu’une chose, que les souffrances de certains malades soient abrégées : “Quand mon état deviendra encore plus insupportable, je n’aurai, hélas, pas le soulagement de savoir que je peux me faire euthanasier. La France est inhumaine sur ce plan-là”. Evidemment, elle explique qu’elle ne voulait pas mourir maintenant, mais qu’elle y pensait pour le futur : “J’ai envie d’être là pour ceux que j’aime, mais quand je vais trop mal physiquement, la peur de souffrir d’une façon encore plus insupportable et sans espoir d’aller mieux m’angoisse“.

François Hardy déplore que la France n’avance pas avec ce sujet. Elle estime que les personnes devraient avoir le choix : “Je déplore que la France manque d’humanité au point de ne pas légaliser l’euthanasie. Même l’Espagne et le Portugal l’ont fait“. Heureusement aujourd’hui, il lui reste le travail, et c’est grâce à ça et le soutien de ses proches, qu’elle a envie de se battre : “Travailler malgré mon état et toutes les difficultés qui vont avec me fait du bien et me maintient en vie“. Des déclarations bouleversantes. N’hésitez pas à réagir dans les commentaires, nous lisons l’ensemble de vos messages.


Mieger Tristan

Mieger Tristan

Passionné depuis tout petit par l'écriture et la musique (même la plus obscure) et de nature très curieuse, je m'intéresse à tous les sujets ! J'aime également les nouvelles technologies et le développement web qui ont été une révélation pour moi.