Gérard Depardieu: cet acte radical que l’acteur s’apprête à prendre en France

Gérard Depardieu n'est pas un comédien comme les autres. Considéré comme un monstre sacré, sa personnalité suscite la polémique. Et ce n'est pas ses dernières déclarations à nos confrères de L'obs qui vont arranger les choses ! Objeko vous dit tout !

© AFP PHOTO / LOIC VENANCE

Désemparé par ce qu’il entend, Gérard Depardieu est sur le point de craquer ! On vous raconte les raisons de sa colère contre la France !

Gérard Depardieu fait le buzz !

Dans le rôle du commissaire Maigret, Gérard Depardieu est parfait. En effet, comme le confiait la rédaction d’Objeko dans un précédent article, les tourments de l’officier de policier ressemblent trait pour trait à ceux de l’acteur. On comprend alors que n’est pas un hasard si le réalisateur Patrice Leconte l’a choisi. Du reste, février est un mois chargé pour ce monstre sacré du cinéma français. Ces trois films avec lui réjouissent les fans de la première heure. Depuis le temps qu’ils attendaient de le revoir dans les salles obscures. Avec les confinements et son semi-départ de l’hexagone, on avait vraiment peur qu’il nous échappe à jamais. Face à nos confrères de L’Obs, il brise le silence et n’y va pas avec le dos de la cuillère ! Et si nos craintes étaient fondées ?

Ce terrible drame qui a tout fait basculé

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Les 400 Coups (@400coupsangers)

Dans le film d’Edouard Baer Adieu Paris, Gérard Dépardieu n’apparaît que très peu de temps à l’écran. Donc, on se demande bien la raison qui l’a poussé à se déplacer pour cette « seule journée de tournage « . Avec son franc-parler habituel, il confie la manière dont il choisit sur ses rôles. Sachant qu’il n’a plus rien à prouver aux critiques de cinéma et encore moins à ses fans, il déclare que ce n’est pas la qualité d’un scénario ou « la performance » qui le motive.

Au contraire, les retrouvailles avec « les copains » mettent du baume à son cœur brisé. Depuis la mort tragique de Guillaume, il n’est plus que l’ombre de lui-même. Perdre puis enterrer un enfant, ce n’est pas dans l’ordre des choses pour des parents. Comble de l’horreur, lorsqu’Objeko vous rappelle en substance les circonstances du drame (paradis artificiel, amputation, etc.), on comprend qu’il y a eu un avant et un après dans sa carrière.

Gérard Depardieu, un homme en exil ?

Il y a deux semaines, Gérard Depardieu provoque les haters. En publiant une photo aux côtés de Vladmir Poutine, il sème le chaos sur la Toile. Cher lecteur d’Objeko, ce n’est pas la peine de la chercher, l’acteur l’a supprimé. Après quelques investigations, on a réussi à mettre la main dessus. Comme toujours, la légende lui ressemble puisqu’il évoque le lien indéfectible d’amitié qui l’unit au président russe. Or, dans un contexte de crise en Urkraine, est-ce du meilleur goût de s’en vanter ?

Ces dernières heures, sa consœur Macha Méril manifeste sa désapprobation à qui veut l’entendre. À votre avis, a-t-il été trop loin ? Toujours dans les colonnes de L’Obs, Gérard Depardieu ignore les avertissements. Au contraire, il persiste et signe. Ah si les murs pouvaient parler, ils nous raconteraient le contenu précis des conversations avec le leader russe. Selon lui, il s’agit juste « d’excellentes leçons de géopolitique« .

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase de Gérard Depardieu

Lassé de la morosité de la capitale, Gérard Depardieu a plié bagage. Dans un sourire, il nous raconte qu’il a toujours « la nationalité et un passeport français ». Satisfait d’être un « citoyen russe et dubaïote », il navigue « le plus souvent en Méditerranée« . Et au sens propre du terme puisqu’il possède deux navires destinés à la pêche. Le premier se dédie au gros et il le localise à Dubaï. Situé en Turquie, et plus précisément à Istanbul, le second est plus nettement moderne. Pour preuve, il a un appartement à bord et se consacre au thon. Sa nouvelle philosophie de vie tient en une phrase. « Je sillonne, je dérive, ça me va très bien…  »

Qu’en est-il de son premier amour, à savoir la France ? Gérard Depardieu nous l’assure. « J’y serai toujours pour tourner, mais de moins en moins pour y vivre. » Du reste, résolument motivé à n’avoir plus aucune attache, il avoue avoir mis « en vente [son] hôtel parisien et [ses] vignes. » Interloqués, nos amis journalistes lui posent la question que les fans murmurent tout bas.

Un problème d’égo ?

Il fait un parallèle très clair entre la manière dont les locaux des deux pays le perçoivent. On distingue un homme marqué par les épreuves et surtout à bout. « Je ne dirais pas que la célébrité — dont je n’ai rien à f*utre — me fl*ngue, disons qu’elle me dessert. En France. Car à l’étranger, elle m’aide au contraire à avoir des relations profondes et vraies. Là-bas, ce sont les autres qui m’intéressent, ce n’est pas moi. »

Merci à nos confrères de L’obs