Hypersensibilité : comment bien la gérer et s’épanouir pleinement

Les symptômes de l'hypersensibilité peuvent être difficiles à vivre, pour soi et pour son entourage. Cependant, être hypersensible est loin d'être un défaut. Découvrez comment tirer partie de cette sensibilité à fleur de peau.

© MrSquid/SHutterstock

Être hypersensible c’est souvent compris comme une sensibilité décuplée et mal placée. Une forme de susceptibilité qui s’étendrait au-delà de soi. Mais dans les faits, c’est bien plus délicat. Une personne hypersensible peut donner l’impression de pleurer sans raison valable par exemple. Or, nous avons toutes et tous des sensibilités différentes. Les émotions ne devraient pas être normées et contenir des valeurs hiérarchiques en elles-mêmes. Pourtant c’est ainsi que le cerveau humain fonctionne, pour pouvoir faire usage de son procédé favori qu’est la comparaison.

Être hypersensible c’est donc être jugé « trop » sensible par la plupart des gens. Alors qu’il ne s’agit simplement que d’une forme différente de sensibilité. En effet, Objeko va tenter de vous monter que cette notion doit pouvoir retrouver sa légitimité, cesser de se rattacher à des valeurs négatives. Au contraire, il est possible de s’épanouir tout en étant hypersensible. Mieux encore, ce trait de personnalité offre de réels avantages sociaux.

Les personnes hypersensibles ont des ressources insoupçonnées

En général, les personnes hypersensibles sont donc perçues comme « trop » sensibles. Comme nos confrères du journal Slate l’expliquent, le grand public a tendance à confondre deux notions. Il semble qu’il assimile l’hypersensibilité à l’hyperesthésie. Or, l’hyperesthésie est une pathologie qui consiste à avoir une sensibilité exacerbée. Les lecteurs d’Objeko l’auront alors compris, l’hypersensibilité n’est pas une pathologie. C’est simplement une manière différente de penser, une accumulation traits de caractère qui permettent aux hypersensibles de développer une intelligence émotionnelle plus importante que d’autres notamment.

La première des choses à savoir c’est donc que les hypersensibles représentent 20% de la population. Il est possible d’appartenir à cette catégorie de personnes lorsque l’on a tendance à réfléchir beaucoup et à ressentir les émotions de façon plus forte. Une personne hypersensible sera donc plus emphatique, davantage consciente de son environnement et d’elle-même. Vu de cette façon, vous pouvez vous rendre compte que l’hypersensibilité n’est donc pas seulement un défaut. Ou une manière disproportionnée de réagir aux émotions. Il s’agit simplement d’une sensibilité différente, plus profonde.

Ainsi, les personnes hypersensibles seront plus réceptives aux stimulus et auront une réponse émotionnelle plus profonde face à eux. Lorsqu’il y a beaucoup de bruits, beaucoup de monde, beaucoup de mouvements, c’est autant d’informations qu’une personne hypersensible ne pourra pas ignorer. En effet, l’une des qualité de ce trait de personnalité c’est une capacité à assimiler une plus grandes quantités d’informations. Mais lorsque les stimulus sont trop importants, une fatigue émotionnelle peut aussi rapidement s’installer. L’hypersensibilité a donc des défauts et des qualités. Et il peut être nécessaire de se rapprocher de professionnels pour apprendre à mieux gérer ses émotions. Puisque les stimulus font partie du quotidien de tout un chacun, hypersensible ou non.

Des conséquences positives

Comme le soulignent nos confrères dans les colonnes du journal Slate, les personnes hypersensibles ont fait l’objet d’études scientifiques depuis de très longues années. Mais il était plutôt question de comprendre leurs défauts, leurs vulnérabilité. Aujourd’hui, pour souligner les différences entre les personnes hypersensibles et les autres, c’est un trait positif qui est se met en valeur. Puisqu’il a été constaté que l’hypersensibilité pouvait se transmettre d’une génération à l’autre. Or, selon la théorie de l’évolution de Darwin, les évolutions héréditaires de ce type ont pour but de préserver l’espèce. Ainsi, le caractère transmissible de cette forme de sensibilité démontre un certain avantage. Une évolution de l’espèce en quelque sorte, un avantage adaptatif.

Faut-il alors croire qu’un beau jour nous serons toutes et tous hypersensibles ? Il serait tentant de foncer vers cette conclusion. Cependant, ce n’est pas de cette façon que fonctionne la théorie de l’évolution. En effet, toujours d’après les données récoltées par nos confrères chez Slate, il apparait que les scientifiques estiment que pour 20% d’hypersensibles dans la population c’est amplement suffisant. C’est le fait qu’ils ne représentent qu’une partie du groupe global de l’espèce qui lui permet d’augmenter ses capacités d’adaptation. Puisque les réactions d’une personne hypersensible ne sont pas les mêmes que celles d’une personne lambda. En multipliant les réactions, l’espèce multiplie ses choix et ses chances de réussite.

Les personnes hypersensibles sont un atout pour l’espèce au sens large mais ils sont aussi un atout pour la société. En effet, elles sont plus réceptives que d’autres de part leur plus grande empathie. Elles ont donc davantage de facilité à s’engager pour des causes utiles pour le groupe. La prévention de la dépression, les campagnes anti-harcèlement… Enfin, des études prouvent que les personnes hypersensibles seraient moins susceptibles de développer un comportement excessif ou dépendant.