Igor et Grichka Bogdanoff : Autistes Asperger, QI de 180… Leur soeur dévoile la vérité

Depuis la mort des deux jumeaux les plus célèbres en France, tous les éléments qui constituent leur légende sont analysés, commentés. Eux qui aimaient tant jouer avec le mystère peuvent être fier d’eux : l’énigme Bogdanoff n’a pas été élucidé de leur vivant. Mais c’est leur sœur cadette, Véronique, qui se livre aujourd’hui et décide de révéler les secrets derrière certaines déclarations.

Bogdanoff
©news.sky

Igor et Grichka Bogdanoff emportés par le covid-19

Les deux scientifiques, qui ont tout fait ensemble, se sont retrouvés dans l’au-delà. Si Grichka est parti le premier, il n’attendra pas son frère longtemps puisqu’Igor décède six jours plus. Jamais ce dernier n’aura appris la mort de son frère, puisqu’il est plongé dans le coma depuis plusieurs jours quand Gricha rend son dernier souffle. On apprend alors que ces derniers n’étaient pas vaccinés. Pas forcément parce qu’ils étaient antivax, mais tout simplement car ils se sentaient au-dessus du covid-19, au-dessus même de la médecine. 

En effet, les deux frères ne possédaient même pas de carte vitale. En pleine forme, et bien qu’ils appartenaient à la catégorie de la population la plus vulnérable (ils avaient 72 ans), ils ont préféré faire confiance à leur corps. Mais le covid-19 a eu raison d’eux, et c’est avec leurs secrets qu’ils se sont éteints. Depuis des années, ils entretiennent un vrai mystère autour de leur existence. Viennent-ils réellement d’ailleurs ? Ils aiment qu’on le pense. N’ont-ils jamais fait de chirurgie esthétique ? Ne vous attendez pas à ce qu’ils disent le contraire. 

Leur but était simple : être semblables entre eux mais uniques par rapport aux autres. De ce strict point de vue, c’est une réussite. Tout au long de leur carrière, ils font parler, provoquent moqueries, interrogations, regards perplexes. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @softoffice.hub

Véronique Bogdanoff revient sur les secrets de ses frères 

Bogdanoff: Depuis leur décès, on en apprend plus sur leur fratrie. Les frères et soeurs de Grichka vont toucher son héritage, puisqu’il n’a jamais eu d’enfant, contrairement à Igor, père à six reprises. Pour Véronique, la relation extrêmement forte entre les deux jumeaux ne vient pas seulement de leur gémellité, mais bien de leur enfance, comme elle l’a expliqué au magazine Gala : 

« Les jumeaux ont été élevés essentiellement par notre grand-mère et sans leur père, qui est revenu ensuite. Ça m’a fait de la peine d’entendre ça. Je crois qu’on ne peut pas expliquer leur parcours, leur aspiration à la singularité sans cette clé. C’est ce qui explique aussi leur attachement si fusionnel. Igor et Grichka se sont vus tout le temps, tous les jours de leur vie ». 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Point De Vue (@pointdevue)

Des déclarations mensongères ? 

Grichka et Igor ne voulaient pas être oubliés. Ils souhaitaient qu’on se rappelle d’eux. Par conséquent, ils se sont joués des médias en tenant plusieurs discours qu’ils faisaient passer pour vrais, alors qu’ils sortaient tout droit de leur imagination débordante. C’est en tout cas ce que nous explique leur soeur, surprise par certains propos tenus par ses frères, mais consciente des raisons qui les ont toujours poussé à agir de la sorte :

« Il fallait savoir trier dans les déclarations, avec eux. Je me suis étonnée qu’ils se disent autistes Asperger ou encore que Grichka prétende avoir un QI de 180. Je prenais ça comme une façon d’écrire leur légende. Une fois, Grichka m’a dit : ‘J’ai créé un personnage' ».

Quant au visage des Bogdanoff, celui grâce auquel ils se sont construits cette légende, c’était un sujet peu abordé dans leur famille. Dans les médias, les rumeurs ne cessent. Si certains parlent de chirurgie esthétique, les frères préfèrent parler d’expériences, ou laissent tout simplement planer le mystère, en sous-entendant qu’ils sont malades ou les conséquences d’expériences américaines tenues secrètes. On sait aujourd’hui qu’il s’agit d’opération de chirurgie esthétique et d’injections de botox. Ils s’injectaient d’ailleurs parfois le produit eux-mêmes. Face à leur soeur, ils bottent malgré tout également en touche et ne lui ont pas ouvert la porte des confidences :

« C’était un tabou. Un jour, je les ai interrogés deux heures sur la chirurgie esthétique. Ils me baladaient. Je n’en ai rien tiré (…) C’était leur fantaisie et leur choix ».

Véronique fait partie des onze héritiers des frères qui vont, notamment, devoir réfléchir au sort qu’ils comptent réserver au château d’Esclignac situé à Monfort que possèdent les jumeaux, et dans lequel vit leur demi-frère François. Ce château, l’un des plus anciens du Gers, tombe en ruine depuis des années, faute de travaux. 


Pierre Lacoste

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2018 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, le sport et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.