« Il paraît que t’as un balai dans le c** » : l’incroyable conversation de Léa Salamé et Guillermo Guiz, invité d’On est en direct

Guillermo Guiz a accepté l’invitation de Léa Salamé. Sur le plateau d’On est en direct, il a dévoilé ce que la journaliste lui a dit dans les coulisses avant le direct, samedi 25 septembre. 

"Il paraît que t'as un balai dans le c**" : l’incroyable conversation de Léa Salamé et Guillermo Guiz, invité d'On est en direct
© France 2

Léa Salamé a un agenda de ministre. La journaliste co-présenta chaque matin le 7h/9h sur France Inter avec Nicolas Demorand. Elle présente également « Vous avez la parole » avec de Thomas Sotto sur France 2. Mais ce n’est pas tout ! Elle retrouve son ancien collègue Laurent Ruquier dans « Vous êtes en direct ». D’ordinaire très sérieuse, Léa Salamé a fait des frasques samedi 25 septembre dans On est en direct. On vous dit tout !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Léa Salamé (@leasalameoff)

Laurent Ruquier a en effet tiré un trait sur “On n’est pas couché”. « Ma productrice, Catherine Barma, m’avait demandé de ne pas l’annoncer, ce n’est pas le genre de choses que l’on dit six mois à l’avance ! J’ai envie de voir autre chose, de reprendre ma liberté. Et j’ai trouvé que c’était le bon moment pour me ‘réinventer’. J’ai suivi les conseils du président Macron ! Nous aurions pu aussi arrêter l’année dernière. Deux décennies, c’est déjà une longue fidélité. J’ai donné de moi, et je vais vers d’autres choses maintenant. Il faut savoir bouger, changer, comme je l’ai déjà fait en quittant Europe 1 pour RTL après 15 ans. J’ai 57 ans : si je veux faire d’autres choses, c’est le moment », avait-il expliqué au Parisien le 18 avril 2020.

Les difficultés de Léa Salamé avec Laurent Ruquier

A l’occasion de cette rentrée, Léa Salamé a accordé un entretien à Télé 7 Jours, samedi 18 septembre 2021. Elle s’est notamment confiée sur ses retrouvailles avec Laurent Ruquier. Elle a évoqué ses difficultés, à l’époque, à s’imposer face à lui. « Il fait ses vannes au moment où il a envie de les faire, sans aucune censure. Après, il y aura bien sûr des petits réglages (…) Il faut que ce soit fluide et que nous soyons tous les deux à notre place », a-t-elle ainsi reconnu.

« Là, il faut aussi que ce soit un moment de plaisir. Lors de la première émission, je pense avoir été trop ‘journaliste’. Je souhaite, pour les prochaines, me lâcher davantage et me laisser aller à dire des choses que je ne dirais pas forcément sur un format plus réglementé. J’ai été très amusée de l’échange entre Laurent Ruquier et le Premier ministre, Jean Castex, lors de la première. Comme Laurent n’est pas journaliste, il pose des questions qu’un journaliste politique ne peut pas poser« , a-t-elle ainsi poursuivi dans les colonnes de Télé 7 Jours.

« Je me suis sentie lâchée.« 

Ce n’est pas la première fois que Léa Salamé confie ses états d’âmes. Sa plus grosse blessure, c’est la réaction qui a suivi son interview de Carlos Ghosn. “Si j’ai une blessure… J’accepte les critiques, je les comprends et c’est normal, je connais le deal. Sur l’interview de Carlos Ghosn, je vous assure que c’est une blessure. C’est injuste. Cette interview dure une demi-heure et c’est monté très très haut à la direction de France Inter parce que moi je voulais partir ! J’ai dit à la direction qu’ils m’avaient planté ! Je me suis sentie lâchée. Là, c’est une demi-heure d’interview où je pose toutes les questions et pendant 2 minutes, je change de ton. France Inter prend ce morceau-là et le diffuse sur les réseaux sociaux…« , avait-elle en effet révélé lors d’un podcast de podcast de France Info.

« Ça me blesse, j’ai pleuré« 

Et d’ajouter : « Je suis à Beyrouth, je vois le truc qui monte… Je me prends des ‘sale p*te, rentre chez toi !’ J’ai vu des trucs racistes, j’ai vu des trucs sexistes… On a inventé que c’était le meilleur ami de mon père ! Le racisme, ça m’a fait mal. Je n’ai pas envie de lire des trucs comme ça. Ça me blesse, j’ai pleuré« , avait-elle en effet conclu.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Léa Salamé (@leasalameoff)

Mais la vie de Léa Salamé n’est pas faite que de durs moments. Dans On est en direct, la journaliste se permet des moments de relâche. « Vous n’avez pas l’air comme ça… », a ainsi lâché Guillermo Guiz sur le plateau. Il a ensuite en effet révélé que la journaliste lui avait proposé de boire de l’alcool dans les coulisses avant l’enregistrement de l’émission en direct. « Elle m’a dit, ‘le spectacle est bien mais il paraît que t’as un balai dans le ***’« , a-t-il ainsi expliqué face aux caméras. « C’est vrai que je lui ai dit ça, mais c’est parce qu’on m’a dit qu’il fallait le détendre, donc je lui ai conseillé de boire de l’alcool« , a alors tenté d’expliquer, tant bien que mal, Léa Salamé.

 


Alix Brun

Passionnée de rédaction, je m’intéresse à tous les sujets qui animent l’actualité française et mondiale. Rédactrice web de profession, j’ai à coeur d’informer le lecteur de la manière la plus précise possible, tout en offrant une information qualitative. Pigiste pour Objeko, j’ai également pour but de contribuer à un canal d’information distinct des grandes rédactions journalistiques omniprésentes sur le web, offrant ainsi un point de vue différent sur notre actualité quotidienne.