Il se faisait passer pour le fils d’un riche propriétaire disparu depuis 41 ans

C'est une histoire rocambolesque qui nous vient d'Inde. Une histoire dont les origines remontent à la disparition du seul fils d'un riche homme d'affaires indien.

© Pexels

Quiconque a vu L’échange de Clint Eastwood sera en terrains connus. Il s’agit d’une histoire étrangement similaire, avec un fils disparu, miraculeusement retrouvé. Mais sa mère est formelle : contrairement à ce qu’annonce le garçon face à elle, il ne s’agit pas de son fils.

Un fils unique disparaît, les parents sont anéantis

Ce surprenant fait divers commence en 1977. Au mois de février, Kanhaiya Singh disparaît. Il s’agit du seul fils d’un riche et influent propriétaire de l’État de Bihar (nord-est de l’Inde). Alors qu’il rentrait de l’école, le jeune garçon ne donne plus aucun signe de vie. Sa famille porte immédiatement plainte et les recherches débutent. Mais le garçon reste introuvable. Le père du garçon, anéanti par sa disparition, n’a plus aucun espoir. Il sombre dans la dépression. Mais un jour, quatre ans après la disparition de son fils, l’espoir retrouve sa place dans son cœur. On lui annonce en effet que son fils est vivant. Mieux encore, il n’est pas loin.

En effet, à seulement 15 kilomètres, dans un village voisin, se trouve un adolescent qui fait la manche pour manger. Il annonce à qui veut l’entendre qu’il est « le fils d’une éminente personne » habitant non loin d’ici. La rumeur arrive logiquement aux oreilles de son père, Kameshwar Singh. Ce dernier se dirige alors vers ce fameux village avec l’espoir de retrouver son fils, vivant.

Lorsqu’il rencontre le fameux adolescent, il est certain qu’il s’agit de son fils. Ses amis ont la même réaction. Ils ont bien face à eux Kanhaiya Singh. L’émotion est telle que le père de famille n’est en réalité pas réellement conscient des événements : « Mes yeux sont défaillants et je ne peux pas le voir correctement. Si vous dites que c’est mon fils, je le garderai« , a-t-il dit au moment des retrouvailles.

Fait divers : la mère ne reconnaît pas son fils !

Cela ressemble à une belle fin heureuse pour la famille. Le père amène son fils à la maison. Mais alors qu’il est de retour au village, que ses dernières années à faire la manche sont derrière lui, tout ne se passe pas comme prévu. Sa mère ne le reconnaît pas. Elle comprend immédiatement : ce n’est pas son fils. Elle est formelle, sûre d’elle. La famille porte alors plainte pour usurpation d’identité. 

La mère explique, notamment, que son fils « avait une coupure sur le côté gauche de la tête« . Or, ce n’est pas le cas du jeune garçon qui est face à elle. De même, elle ne reconnaît pas son enseignant à l’école. Finalement, il est arrêté. Il passe un mois en prison avant d’être libéré sous caution. Mais à sa sortie, il continue de prétendre être le fameux fils disparu. Il se fabrique cette fausse identité qui lui est bien utile. Grâce à elle, il peut suivre des études à l’université, et même se marier. 

Durant les quatre décennies qui suivent, il vend même des parties de la propriété de son « père », décédé depuis. Mais finalement, après 41 ans à se faire passer pour ce qu’il n’est pas, la justice le punit pour ses actes.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Agra Outlook (@agraoutlook)

L’imposteur se retrouve en prison

Depuis toujours, il refuse de se soumettre à un test ADN. Ce dernier aurait permis de mettre fin à cette mascarade qui a tant fait souffrir cette famille qui souhaitait simplement retrouver un fils disparu. La police, après des années, a réussi à découvrir le pot au rose. D’autant plus que l’imposteur n’en est pas à sa première escroquerie. Il a tenté de changer d’identité avec un faux certificat de décès.

Il est finalement, après 41 ans, condamné à sept ans de prison. La BBC, qui a suivi cette affaire, révèle que ce fait divers est le simple reflet de la lenteur du système judiciaire indien. Dans le pays, 50 millions d’affaires seraient en suspens. Alors qu’il se pensait sans doute à l’abri, celui qui est désormais un homme adulte se retrouve derrière les barreaux. Mais il aura fallu 41 ans pour qu’il soit puni.