Impôts : la suppression de la taxe d’habitation était-elle une bonne idée ? La réponse ici

Souvent critiquée pour ses variations, la taxe d'habitation était une des mesures phares du président sortant. Or, cinq ans plus tard, quelles leçons pouvons-nous en tirer ? Objeko fait le point !

© Kelly Sikkema / Unsplash

Qu’on soit pour ou contre la taxe d’habitation, on a besoin d’en savoir plus sur la vie d’après son retrait. C’est parti, suivez le guide !

Tout savoir sur le retrait de la taxe d’habitation

Rappelez-vous. Il y a presque cinq ans, lorsqu’Emmanuel Macron a démarré la course à l’Élysée, la suppression de la taxe d’habitation était l’une de ses mesures phares. En effet, les Français voulaient croire au retrait pur et simple de cet impôt aléatoire. Ils s’y sont accrochés comme à une bouée de secours pour ne pas sombrer dans le burn-out. Hélas, à quelques mois de la fin de son mandat, on se rend peu à peu compte des effets p*rvers de cette si belle promesse. Était-ce un écran de fumée ? Sans plus attendre, Objeko fait le point sur cette polémique et vous donne les avantages et aussi les inconvénients. Doit-on craindre son retour en fanfare ? Eh oui cher lecteur, d’expérience vous devriez savoir que rien n’est tout blanc et noir en politique !

Qui y gagne le plus ?

À partir de 2018 et jusqu’à 2020, un tiers du montant initial de la taxe d’habitation s’envole pour 80% des foyers. Si la rédaction d’Objeko devait transformer cette fraction en chiffre, elle le situerait aux alentours des 600 euros. En tout, c’est presque 23 millions de résidences qui sont concernés par une telle économie. Or pour les 20% qui ne rentrent pas dans cette tranche, tout se fera dans les deux ans à venir, soit entre 2021 et 2023. Cette fois, on divise également par deux et on obtient un peu près la somme de 363 euros. Où vous situez-vous ? Avez-vous compris pourquoi vous étiez dans un tel cas de figure ? Racontez-nous dans les commentaires de cet article !

Certes, grâce à ce non-versement de taxe d’habitation, on peut davantage avoir de pouvoir d’achat. Utilisé comme argument pour les futurs candidats à la succession d’Emmanuel Macron, chacun a sa méthode pour en redonner aux Français. Or, selon un économiste, il serait naïf de croire que le problème est arrangé ou que les choses vont se faire naturellement. D’ailleurs, pour certaines catégories de la population, tout n’est pas si rose sous le soleil ! Loin de là ! « Cet impôt, tout en étant mal calibré, faisait que les plus aisés payaient le plus. Sa suppression pour tous entraîne donc un effet redistributif négatif »

Les points faibles du retrait de la taxe d’habitation

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Cyberpret.com (@cyberpret.officiel)

Du côté des communes, on grince des dents. En effet, avant qu’Emmanuel Macron y mette son grain de sel, la taxe d’habitation servait à financer pas mal de projets. Or, à cause sa diminution auprès des foyers les plus modestes, c’est un manque à gagner pour les villes concernées. Quel engrenage ! On a l’impression que personne ne va en ressortir indemne. Dès lors, ces dernières n’ont pas eu d’autre choix que d’augmenter l’impôt foncier. Et là, comme dirait quelqu’un que l’on connait bien, c’est le drame ! En à peine une décennie, y compris sous les mandats de Nicolas Sarkozy et de François Hollande, cette taxe a fait un bon de 30%. Qui va trancher dans cette pénible affaire qui n’en finit pas de susciter le conflit ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Emilie JEAN-LOUIS (@ejl_assist)

Aussi, constatant cette hausse fracassante et la baisse de la taxe d’habitation, les propriétaires ne s’y retrouvent plus et perdent patience. Toujours selon cet expert de l’économie, il y aura forcément des conséquences sur les loyers, tels que des «  effets inflationnistes ». Déjà que le prix monte à toute vitesse dans les plus grandes villes de France. Même Stéphane Plaza ne sait pas trop par quel bout prendre le problème. Chez Objeko, on lui souhaite bien du courage pour dénicher des biens immobiliers de qualité aux clients de ces agences.

En plus des charges, on devrait maintenant prendre en compte ce genre de données avant d’investir ou de s’engager sur un crédit pour plusieurs décennies. En tout cas, soyez certains que nous suivons l’affaire de près. Dès que nous avons du neuf, nous vous faisons signe. A plus ou moins soixante jours du scrutin, le débat autour de la taxe d’habitation continue et sème le trouble. Suite au prochain épisode et à bientôt pour de nouvelles aventures !

Merci à nos confrères de Boursorama et de Moneyvox