Impôts : tout ce que vous devez savoir sur le prélèvement à la source

La déclaration de vos revenus reste obligatoire malgré le prélèvement à la source, pour ajuster les montants des prélèvements mensuels. Mais d'autres questions subsistent, passons-les en revue.

© Richard Vivallon – stock.adobe.com

Les impôts 2022 arrivent à échéance. Tout du moins pour ce qui est de faire sa déclaration de revenus dans les temps. En effet, en fonction du numéro de votre département, il faudra distinguer trois dates limites. Le 24 mai, le 31 mai et le 8 juin 2022. Des dates limites qui valent pour votre déclaration en ligne. Pour les déclarations au format papier, encore autorisées dans les cas ou la déclaration en ligne est impossible, les administrés ont jusqu’au 31 mai. Passé ce délais, vous serez en retard pour les impôts. Et vous risquez de voir des frais s’appliquer.

Mais pourquoi exigerait-il des frais si le prélèvement à la source est en place ? Pourquoi déclarer ses revenus si l’Etat prélevé déjà mensuellement ce que les usagers lui doivent ? Ce sont là des questions légitimes auxquelles Objeko va répondre dans les lignes suivantes. De plus, nous verrons comment calculer son taux de prélèvement, comment le modifier et comment savoir si nous pouvons bénéficier de remboursements.

Comment fonctionne le prélèvement à la source, pour les impôts

C’est le moment, il ne faut plus repousser l’échéance. En effet, ce n’est pas un secret, rares sont les personnes qui se passionnent pour leurs déclarations de revenus. Traiter avec les impôts, même une fois par an, n’est jamais un divertissement. Mettre le nez dans la paperasse peut même être une phobie chez certains usagers. Pourtant, personne n’y échappe. Et le service de déclaration en ligne s’est ouvert au 7 avril 2022. Cela fait donc plus d’un mois qu’il est officiellement temps de s’en occuper. Aussi, si le prélèvement à la source a simplifiée la procédure, il convient néanmoins de la connaître en détails. Car il fait pouvoir vérifier si des erreurs ont été faites. À la fois pour être sûr de s’acquitter de ses dettes. Mais aussi pour être sûr que l’Etat ne prélève pas plus que de droit.

Aussi, si les déclarions de revenus devaient se terminer au 19 mai, date à laquelle Objeko rédige cet article, la clôture des déclarations a été repoussée au 31 mai prochain pour les versions papier. Nous avons donc encore quelques jours pour tout comprendre du prélèvement à la source. Et surtout pour s’acquitter dans les temps d’éventuels impôts à payer.

Des détails techniques simplifiés

Commençons peut-être pas nous rassurer, les déclarations sont préremplies pour nous faciliter la tâche. Et le prélèvement à la source est en place depuis 2019. Si votre situation n’a pas changé, il n’y a donc que peu de chance que les impôts puissent avoir fait des erreurs. De plus, le prélèvement à la source permet un règlement en temps réel sur nos revenus. Auparavant, il fallait calculer ses impôts en fonction des revenus des années précédentes. Enfin, voyons comment calculer son taux de prélèvement. Ce dernier est fixé en fonction de nos déclarations de revenus du printemps pour s’appliquer sur nos revenus dès le mois de septembre.

Corriger son taux de prélèvement peut donc être automatique au moment de la déclaration de revenus. Mais cela peut aussi être manuel, notamment en cas de changement de situation. En effet, il convient de déclarer aux impôts certains détails importants. Nos confrères du magazine Actu.fr évoquent ainsi la variation notable de vos revenus, un mariage, un divorce, une naissance, un pacs ou encore un décès. Objeko ajoutera que vous devrez donc préciser si vous changez d’emploi ou si vous vous retrouvez au chômage ou à la retraite. De fait, vous pourrez être remboursé en cas de trop-perçu. Attention en revanche, cette actualisation restera en vigueur jusqu’à votre prochaine déclaration de revenus. Vous devrez vous assurer qu’elle est encore bien à jour lors des déclarations pour les impôts 2023.