Indemnité inflation 100€: fin du versement, que faire si vous ne l’avez pas reçu ?

Le versement de la prime s'est terminé le 28 février dernier avec les retraités, dernière catégorie de la population concernée. Cependant, la mise en place des versements ne s'est pas faite sans couac. Quand certains touchent cette prime deux fois, d'autres ne l'ont toujours pas reçue. Alors que faire si, aujourd'hui, vous n'avez pas encore vu les cent euros promis par l'État sur votre compte ?

© MARKUS SPISKE UNSPLASH

Prime inflation: pourquoi certains n’ont pas reçu la prime ? 

Le problème concerne dans une grande majorité les particuliers qui ont plusieurs statuts. Par exemple, les auto-entrepreneurs qui touchent le RSA, ou ceux qui sont inscrits à Pôle Emploi. Or, la prime est versée en fonction de la situation du particulier. Dans ce cas précis, c’est à l’Urssaf de verser cette somme. Mais la confusion vient justement de ce double statut puisque Pôle Emploi peut également être l’organisme qui verse cette prime. 

Cela explique d’ailleurs pourquoi certaines personnes ont touché cette prime inflation à deux reprises. Un premier versement a pu être versé par l’Urssaf, et un autre par pôle emploi. Les français concernés ne sont cependant pas chanceux puisque cet argent, ils vont devoir le rendre. Une plateforme a été spécialement créée pour l’occasion face aux nombreux cas de personnes ayant reçu cette prime deux fois. 

A qui s’adresser ?

C’est là que les complications commencent. Il n’existe pas de plateforme unique pour recueillir les plaintes et régler les soucis. Ainsi, en fonction de votre activité, vous ne devez pas vous adresser aux mêmes personnes / aux mêmes organismes. 

Si vous êtes un salarié du secteur privé, alors c’est à votre employeur que vous devez parler. Dans la fonction publique, c’est cette fois-ci le service administratif en charge des traitements qu’il faut joindre. Pour les travailleurs intérimaires, c’est l’entreprise pour laquelle ils ont travaillé durant la période qui doit verser la prime. 

L’Urssaf de son côté verse les cent euros pour les indépendants, les travailleurs indépendants non agricoles et les salariés de particuliers employeurs. Pour les retraités, c’est leur caisse de retraite tandis que c’est pôle emploi pour les demandeurs d’emploi. Enfin, c’est le Crous qu’il faut contacter si vous n’avez pas reçu les cent euros et que vous êtes étudiants tandis que c’est la caisse d’allocation familiale (CAF) qui gère le versement pour les bénéficiaires de minima sociaux.

N’hésitez pas à contacter les deux organismes qui peuvent potentiellement vous concerner, par exemple l’Urssaf et Pôle emploi si vous êtes inscrit au chômage tout en ayant une activité d’auto-entrepreneur. 

Une prime vivement critiquée 

La prime inflation est la solution trouvée par l’État pour combattre l’augmentation du prix de l’électricité et surtout de l’essence. Mais cette prime ne convainc pas tout le monde. Du côté de l’opposition, c’est un déferlement de critiques. Marine Le Pen indique que cette prime ne répond pas à la détresse des français. Elle propose de baisser la TVA à 5.5% pour favoriser le pouvoir d’achat. Damien Abad (LR) parle de « chèques cadeaux » pour « acheter la paix sociale » . L’écologiste Sandrine Rousseau caricature cette prime sur Twitter ainsi: « Cent balles et un mars. Et circulez, il n’y a rien d’autre à voir » . De son côté, Jean-Luc Mélenchon n’est pas convaincu non plus et se montre très catégorique : « Jean Castex, les gens sont étranglés. Il faut une loi d’urgence sociale. Bloquez les prix ou partez si vous ne savez pas quoi faire« .

Prime inflation: Les français eux-mêmes ne sont pas convaincus par le système de sélection. Il faut gagner moins de 2 000 euros par mois pour la toucher. Mais les indépendants doivent aussi déclarer au moins 900 euros entre janvier et octobre 2021, ce qui n’a pas toujours été possible à cause du covid-19. Pour Sudouest.fr, un français mécontent donne un exemple pour faire comprendre à quel point il trouve le fonctionnement de cette prime bancal :  

« Je fais 500 kilomètres par semaine pour me rendre au travail. Je vis en zone rurale, 35 kilomètres aller/retour pour faire mes courses. Mes frais d’essence ont augmenté de 60 euros par mois, je ne peux pas covoiturer. Et comme je gagne 2 100 euros… De toute manière, 100 euros ne compenseraient même pas deux mois de hausse des frais d’essence. Sans commentaire« .

Pour le même site, un autre français ne cache pas non plus sa colère: « 120 km par jour pour aller bosser, un seul salaire de 2 100 euros dans le foyer et je n’y ai pas droit…Deux retraités touchant chacun 1.900 euros y auront droit. Cherchez l’erreur…«