Ines (Koh-Lanta): L’infirmière balance tout sur l’émission, ce qu’elle n’avait jamais dit jusqu’à maintenant

Dans une récente interview, Ines Loucif a pris la parole concernant sa participation à Koh-Lanta. Elle raconte tout.

Inès (Koh-lanta) : le cauchemar vécu avec ses parents, elle se confie sur son passé très traumatisant
Source : Instagram / Ineskohlanta

Deux ans après le tournage aux Fidji de « L’île des héros« , Ines Loucif a décidé de revenir sur l’aventure qui a changé sa vie. Elle explique notamment à nos confrères de TV Mag, qu’elle pense que ses photos en maillot de bain ont été un atout lors du casting. Elle a également confirmé avoir mis sa carrière d’infirmière en pause. Ne vous inquiétez pas, a rédaction d’Objeko va tout vous dire.

Ines balance les raisons pour laquelle elle a été prise

Près de deux ans après son passage dans Koh-Lanta, Inès a décidé de raconter tout sur son passage. Et d’après elle, ses photos lors de sa candidature ont joué en sa faveur pour être prise : « Ce n’est pas narcissique de ma part mais j’étais en maillot de bain, ils ont pu se dire que je correspondais à un certain profil recherché« , explique-t-elle notamment à nos confrères de « TV mag ». D’ailleurs, elle se souvient d’avoir écrit sa lettre dans une bibliothèque dans laquelle elle finissait son mémoire : « Je ne sais plus exactement tout ce que j’avais écrit mais j’avais raconté que je regardais «Koh-Lanta» depuis toute petite et que j’avais franchi tellement d’obstacles dans ma vie que j’étais prête à en découdre dans cette aventure« .

Ines raconte également qu’elle pense que son répondant pendant l’ultime entretien a également pu jouer en sa faveur face au jury de sélection des candidats. En effet, elle a notamment été provoquée volontairement sur son accent du sud : « Ils avaient apprécié de voir que j’avais du répondant« . Comme vous le comprenez donc, la jeune femme estime qu’elle a pu être prise dans l’émission, grâce à son physique et à ses coups de gueule. Finalement, les critères qu’il faut pour faire une bonne candidate de télé-réalité.

Elle a mis sa carrière d’Infirmière en pause

Depuis son apparition dans Koh-Lanta, Ines a décidé de mettre sa carrière d’Infirmière en pause : « Cela fait plusieurs années que je travaille sans m’arrêter, j’ai beaucoup galéré et, aujourd’hui, j’ai l’opportunité de pouvoir vivre autrement et de voyager » explique-t-elle tout d’abord. Elle explique ensuite à nos confrères de TV Mag, que la crise du Coronavirus n’est pas pour rien dans sa décision : « La crise sanitaire que nous traversons m’a écœuré du travail en hôpital. Dans notre profession, nous donnons énormément sans avoir de reconnaissance« . Mais pas question pour elle d’arrêté complètement, elle fait tout simplement une pause pour pouvoir profiter un peu de la vie.

Et Koh-Lanta n’a pas seulement permis à Inès de mettre sa carrière en pause, l’aventure a changé la vie de la jeune femme. En effet, avant sa participation, la jeune femme vivait dans un studio de 11 m² à Paris. Aujourd’hui elle vit dans « un duplex très bien situé à Paris« . Mais évidemment, sans être riche, elle explique que ça faisait du bien de ne pas devoir compter ses sous au centime près chaque mois. Finalement, l’émission sur TF1 reste pour elle le plus beau souvenir de sa vie jusqu’à maintenant. D’ailleurs, elle est restée en contact avec Claude et Ahmad mais explique avoir pris ses distances avec Moussa et Naoil.

Ines n’a pas encore ouvert son sac depuis la fin de l’aventure

Si Ines a déclaré que Koh-Lanta était un excellent souvenir, elle a également dit à nos confrères de TV Mag, qu’elle n’avait encore jamais déballé ses affaires : « Depuis mon retour des Fidji, je n’ai jamais sorti mes affaires de «Koh-Lanta», il y a tous mes vêtements et ma paire de Puma blanche. C’est bizarre mais je refuse de déballer mon sac de l’aventure. Quand je l’ouvre, ça sent encore le feu de bois, l’eau de mer… J’adore », explique-t-elle notamment.

La jeune femme explique également qu’elle a pu ramener quelques souvenirs de son aventure : « J’ai ramené quelques souvenirs aussi comme ma gourde, des papiers annonçant les épreuves, un sachet d’hydratation que le médecin nous donnait parfois, mes billets d’avion… Et j’ai volé le gros pot de riz! Quand Denis était venu nous interviewer avant l’épreuve des poteaux, il était étonné de voir que mon sac à dos était aussi énorme« . Malheureusement, Ines n’a pas pu prendre le totem ou la boussole. Dommage.


Mieger Tristan

Passionné depuis tout petit par l'écriture et de nature très curieux, je m'intéresse à tous les sujets !