Jean-Jacques Goldman : comment son fils Michaël a caché qui était son père à l’école

Même absent de la scène depuis six ans, Jean-Jacques Goldman a toujours autant le vent en poupe. Or, ce n'est pas toujours simple de se construire dans l'ombre d'un tel géant. Dans les colonnes de Libération, c'est justement ce que raconte son fils Michaël.

© Footix

Jamais on aura eu l’occasion de livre un témoignage si atypique d’un « fils de » ! Les fans de Jean-Jacques Goldman vont tomber de haut !

Quand Michaël démolit Jean-Jacques Goldman !

Juste après Caroline, Michael arrive à la fin des années 70. A cette époque, Jean-Jacques Goldman est en train de façonner son premier album. Il ne le sait pas encore, mais un des titres va propulser sa carrière à des sommets. Il suffira d’un signe ressemble en tout point à un tsunami. Les mélomanes n’ont jamais une chanson aussi percutante.

En coulisses, Jean-Jacques Goldman ne savoure pas les joies de la vie de famille. Même s’il est conscient que le chanteur « a fait ce qu’il a pu » force est de constater qu’il « était très peu là« . Plus tard, cela aura évidemment un impact sur sa construction. « J’avais l’impression de ne pas être jugé à ma juste valeur, je manquais d’humilité. » Comble de l’honneur, ses parents décident de se séparer. Déjà peu doué pour les études, le cadet s’enferme dans le chagrin. Dans la tempête, il reconnait avoir toujours eu conscience qu’il n’allait pas « mourir de faim [et] que [ses] problèmes étaient tous relatifs« .

Jamais sans son oncle

Comprenant qu’il a hérité de la fibre musicale de son père, le fils de Jean-Jacques Goldman débute un stage chez BMG. Comme le rapportent nos confrères,  « son oncle Robert, producteur et compositeur de variétés » lui met le pied à l’étrier. Après une période d’adaptation nécessaire, c’est une révélation. Ce fut « un an et demi de rêve » qu’il résume à sa manière, non sans second degré. « Notre bureau, c’était Woodstock. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Dominik MP (@dominik_mp)

Quelques temps plus tard, le fils de Jean-Jacques Goldman comprend qu’il doit prendre son indépendance. Personne ne sait encore que Bamago va accumuler les succès, et ce, plus vite que prévu. En 2006, l’agence obtient la certification Gold. Plus que jamais, Michael a une reconnaissance incroyable envers Lââm, Amel Bent, Yannick Noah. Quant l’humoriste Max Boublil, son spectacle est un triomphe. Constatant que le travail ne manque pas et que les contrats s’enchainent, il fonde My Major Company. Alors, à votre avis, qui a été le modèle d’inspiration du jeune quadragénaire ?

Jean-Jacques Goldman, rejeté ou admiré par son fils ?


Dire que tout avait si mal commencé entre le père et le fils. Pour ne pas avoir à répondre aux camarades trop curieux, il a recours un stratagème incroyable. Si on lui demande le métier de son père, il a un argument en réserve, « plombier » ! Au lieu de se justifier des heures sur ce petit arrangement avec la réalité, il invoque ses origines « ashkénazes« . Issu en majorité d’Europe de l’Est, cette communauté est réputée pour sa discrétion. Il est vrai que si l’on s’amuse à comparer avec les « séfarades« , niveau attitude, c’est le jour et la nuit. Mais est-ce que cela ne va pas blesser Jean-Jacques Goldman et ses fans ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par BarnettAvocats (@barnettavocats)

De l’eau a coulé sous les points. En prenant ses distances avec la scène, Jean-Jacques Goldman a refait sa vie en Angleterre. Son récent retour à Marseille redonne de l’espoir à ses fans de la première heure. En tête de liste, il y a évidemment Michael. Toujours sincère, il précise que « maintenant qu’il est moins visible, je le vis mieux, c’est vrai. J’écoute même ses disques avec admiration. »

Et le moins que l’on puisse dire, c’est n’est pas le seul. Rappelons-le un album de reprises vient de sortir dans les bacs. Conçu par l’arrangeur de Jean-Jacques Goldman en personne, Objeko vous racontait dans cet article pourquoi et comment le chanteur a eu conscience du projet, mais n’a pas souhaité intervenir.

Et maintenant ?

Conscient de l’émotion qu’une telle déclaration peut susciter dans la population, il ne laisse pas le temps aux larmes de couler. Donc, il balance une métaphore étrange sur le lien qui l’unit à Jean-Jacques Goldman. « L’avoir comme père, c’est comme avoir une b*t* de 30 cm, ça a des avantages et des inconvénients« . Voilà qui a le mérite d’être clair, net et précis. Fin 2021, il a eu quelques ennuis sur sa plateforme Tipeee et on vous raconte tout ici. Ouf, il a gardé le sourire ! Suite au prochain épisode et à bientôt pour de nouvelles aventures !

Merci à nos confrères de Libération