Léa Salamé issue d’une famille TRÈS riche ? Ses oncles, de très célèbres diamantaires…

Discrète sur sa vie privée, les médias ont pourtant bien des choses à dire au sujet du quotidien et du parcours de Léa Salamé. Zoom sur une partie de sa famille qui a fait fortune.

© par Isabelle Brun

Léa Salamé ne se présente plus, elle fait partie des figure incontournables de la radio et de la télévision française. En effet, certains la connaissent peut-être en tant que journaliste de la matinale de France Inter et d’autre en tant que co-animatrice de On est en direct sur France 2. Mais elle est aussi connue pour ses interviews, les plus saisissants étant ceux qu’elles mènent face aux hommes politiques. Objeko ne vous cache pas que Léa Salamé est une professionnelle qui ne laisse personne insensible.

En l’écoutant, vous serez forcément bousculé et deviendrez amateur ou détracteur. Mais personne ne restera les bras croisés sans prendre une position tranchée suite à ses propos. Léa Salamé est aussi capable d’émouvoir, de bouleverser. En somme, c’est une femme passionnée par son métier et qui sait le faire à merveille. Elle n’a peut-être pas que des admirateurs mais elle n’a pas à rougir de son parcours. Or, certains verront d’un mauvais œil la réussite professionnelle de ses oncles. Car ces hommes d’affaires sont des diamantaires réputés et les journalistes fortunés ont mauvais presse chez les Français.

Léa Salamé est-elle à la tête d’une petite fortune ?

Difficile de parler d’un sujet aussi tabou que celui de l’argent. Néanmoins, en tant que femme de pouvoir et en tant que femme influente, Léa Salamé pourra sans doute trouver intéressant que la question de son patrimoine se pose dans la presse. En effet, Objeko ne vous surprendra pas en vous disant que ce sont surtout des sujets réservés aux hommes. Quoi que là encore, il n’est pas directement question de l’argent de la journaliste mais plutôt de celui de sa famille. Ce sont ces oncles, les frères de sa mère, qui seraient à la tête d’une entreprise de diamant florissante. Evidemment, un thème qui ne manquera pas d’interpeller les fans comme les détracteurs de Léa Salamé.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Léa Salamé (@leasalameoff)

Avant de parler en détail de ses oncles, faisons le point sur le famille de la célèbre journaliste. Léa Salamé est la fille d’un ancien ministre libanais de la Culture, Ghassan Salamé. Il est aussi politologue, a été professeur à Sciences Po Paris ainsi que l’un des anciens conseillers spéciaux du secrétaire de l’ONU Kofi Annan. Tandis que la mère de Léa Salamé, Mary Boghossian, est d’origine arménienne et qu’elle est donc la sœur de deux hommes qui ont fait fortune en tant que diamantaires. Les oncles de la journalistes sont Jean et Albert Boghossian. Enfin, il connu qu’elle est la compagne de l’essayiste et homme politique Raphaël Glucksmann, depuis 2016. Ensemble ils ont un enfant prénommé Gabriel, né en 2017. Le premier enfant de Léa Salamé et le second de Raphaël Glucksmann.

Mais en dehors de ces détails, la vie privée de Léa Salamé reste un mystère. D’une part parce qu’elle ne souhaite pas en faire état publiquement et d’autre part parce que son compagnon et elle savent se montrer discrets. Néanmoins, Objeko vous le disait, le fait que ses oncles soient fortunés interpelle forcément le public.

Les oncles de la journaliste sont riches

En effet, c’est une assertions qui ne devrait pas souffrit de contradictions que celle-ci. Dire que deux hommes qui sont à la tête d’une entreprise spécialisée dans les pierres précieuses sont riches ne devrait effectivement pas risquer de choquer l’opinion. Et voici une partie de l’histoire des oncles de Léa Salamé, de leur succès. Histoire que l’on retrouve citée dans les colonnes du magazine Public récemment et auparavant parue dans celles du journal économique Suisse Bilan.

La success story de Jean et Albert Boghossian commence avec leurs ancêtres, au début du 20ème siècle. Plus précisément quand leur famille s’installe au Liban. C’est à ce moment-là que le commerce de pierres précieuses démarre. Les oncles de Léa Salamé appartiennent à la 3e générations de diamantaires de la famille. Et c’est Albert qui témoigne dans les colonnes d’un journal suisse qui fait référence en économie.

« J’ai choisi Genève pour m’installer en 1980 car, à l’époque, c’était la place émergente dans le commerce des pierres précieuses. C’était l’endroit idéal pour moi, au carrefour de l’Orient et de l’Occident. C’est un métier magique qui ne s’apprend pas tellement. La meilleure école est celle de l’expérience (..) Nous ne voulons pas être comme les autres. Au fil des ans, j’ai eu la chance de rencontrer de grands collectionneurs privés. Grâce à leurs commandes spéciales, j’ai réalisé des bijoux d’exception qui m’ont permis de repousser mes limites. », expliquait-il.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Léa Salamé (@leasalameoff)

Et avec une moyenne de 500 ventes par jour et des bijoux qui peuvent atteindre plusieurs millions d’euros, les oncles de Léa Salamé sont effectivement à la tête d’une belle fortune. Cependant, Objeko vous l’accorde, c’est loin de signifier que la journaliste elle-même puisse profiter d’une partie de ce capital.