Les radars anti-freinage testés en Espagne bientôt sur les routes françaises ? On vous dit tout

L'Espagne expérimente des radars qui vont détecter si un conducteur, qui roule trop rapidement, freine en arrivant près d’un radar fixe. La France va s'intéresser à ce test. Ces nouveaux radars pourraient-ils débarquer dans l’hexagone ? Objeko vous donne tous les détails à ce sujet.

© Shutterstock / sdecoret

Radar mobile, radar embarqué dans une voiture, radar tourelle, radar de feux tricolores… Depuis la mise en place des premiers radars automatiques en France en 2003, les autorités de toutes les tendances politiques ont multiplié les dispositifs pour lutter contre l’insécurité routière et sanctionner les contrevenants par des amendes et des pertes de points.

Une expérimentation espagnole qui intéresse la France

Depuis de nombreuses années, des automobilistes qui ont l’habitude de rouler au-dessus de la vitesse maximale permise ont tendance à freiner avant un radar fixe et d’accélérer une fois le radar dépassé. Une attitude qui pourrait un jour être pénalisée.

L’Espagne expérimente un nouveau dispositif de radar qui pourra identifier les voitures qui roulaient trop rapidement et qui ont freiné avant un radar automatique. Par le biais de deux caméras, indique le journal espagnol La Razon, et en comparant les vitesses relevées, il sera facile de pénaliser le conducteur en tort et d’envoyer le PV chez lui.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Actu Auto (@actu.auto.fr)

 

D’abord, la Direction générale du trafic (DGT) – l’équivalent de la Sécurité routière en France – a prévu de mettre en place durant l’année 2022 26 appareils en Espagne, surtout sur les axes secondaires. Il faut savoir que ces radars ne sont pas fixes, ils sont mobiles.

La France regarde ce test avec grand intérêt

Le test espagnol est scruté avec intérêt par les autorités de l’hexagone. On imagine que les chiffres de ces nouveaux radars seront analysés avec minutie. Pourront-ils être placés au bord des routes françaises ? Rien n’est certain. Car aucune loi française n’interdit de freiner.

« C’est assez ubuesque de réprimer une personne qui échappe en toute légalité à la constatation d’une infraction contraventionnelle à l’approche du radar. C’est tout à fait humain et tout à fait compréhensible », indique Me Rémy Josseaume, avocat expert du droit routier. « L’applicabilité en droit français me paraît très compliquée », a-t-il dit sur France 2.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par RADAR AUTOMOBILE (@radarautomobile)

 

En Espagne, la loi n’empêche pas non plus de freiner. Mais freiner soudainement est réservé à un danger proche – un radar n’en est pas un – et peut mettre en danger les conducteurs qui vous suivent. Montant de l’amende en Espagne : 200 euros et 4 points de moins sur le permis de conduire.

Une hausse des radars en France

Le gouvernement vise 4500 radars opérationnels sur les routes de France d’ici fin 2022. 200 cabines de première génération vont être retirées. Le nombre de radars tourelle – placés à 4 mètres de hauteur – va croitre en passant de 1000 à 1400. Mais, comme le souligne le site spécialisé radars-auto.com, les radars tourelles sont « loin d’être la terreur les terreurs des routes annoncées».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par RADAR AUTOMOBILE (@radarautomobile)

 

Ils avaient été présentés comme permettant de sanctionner de nombreuses infractions. Or ça ne semble pas se vérifier. Le Laboratoire national de métrologie n’a certifié les cabines que pour les contrôles de vitesse et le dépassement de feux tricolores. Le module d’extension vidéo, qui permettrait de sanctionner d’autres infractions (ceinture de sécurité, téléphone au volant, distances de sécurité), n’a pas été confirmé.

Toujours en 2022, les voitures privées vont apparaître dans de nouvelles régions pour arriver à 450 voitures banalisées. C’est le cas en Occitanie, en Paca, en Auvergne-Rhône-Alpes et en région parisienne. Elles circuleront le jour, la nuit et les week-ends. Chaque voiture sera en service 5 à 6 heures quotidiennement.

L’État prévoit que les radars génèrent 714 millions d’euros de recettes cette année. L’argent est utilisé pour améliorer le réseau routier, l’entretien des radars et le désendettement de l’Etat.

On le sait la sécurité routière est un enjeu important en France. Le but est de réduire le nombre de morts et de blessés. Il faut protéger les piétons, les cyclistes et plus globalement tous les usagers de la route. Dans les semaines et mois à venir, Objeko ne manquera pas de vous parler de l’actualité des questions sociales et politiques.