Lucie Lucas (Clem) se confie sur son burn-out et la terrible souffrance de ses enfants

Pour la première fois, Lucie Lucas accepte de mettre des mots sur son burn-out. Consciente qu'un petit rien peut tout refaire vasciller à nouveau, elle nous exlique le pourquoi du comment. Plus jamais ça !

© SIPA

Soleil à l’écran, Lucie Lucas a failli faire sombrer sa famille. En effet, sa déprime, personne ne l’a compris, pas même ses enfants !

Lucie Lucas dans la tourmente !

Cela fait 12 ans qu’elle illumine la petite lucarne. Chez Obejko, on hallucine tant elle n’a rien vu passer. Il nous semble que c’était hier que l’on découvrait à la télévision. En acceptant le rôle de Clem, elle était loin de se douter que la série de TF1 marquerait un virage dans sa carrière de comédienne. Elle lui a ouvert tant de portes. Très proche des autres membres de la distribution, tels que Agustín Galiana ou Victoria Abril, elle enchaine les tournages. Hélas, entre le départ de la muse de Pedro Almodovar va lui briser le cœur en mille morceaux. À l’heure actuelle, personne n’a compris pourquoi la production a pris cette décision, pas même la concernée !

Pire encore, son investissement récent dans l’aventure Danse avec les stars va l’épuiser physiquement. Anthony Colette ne lui laisse aucun moment de répit. Entrainement, chirographies difficiles à retenir, elle a tout à apprendre de ce prodige. Éliminés lors de la septième émission, ils n’ont pas à rougir de chacune de leurs prestations. À présent au bout du rouleau, truffée de complexes, elle a accepté de nous dire plus sur les conséquences sur son quotidien de maman. Cher lecteur d’Objeko, accrochez-vous… nous rentrons dans une zone de turbulences !

Et là, c’est le drame !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Lucie Lucas (@lucie_lucas_comedienne)

Lorsqu’elle croise le regard d’Adrien, c’est un coup de foudre. Même Cupidon les a réunis durant l’adolescence, ils ont dû faire à quelques épreuves de taille. Juste après le démarrage de Clem, elle accouche d’une petite Lilou. Pour intégrer la grossesse au scénario, les auteurs ont dû rivaliser d’ingéniosité. Il y a une décennie maintenant, la malicieuse cigogne décide de leur amener Moïra. Croyant s’arrêter là, la comédienne aura la surprise de voir débarquer Milo. Mais avant d’accueillir ce prince, elle fait une dépression nerveuse. Qu’est-ce qui a causé ce tsunami émotionnel ? La réponse, Objeko vous la fournit tout de suite !

Derrière son beau sourire et ses yeux pétillants, elle essaie de dissimuler sa peine. Mais c’est quasiment impossible de ne pas s’effondrer face à un tel traumatisme ! Juste avant l’été 2016, elle apprend le décès de celui à qui elle a donné la réplique dans Porto de mon amour.  Dire qu’il n’aura jamais l’occasion de voir le résultat à l’écran ni d’en faire la promotion. Quel gâchis ! C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase de la belle Lucie Lucas. À partir de ce moment-là, elle sait qu’il y aura un avant et après l’enterrement.

Les enfants de Lucie Lucas désemparés

Face à nos confrères d’Inpower, Lucie Lucas tombe le masque. Cet exemple mérite le coup d’œil tant il est révélateur d’un profond mal-être. « Je restais devant la casserole de pâtes, je ne savais pas du tout ce qu’il fallait que je fasse. J’avais l’autonomie d’un enfant de deux ans. » Mais ce n’est pas le seul détail de ce quotidien devenu insupportable pour elle ou ses proches. Face à « [ses] crises de panique très violentes« , elle ne possède pas de bons outils pour s’apaiser. Très vite, elle n’a plus le goût en rien, y compris de jouer. Elle brise le tabou du suicidant en révélant qu’elle comme d’autre avant ont eu  » l’idée qu’il faut en finir, car on ne sert plus à rien. On ne fait que décevoir les gens qu’on aime. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Lucie Lucas (@lucie_lucas_comedienne)

Bienveillants, son époux et les membres de sa famille ne lâchent rien. En coulisses, ils reconnaissent avoir ressenti une « vraie souffrance » à le regarder s’enfoncer de la sorte. Âge de six et quatre ans, ses filles « ne comprennent pas pourquoi maman, elle est trop bizarre. » C’est la double peine pour les princesses de la comédienne. Quand elle n’est pas en tournage, « on ne la voit pas, elle dort tout le temps. » En adoptant de la hauteur sur cette période sombre, elle réussit à mettre des mots sur sa souffrance. Depuis, elle a repris du poil de la bête et ne compte plus jamais se laisser empoisonner l’existence. Chaque petit moment de bonheur est bon tant ça recharge les batteries ! À bientôt pour de nouvelles aventures. La suite, elle sera forcément dans le prochain numéro d’Objeko !

Merci à nos confrères d’InPower