Mathis Bellon, le jeune pilote de moto décédé à 8 ans : la lourde décision de ses parents

Le jeune pilote de 8 ans a eu un accident lors d’une course du championnat italien de vitesse. On vous raconte le drame et la lourde décision prise par ses parents...

© capture facebook-Mathis Bellon, le jeune pilote de moto décédé à 8 ans : la lourde décision de ses parents

Mathis Bellon est un petit garçon qui a tout de suite trouvé sa passion dans la vie. En effet, du haut de ses 8 ans, il était déjà un jeune pilote reconnu dans le milieu et qui participait à des courses un peu partout. Mais, celui-ci a été victime d’un accident fatal… 

Mathis Bellon, un champion de 8 ans qui a rejoint les étoiles…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mathis Bellon (@mathisbellon38)

Mathis Bellon et ses parents sont originaires de La Réunion et résident dans le Var. L’enfant était engagé dans le championnat Mini OGP 115 avec la Race Experience School. Il est arrivé second à l’édition de l’année dernière de ce championnat mini OGP. Le vendredi 22 juillet, le petit garçon participait à une course en Italie, mais rien ne s’est déroulé comme prévu…

« Il a été très fort, surtout, il a tenu hier pour l’anniversaire de sa petite sœur qui a eu 3 ans. Il était si beau et surtout, le don de ses organes a pu sauver cinq vies. C’était un grand champion jusqu’à la fin », a expliqué son parrain, Samuel Bellon, au Quotidien de La Réunion. « C’est la faute de personne. C’était la volonté du petit de faire de la course. On vit pour nos enfants, mais on ne peut pas décider de tout », a-t-il aussi précisé.

Un accident mortel pour Mathis Bellon

Le 23 juillet, Mathis Bellon a eu un accident pendant le championnat italien de vitesse sur le circuit de Motorland Aragon. Il a chuté et a été percuté par deux motos. Une collision brutale et des conséquences tragiques. Le jeune Réunionnais a d’abord été hospitalisé en Italie. Son état de santé était grave. Ensuite, il a été transporté dans le coma à Montpellier.

Malgré le danger, ses parents ont tout de suite accepté sa passion pour la course, car il était heureux et doué. C’est pour cette raison qu’ils sont venus en métropole « au printemps dernier pour assouvir cette passion qui vous dévore une fois qu’elle vous a pris dans ses filets, poursuit l’AMSL. Il était une promesse de ce sport et serait peut-être devenu une légende. » Le Quotidien de La Réunion le définit comme « le pilote le plus rapide » et c’est confirmé par ses entraîneurs.

Un drame pour tout le monde

Mathis Bellon était inscrit à l’école de pilotage Race Experience School, dans le Var. Les responsables ont déposé quelques mots sur la Toile : « Tu vas nous manquer Mathis #38. Nous avons eu la chance de t’intégrer dans notre école et nous te remercions pour ce que tu as apporté. Tu es un ange et tu vas rejoindre des supers pilotes là haut qui vont aussi t’apprendre de belles choses. Nous sommes fiers de toi ».

Jean-François Carenco, le ministre chargé des outre-mer, réagit : « 8 ans. Une tragédie. Aux parents, à la famille, aux copains, aux professeurs et à tous les proches du Réunionnais Mathis Bellon, jeune champion de moto, je souhaite adresser mes plus sincères condoléances ». « C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de Mathis Bellon, jeune espoir réunionnais du sport mécanique. Je tiens à adresser mes condoléances attristées à la famille et à leurs proches face à ce terrible drame », exprime Karine Lebon, la députée de la 2e circonscription de l’île.

Ses courageux parents ont pris la décision de donner ses organes. « Il a fallu accepter », avoue sa maman Aurélie. Suite à sa chute, Mathis Bellon était en état de mort cérébrale et il fallait agir vite pour ses organes. « Soit, on ne fait pas le don et légalement, comme il est mort, il faut le débrancher et le laisser partir. Soit, on l’envoie au bloc opératoire pour faire don de tous ses organes. Et on lui dit au revoir dans la chambre, encore en vie », raconte le couple. Toute la rédaction d’Objeko adresse ses plus sincères condoléances.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mathis Bellon (@mathisbellon38)