Nabilla, Maeva Ghennam, Jazz : découvrez le loyer colossal de leurs villas de rêve À Dubaï

Après le salaire estimé, voici combien les influenceurs sont prêts à dépenser pour vivre la dolce vita à Dubaï. Est-ce un conte de fées ou un cauchemar éveillé ?

©Par Mehdi Clein

En ce moment, les stars de la Toile foncent s’installer à Dubaï pour d’obscures raisons économiques et fiscales. Est-ce rentable ?

Dubaï, paradis ou enfer doré ?

Cet extrait de documentaire sur Dubaï résume bien l’état d’esprit des nouveaux arrivants. Avant, pour avoir la chance de croiser sa vedette préférée, des tours opérateur organisaient des virées à Hollywood. Celle qu’on surnomme la cité des anges semble bien fade à côté des Émirats. D’ailleurs, en exclusivité, Objeko a même l’enquête. Dire qu’en France, on ose se plaindre parce que les loyers avaient augmenté de quelques euros. Au moins, ça a le mérite d’être règlementé ! Une chose est sûre. Si vous franchissez le pas de ce déménagement, vous devez faire quelques économies avant. Une fois sur place, vous n’êtes pas à l’abri d’une surprise. Allez, c’est parti, on vous raconte tout dans les moindres détails. Le temps d’un instant, bouclez votre ceinture et téléportez-vous au pays du luxe…

 

Les raisons d’un départ précipité vers Dubaï

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jazz Correia 🔗 (@jazztvshow)

Cher ami d’Objeko, savez-vous qui a été la première à plier bagage en direction de Dubaï ? C’est Jazz Correia et son amoureux Laurent. Accompagné par leur fille Chelsea, le couple a eu à cœur de protéger leur int*mité ainsi que leur sécurité. Eh oui, un drame est si vite arrivé…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jazz Correia 🔗 (@jazztvshow)

En 2018, la JLC Family subit un revers de taille. Ce cambriolage, ils n’ont l’oublieront jamais. Aujourd’hui, ils en frissonnent rien qu’à évoquer certains détails. Et on les comprend ! « J’ai été ligotée sur une chaise avec mon enfant de 3-4 mois. J’en garde encore des traumatismes. Je ne peux toujours pas dormir dans le noir absolu, par exemple. » Une fois délivrés de ce cauchemar, ils réalisent qu’ils ne peuvent plus rester en France sans craindre une énième récidive.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jazz Correia 🔗 (@jazztvshow)

Aujourd’hui, force est de constater que le bilan est mitigé. Malgré un cadre de vie à la hauteur de toutes leurs espérances, ils regrettent d’avoir lancé cette mode. De plus en plus de vedettes viennent s’y installer, croyant dur comme fer que Dubaï est un nouvel eldorado. Déplorant qu’une « image superficielle, très bling-bling » leur colle à la peau, elle ne sait pas quoi faire pour laver son honneur. Retour à la case départ dans l’hexagone est-il pour demain ? Le mystère reste entier !

Précision importante de dernière minute

Certes, la plupart de ces nouveaux résidents de Dubaï gagnent beaucoup d’argent. Grâce à des polémiques placements de produits, elles peuvent se permettre de payer un loyer astronomique. D’ailleurs, comment est-il calculé ? Est-ce que les promoteurs immobiliers profitent de cette vague pour gonfler leurs prix ? Objeko tente d’y voir plus clair !

Grâce à Léa Chambel, on a un peu plus d’information sur ses baux juteux. Au lieu d’être versé au mois, les propriétaires demandent parfois de l’avance pour un an ! Il n’est pas rare de découvrir des tarifs… horaires ! À l’instar d’un travail, vivre à Dubaï exige un peu de recul et de bien comparer les offres. D’ailleurs, provenant directement d’Europe ou d’Asie, le petit comme le gros électroménager coûte nettement plus cher qu’ailleurs. Et si ce changement de vie n’était pas une si bonne idée que ça ? Certes, durant la pandémie, il n’y a pas eu cette angoisse liée au confinement. Mais si tout cela n’était qu’un mirage ?

Aïe, ça pique…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jessica Garcia (@jessicathivenin)

Le duo Jessica Thivenin et Thibault Garcia habite dans le quartier District One. Avant qu’elle accouche de son deuxième enfant, la jeune femme déplorait la présence quasi permanente de fans devant leur maison de Dubaï. Même en pleine nuit, ils pouvaient passer des heures à guetter leur idole. Les plus c*lotés n’hésitaient pas à sonner dans l’espoir que les tourtereaux réagissent. Hélas, vu la fragilité de l’heureux événement, les choses tournent au vinaigre. Est-ce que ça vaut vraiment le coup de dépenser 15 000 euros par mois si c’est pour se faire importuner comme ça ?

Certes, depuis début 2022, Fidji Ruiz et Anas ont déménagé. Pourtant, en s’installant initialement dans le quartier très coté de Jumeira Island, ils pensaient mettre toutes les chances de leur côté. Pour preuve, avec un loyer mensuel fixé à 4 500 euros, toutes les conditions semblaient réunies pour que ce rêve devienne réalité.

Jamais sans mes amis à côté !

Avec ces trois-là, c’est que je t’aime Dubaï, moi non plus ! Voisins et amis, Maeva Ghennam, Manon et Julien Tanti passent leur temps à se disputer puis à se rabibocher. Quoiqu’il en soit, ceux qui habitent à proximité commencent à en avoir assez de tous ces rebondissements. En ce qui concerne le tarif de leur qualité de vie, il s’élèvent à un peu près 8 000 euros. Fou qu’une personne (à priori, sauf scoop de dernière minute) sans enfant paie la même chose qu’un couple qui en a deux !

Parfois, pour faire quelques économies, la solution de la collocation semble logique. C’est justement ce qu’avait prévu Milla Jasmise et Ilann. Contre 2 500 euros, ils pensaient entamer la meilleure partie de leur vie Dubaï. Hélas, la réalité va très rapidement les rattraper !

Et la grande gagnante est..

Capture d’écran (c) Instagram (c) Nabilla

A tout seigneur, tout honneur. Vous l’avez sans doute deviné, c’est Nabilla qui occupe la première place de ce classement. Bien que des rumeurs annoncent qu’elle accoucherait de son second en France, elle débourse une somme astronomique pour son conte de fée de Dubaï. 13 000 euros par mois… c’est presque un salaire annuel pour quelqu’un qui travaille à temps partiel en France !

Merci à Léa Chambel