Nikos Aliagas : par peur d’être un imposteur, il prend une décision radicale et se retire

Nikos Aliagas a une autre passion en dehors de la télévision : la photographie. Découvrez ses ambitions et son incroyable talent.

© Sylvain Lefevre-Nikos Aliagas : par peur d’être un imposteur, il prend une décision radicale et se retire

Tout le monde sait que Nikos Aliagas est un homme de télévision, mais qu’il a aussi plusieurs cordes à son arc. En effet, au fil des années, il est devenu un animateur incontournable de plusieurs programmes, notamment The Voice ou encore 50 min Inside. Mais, à côté de son métier, il a aussi une grande passion qui le comble comme aucune autre. En effet, le mari de Tina Grigoriou est un grand amateur de photographie et il prend toujours un cliché des personnalités qu’ils croisent. Ce samedi 3 septembre 2022, Nikos Aliagas nous en a dit un peu plus sur sa passion de photoreporter.

Nikos Aliagas : découvrez sa véritable passion !

Nikos Aliagas est un papa épanoui de deux enfants, un mari comblé, un animateur de télévision reconnu dans tout le PAF et aussi un excellent photographe. Dans ce dernier domaine, on connait surtout les portraits en noir et blanc qu’il réalise des personnalités françaises. D’ailleurs, il est même parrain du festival OFF de photographie. Le beau brun a subjugué toute l’assistance avec ses clichés. En effet, il y a beaucoup d’émotions qui dégagent de ces photos.

Nikos Aliagas a souffert du syndrome de l’imposteur

Pendant le festival, il a rencontré des experts métiers et a pu aussi donner un coup de pouce aux novices. À cette occasion, il a aussi délaissé les portraits et mis en avant le milieu marin. Nikos Aliagas s’est inspiré de ses origines grecques. En effet, n’oublie jamais d’où tu viens, car on ne sait pas où on va… Lors d’une interview pour l’Indépendant, le compagnon de la psychologue a fait quelques confidences sur sa passion. Apparemment, d’après ses révélations, il ne s’est pas toujours senti légitime et a souffert du fameux syndrome de l’imposteur.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par nikos aliagas (@nikosaliagas)

Il veut photographier des gens qui ont tout perdu !

« J’ai réfléchi et je me suis autocensuré, peut-être par erreur d’ailleurs », a avoué Nikos Aliagas. Pourtant, cette passion pour l’image remonte à sa plus tendre enfance. Au fur et à mesure des années, il a essayé de prendre confiance et d’aller au bout de ses rêves. Aujourd’hui, ses clichés sont plutôt appréciés dans le domaine des arts. Nikos Aliagas veut mettre à profit son talent pour photographier tout ce qui le touche et immortaliser les instants. Par exemple, l’arrivée des réfugiés syriens en Grèce l’a bouleversé. Mais, il n’a pas toujours eu confiance…

« Je me suis dit : ‘Comment, toi, tu peux aller photographier des gens qui ont tout perdu, dont des membres de leurs familles se noient dans la mer, alors que la veille, tu étais sur un plateau et devant des téléspectateurs ? », a-t-il avoué aux journalistes. Même si Nikos Aliagas a enchainé les expériences, notamment sur Euronews, il hésite encore à se définir comme photoreporter : « Je n’y suis pas allé peut-être par peur, lâcheté, doute. […] avais-je encore la légitimité de capter la douleur du monde ? ». Nous avons hâte de découvrir son prochain projet photographique !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par nikos aliagas (@nikosaliagas)