Philippe Bouvard, 92 ans, en fin de vie : les terribles confidences du journaliste

Déjà en novembre dernier, Philippe Bouvard avouait aller "vers la fin de vie". C'est une idée qu'il peut aborder paisiblement mais non sans une pointe de tristesse...

© Capture Facebook

Philippe Bouvard fêtait ses 92 ans le 6 décembre dernier. Alors, de nombreux magazines lui rendaient hommage autour de cette date. Tout comme votre magazine Objeko par ailleurs. En effet, le journaliste fait partie des plus célèbres personnalités de sa génération. Et pour cause, il était une figure incontournable du large paysage audiovisuel français. À la fois journaliste, humoriste, présentateur à la télévision et à la radio, Philippe Bouvard est également écrivain, dramaturge et dialoguiste pour le cinéma. Les casquettes de cet homme ne manquent pas, ni sa passion pour tous ces métiers qui attraient à la culture.

Enfin, il était connu pour être le tout premier animateur de l’émission de radio Les Grosses Têtes, sur RTL. De 1977 à 2014 sur ces ondes, de nombreux français apprenaient ainsi à connaître Philippe Bouvard. Mais toutes les histoires, même les plus belles ont une fin. Et le journaliste est lucide sur le fait que la sienne approche. Invité dans Le Monde d’Elodie sur France Info, le 30 novembre dernier Philippe Bouvard a parlé de la mort. Et plus précisément de la sienne et dont la date se rapproche inéluctablement…

Philippe Bouvard évoque sa mort, avec émotion

Auteur prolixe, Philippe Bouvard publiait son 68ème ouvrage peu de temps avant son 92ème anniversaire. Un ouvrage très spécial qui revient sur une époque très particulière également, celle de la pandémie. On s’en souviendra s’aborde comme un carnet de note entre deux confinements. Et les mots de Philippe Bouvard, ainsi que ses fines analyses ne manquent pas pour traiter le sujet. Cependant, l’espiègle journaliste ne garde évidemment pas seulement des bons souvenirs de cette étrange période.

« C’était en septembre 2020, à l’orée de la deuxième vague. Entre deux confinements, j’avais retrouvé le chemin des tapis verts. Ce qui devait arriver arriva. Au lieu de toucher le jackpot, je contractai la souche historique du coronavirus… Les familiers se firent plus distants et les visiteurs plus rares. Quoique asymptomatique, j’avais l’impression d’être un pestiféré bien portant. Voire un cadavre encore capable de se tenir les côtes. Un grand merci à la providence qui m’a laissé le temps de devenir gâteux et de mourir d’autre chose que du covid ! », peut-on lire en recherchant une présentation de cet ouvrage. Comme toujours, Philippe Bouvard maîtrise sa plume à la perfection.

Mais le ton n’était pas à la plaisanterie lorsqu’il était invité sur France Info pour évoquer son nouvel ouvrage. Au contraire, il parlait de la mort avec sérieux. Philippe Bouvard avouait même que la perspective de quitter ce monde le rendait triste. Et c’est peut-être la raison pour laquelle il refuse de cesser toute activité professionnelle. En effet, les lecteurs d’Objeko seront sans doute étonnés de l’apprendre, du haut de ses 92 ans, Philippe Bouvard refuse d’arrêter de travailler.

Un sujet sensible mais un ton sincère

Avant d’évoquer ce triste sujet, Philippe Bouvard revenait sur sa carrière phénoménale. Car ce n’est pas donné à tout le monde d’avoir assisté à la naissance d’une émission de radio si populaire que Les Grosses Têtes. Il se souvenait donc, en présence des auditeurs de France Info, du démarrage du programme sur les ondes de RTL. Retournons alors un instant en 1977 avec Philippe Bouvard. « Pendant sept ans, ma première émission a été RTL non-stop et puis comme ça a bien marché au bout de sept ans, on m’a dit qu’on allait me faire faire autre chose. J’ai dit que j’aimerais bien interviewer des artistes, des écrivains, on m’a dit d’essayer et c’est de là que sont nées ‘Les Grosses Têtes’.« , expliquait-il humblement.

Néanmoins, il ne nie pas que le succès était au rendez-vous. « Au départ, il n’y avait pas de public. Et le jour où je me suis retrouvé devant une salle avec des centaines de gens alors ça a éclaté. En l’espace de quelques jours, c’est l’émission dont tout le monde a parlé. », ajoutait ainsi Philippe Bouvard.

Enfin, c’est non sans émotions donc que le journaliste évoque sa fin de vie. Expliquant d’abord qu’il ne regrette rien et qu’il est heureux de son parcours. Cependant, les lecteurs d’Objeko comprendront que Philippe Bouvard n’est pas impatient de quitter ce monde. « C’est embêtant, parce que je vais vers la fin de vie et je n’ai pas l’impression d’avoir terminé mon existence. (…) J’ai pris tellement de plaisir au travail mais aussi à tous les agréments que la vie peut offrir à quelqu’un qui est un peu connu et qui n’a pas trop de fin de mois difficile, que le fait de tout quitter brutalement ou pas, me rend triste. Or, ce n’est pas dans ma nature de l’être. », détaillait-il.